Juventus: le constat sans appel de Capello    La pandémie a fait plus de 1.182.000 décès dans le monde    Amendement/ constitution: plus de 24 millions d'électeurs appelés aux urnes ce dimanche    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Chikhi: le lancement effectif du travail sur le dossier de la Mémoire retardé par la pandémie    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Référendum sur l'amendement de la Constitution: début du scrutin dans les zones éloignées de la wilaya de Nâama    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    Neuf nouvelles wilayas concernées par les mesures de confinement    Mawlid Ennabawi: extinction de 7 incendies domestiques et feux de forêts dans 3 wilayas    Référendum, les jeunes, le FLN, Seif al-Hadjadj...    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    Soumana prêté une saison au NC Magra    «Considérer les joueurs de l'Unaf comme des étrangers»    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Blocage    Pôles d'excellence    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Triciti tueur de chroniques!    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tizi Ouzou ne veut rien céder
Des centaines de milliers de manifestants ont marché hier
Publié dans Liberté le 06 - 04 - 2019

Les manifestants ont brandi de nouveaux slogans adaptés aux nouveaux rebondissements enregistrés sur la scène politique.
C'est encore une fois un véritable raz-de-marée humain qui a envahi la ville de Tizi Ouzou, hier pour le 7e vendredi consécutif. Comme depuis le 22 février, il n'était pas encore 12h lorsqu'une foule immense s'est rassemblée devant l'entrée de l'université de Tizi Ouzou, devenue le lieu emblématique de départ de toutes les manifestations antisystème.
Comme à l'accoutumée, il y avait autant d'hommes que de femmes, de personnes âgées que de jeunes et d'enfants, qui, drapés dans l'emblème national ou amazigh, sourire aux lèvres, un grand espoir dans les cœurs, toujours dans une ambiance de joie et de communion, et tous animés d'une inébranlable détermination, refusent de plier et se refusent de rater ce train de l'histoire qui conduit vers un destin meilleur.
Dans la foule, il y avait aussi des têtes connues, qui rappellent bien des luttes. Il y avait parmi eux Hend Sadi et de nombreux autres militants de la cause berbère, il y avait l'ex-premier secrétaire du FFS, Ahmed Djedaï, et aussi le jeune Merzouk Touati, l'une des grandes victimes de l'arbitraire. Il y en avait sûrement d'autres, mais l'immensité et la densité de la foule ne permettait, par endroits, même plus d'apercevoir ses propres pieds. Au-dessus des têtes des manifestants, de nouveaux slogans, adaptés aux nouveaux rebondissements enregistrés sur la scène politique, sont mis en valeur. "Les trois B, dégagez !", "Bensalah, Bedoui, Belaïz dégagez tous !", "Khawa khawa, oui ! Mais le peuple pour la souveraineté, l'armée pour la protection", "Non au pouvoir des généraux", "Dites à Gaïd Salah qu'il est concerné par : Yetnehaw gaâ. Nous n'avons pas oublié", "Yethasbou gaâ" (ils seront tous jugés), "Votre gouvernement n'est pas reconnu par le peuple", "Ni Bedoui ni le gouvernement de la honte" sont autant de nouveaux slogans venus se greffer aux innombrables slogans qui sont revenus inlassablement durant les six vendredis précédents et également lors des différentes manifestations qui ont lieu tout au long de la semaine.
Les habituels slogans étaient également toujours là pour rappeler les revendications principales et premières du peuple. "Système dégage", lit-on sur une infinité de pancartes. "Pour une réelle transition démocratique", lit-on sur une large banderole déployée par le collectif des avocats pour la dignité et le changement.
Partout sur l'itinéraire de la marche, de l'université jusqu'à la place de L'Olivier, à la sortie ouest de la ville, itinéraire d'environ trois kilomètres sur lequel les manifestants n'arrivent pas à avancer, y compris sur les trottoirs, on entend scander, tantôt "Echâab la yourid, la Bedoui, la Belaïz la Bensalah", tantôt "Echâab Yourid Isqat Enidham" ou encore "Ellah Ellah ya baba djina nehiw el-aissaba". Les scènes d'hier qui se sont poursuivies au-delà de 17h montrent on ne peut plus clairement à quel point le peuple est déterminé à aller jusqu'au bout de son combat, celui de la chute de tout le système et l'instauration d'un véritable ordre démocratique.

Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.