PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oran dit non à Gaïd Salah
Des dizaines de milliers de citoyens dans la rue
Publié dans Liberté le 30 - 03 - 2019

Les Oranais ont signifié leur rejet de l'application de l'article 102 proposé par le général-major Gaïd Salah et réitéré leur attachement viscéral au départ de tout le système en place. "Nous voulons l'activation de l'article 2019 qui stipule que tout le pouvoir doit dégager", a résumé un manifestant en se joignant aux slogans hostiles au pouvoir.
Pour le sixième vendredi consécutif, des dizaines de milliers d'Oranais ont battu le pavé hier promettant de ne pas cesser les marches tant que le pouvoir et ses suppôts n'auront pas rendu les armes et restitué sa souveraineté au peuple.
Avant même la fin de la prière, les manifestants ont entamé les marches depuis la place du 1er-novembre, du rond-point de la wilaya ou encore de la place Valéro en brandissant des banderoles et des pancartes portant des slogans hostiles au pouvoir notallent ceux traitant Ouyahia et consorts de voleurs qui ont pillé l'Algérie et qui font mine aujourd'hui de soutenir le hirak. "Ils n'ont pas de place parmi nous. Qu'ils dégagent, qu'ils dégagent tous !", répétaient en chœur des protestataires de tous âges et de toutes les conditions sociales.
Il y avait des avocats, des médecins, des enseignants, des commerçants, des chômeurs, des femmes au foyer, des représentants d'associations, de partis politiques…, que l'aversion pour le système et la soif d'un changement radical ont uni depuis le 22 février.Pendant des heures, des dizaines de milliers de voix, dénonçant la duplicité du pouvoir et l'entêtement de ses représentants à rester en place par tous les moyens, ont fait trembler l'avenue Emir-Abdelkader, la rue Larbi-Ben M'hidi, le boulevard de l'ALN (Front de mer). "Ils veulent rester à n'importe quel prix. Ils ont tenté de nous vendre le retrait de candidature de Bouteflika, l'organisation d'une conférence nationale, l'application de l'article 102, mais ils doivent comprendre que leurs ruses sont éventées. Le peuple n'a plus peur et n'arrêtera pas de demander leur départ", a affirmé une manifestante.
Signe d'une maturité politique, les leaders des cortèges de marcheurs ont demandé aux manifestants de jeter les affiches qui estimaient que l'article 102 constituait une partie de la solution : "Il aurait fallu l'appliquer en 2013 ou 2014, aujourd'hui, il est dépassé. Nous voulons l'application de l'article 7 qui dit que ‘le peuple est la source de tout pouvoir'", a expliqué un jeune meneur. Les mêmes leaders ont également exhorté les marcheurs à ne pas utiliser les vuvuzzelas ou les instruments à percussion pour que "les slogans soient audibles et bien compris par les gens du pouvoir".
On ne sait combien d'Oranais sont descendus dans la rue hier, mais il était visible que leur nombre était plus important que les autres vendredis."C'est la preuve de la détermination du peuple à faire aboutir ses revendications", a déclaré l'un des meneurs en rappelant les paroles d'Abou el-Kacem Chebbi : "Lorsqu'un jour, le peuple veut vivre, force au destin de répondre."

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.