Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche 1er novembre    Sahara occidental: toute dérobade au référendum d'autodétermination rend caduc le cessez-le-feu    Les électeurs ivoiriens attendus samedi aux urnes pour élire leur président    Illizi-référendum: les bureaux itinérants accueillent les électeurs dans de bonnes conditions    L'Algérie condamne l'acte terroriste ayant ciblé un lieu de culte à Nice en France    Militaires français au Sahel. Un inconscient colonial si peu refoulé.    Cyclisme: les lauréats de 2019 récompensés à Staouéli    Foot-Covid19:le trio arbitral algérien confiné en Egypte "se porte bien"    Covid-19: 319 nouveaux cas, 195 guérisons et 7 décès    Explosion de gaz à Médéa, plusieurs blessés déplorés    Pourquoi le 1er novembre 1954 ?    ETAT DE SANTE DU PRESIDENT TEBBOUNE : La Présidence de la République rassure    Ligue 1-Covid19: le championnat peut reprendre mais sous conditions    REVOLUTION ET REVISION CONSTITUTIONNELLE : Demain, Novembre du changement    GPL : L'Algérie en mesure de convertir 500 000 véhicules/an    LE GENERAL SAID CHANEGRIHA SOULIGNE : ‘'Le personnel militaire doit avoir une conscience élevée''    Dessins et desseins de la France coloniale    Retour de la chaine Al Jazeera    FINANCE ISLAMIQUE : Forte adhésion des citoyens à Mostaganem    MASCARA : 718 mille quintaux d'olives prévus cette année    TISSEMSILT : Des secteurs d'utilité publique sans directeurs    POUR FORAGE ILLICITE D'UN PUITS A TIARET : Arrestation de 2 personnes à Medrissa    DEMANTELEMENT D'UN RESEAU DE DEALERS : Saisie de 5201 psychotropes à Tiaret    Liverpool: Van Dijk opéré avec succès    Real Madrid: un nouveau plan pour Dybala ?    Bayern Munich: Flick envoie un message à Alaba    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    ORAN : Un riche programme pour le Mawlid Ennabaoui    PRIX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La lauréate Leila Zerguit honorée par le wali d'Oran    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    10 décès et 320 nouveaux cas    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Soumana prêté une saison au NC Magra    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le feeling pour unique argument
Nouredine Chegrane opère son come-back à la galerie d'art Asselah
Publié dans Liberté le 25 - 12 - 2018

Il est tel l'épique oiseau que Dame nature a gratifié de l'exquise vie éternelle. Il gazouille comme il ramage lorsqu'il illuminait la scène musicale du chant de l'oiseau de feu qu'il était à l'époque où il faisait de la musique. Mieux, on eut dit qu'il volète au-dessus des planches du tréteau et de l'amas de bois du chevalet où il n'a concédé nul duvet de son plumage au bûcher. En clair, il est tel le phénix ou le phœnix qui renaît de ses aquarelles chaque fois qu'il accroche une toile aux murs de la galerie d'art de la Fondation Ahmed et Rabah-Asselah. Signe de résurgence, la réapparition de ses toiles y incarne l'immuabilité des couleurs du paon. D'ailleurs, "c'est aussi notre vœu qu'il y soit, lui, ce symbole de la nuance du signe qu'il incarne au feeling", a déclaré Mustapha Bouamama, directeur de l'Ecole supérieure des beaux-arts d'Alger. À ce propos, le feeling, c'est l'avant-goût qui prélude de l'euphorie et qui dessille les yeux face à l'esthétique qui emperle l'âme du féru de l'art d'une guirlande de couleurs. Joyau d'attrait ou collier de parure, le feeling est l'auréole de la féerie qui enjoint à l'amoureux de l'art de décrypter l'inventif génie d'une toile jusqu'à l'ultime détail. Pari tenu, pari réussi par ce disciple de M'hamed Issiakhem (1928-1985) qui a clouté l'assortiment de ses toiles et la trajectoire de l'œil du curieux de l'art sur l'identique longueur d'onde. D'où l'air du bel-air de ces "circulaires" qui ont moucheté d'une tonalité de tons, l'espace de la galerie d'art de la fondation Asselah-Ahmed et Rabah, où l'avant-signe coureur reste cela s'entend "l'aoucham". De la même manière que pour le peintre du signe Mohammed Khadda (1930-1991) et Denis Martinez, le signe se poétise avec l'âme de Nouredine Chegrane qui s'est auréolée dès 1973 du premier prix de peinture de la ville d'Alger. Donc, et à y voir de près l'omniprésent sceau de l'école "Aoucham", le signe s'entrecroise comme dans le chassé-croisé d'un ballet, à l'instar du danseur étoile d'opéra qui y rêve de croiser en vain le regard de sa partenaire ballerine. Et dans l'absolue quête du détail, c'est ce qu'on se fixe de soustraire un signe de l'autre pendant qu'ils s'entretissent et s'insèrent dans la tapisserie de sa Kabylie. Dans ce cas, l'inspiration est entendue, puisqu'il prend fait et cause pour l'allusionnel ou plutôt la délicieuse estampille pour faire l'éloge de la femme qu'il remodèle à l'aide de la beauté qu'est la sienne. Outre cela, le patrimoine immatériel n'est pas en reste dans les toiles de Nouredine Chegrane où il éveille nos rites en usage et le legs du passé. Autant de signes où l'on décèle de la poésie mais aussi la senteur de l'âtre qui contribuait à humaniser l'akham (maison) à l'aide du conte et du rêve. C'est tout ça le feeling qu'a apporté l'artiste peintre Nouredine Chegrane dans son panier qu'il offre au visiteur jusqu'au 22 janvier prochain.
Louhal Nourreddine

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.