Le Front Polisario appelle l'ONU à assumer ses responsabilités au Sahara occidental occupé    Covid-19/Sétif : 2314 infractions au confinement en une semaine    Décès du moudjahid Lemtayech Dayekh connu sous le nom de Dayekh Bachagha    DOUANES : Mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    MIGRATION CLANDESTINE : L'approche algérienne présentée à l'UE    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    CORONAVIRUS : Décès du SG de la wilaya de Relizane    527 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Bechar: l'EPH chahid Tourabi Boudjemaa dédié à la prise en charge des malades de la Covid-19    SITUATION SANITAIRE EN ALGERIE : Djerad accuse des ‘'parties'' d'exploiter la crise du Covid-19    PROTECTION CIVILE DE SIDI BEL ABBES : 551 interventions enregistrées en une semaine    PENSIONS DE RETRAITE : Le nouveau calendrier de versement fixé    Un portrait à l'effigie de Mohamed El Badji dévoilé à Alger    Mars brillera pour Abu Dhabi !    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ennahdha appelle au départ de Fakhfakh    Les états-Unis haussent le ton contre Khalifa Haftar    La ville de Tanger reconfinée    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Ghacha suivi par Malines    L'UEFA prend note de la décision    "J'ai transféré 11,3 milliards de centimes du CSA à la SSPA"    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les pistes de relance    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Air Algérie frôle le crash    10 millions d'enfants risquent de ne plus reprendre l'école    Critères pour faire valoir vos droits à la retraite    Distribution de 1 183 logements sociaux locatifs (LSL)    Pourquoi le sacrifice du mouton est dangereux    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Tebboune et Poutine échangent sur la Libye et l'Opep    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Le prénom amazigh Mastan inscrit à l'APC d'El-Biar    Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oran dit non à Gaïd Salah
Des dizaines de milliers de citoyens dans la rue
Publié dans Liberté le 30 - 03 - 2019

Les Oranais ont signifié leur rejet de l'application de l'article 102 proposé par le général-major Gaïd Salah et réitéré leur attachement viscéral au départ de tout le système en place. "Nous voulons l'activation de l'article 2019 qui stipule que tout le pouvoir doit dégager", a résumé un manifestant en se joignant aux slogans hostiles au pouvoir.
Pour le sixième vendredi consécutif, des dizaines de milliers d'Oranais ont battu le pavé hier promettant de ne pas cesser les marches tant que le pouvoir et ses suppôts n'auront pas rendu les armes et restitué sa souveraineté au peuple.
Avant même la fin de la prière, les manifestants ont entamé les marches depuis la place du 1er-novembre, du rond-point de la wilaya ou encore de la place Valéro en brandissant des banderoles et des pancartes portant des slogans hostiles au pouvoir notallent ceux traitant Ouyahia et consorts de voleurs qui ont pillé l'Algérie et qui font mine aujourd'hui de soutenir le hirak. "Ils n'ont pas de place parmi nous. Qu'ils dégagent, qu'ils dégagent tous !", répétaient en chœur des protestataires de tous âges et de toutes les conditions sociales.
Il y avait des avocats, des médecins, des enseignants, des commerçants, des chômeurs, des femmes au foyer, des représentants d'associations, de partis politiques…, que l'aversion pour le système et la soif d'un changement radical ont uni depuis le 22 février.Pendant des heures, des dizaines de milliers de voix, dénonçant la duplicité du pouvoir et l'entêtement de ses représentants à rester en place par tous les moyens, ont fait trembler l'avenue Emir-Abdelkader, la rue Larbi-Ben M'hidi, le boulevard de l'ALN (Front de mer). "Ils veulent rester à n'importe quel prix. Ils ont tenté de nous vendre le retrait de candidature de Bouteflika, l'organisation d'une conférence nationale, l'application de l'article 102, mais ils doivent comprendre que leurs ruses sont éventées. Le peuple n'a plus peur et n'arrêtera pas de demander leur départ", a affirmé une manifestante.
Signe d'une maturité politique, les leaders des cortèges de marcheurs ont demandé aux manifestants de jeter les affiches qui estimaient que l'article 102 constituait une partie de la solution : "Il aurait fallu l'appliquer en 2013 ou 2014, aujourd'hui, il est dépassé. Nous voulons l'application de l'article 7 qui dit que ‘le peuple est la source de tout pouvoir'", a expliqué un jeune meneur. Les mêmes leaders ont également exhorté les marcheurs à ne pas utiliser les vuvuzzelas ou les instruments à percussion pour que "les slogans soient audibles et bien compris par les gens du pouvoir".
On ne sait combien d'Oranais sont descendus dans la rue hier, mais il était visible que leur nombre était plus important que les autres vendredis."C'est la preuve de la détermination du peuple à faire aboutir ses revendications", a déclaré l'un des meneurs en rappelant les paroles d'Abou el-Kacem Chebbi : "Lorsqu'un jour, le peuple veut vivre, force au destin de répondre."

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.