Sidati: le parti pris aveugle de la France retarde et complique la tâche de la Minurso    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Tribunal de Tipasa: report du procès d'Abdekader Zouk au 8 décembre prochain    Maradona, l'homme de la métamorphose    Le Mossad, Israël et la démocratie à géométrie vachement variable !    Castex attendu à Alger    Non, je préfère me taire...    Football/Ligue 1 Algérienne - Transfert : Youcef Bouzidi nouvel entraîneur de la JSK    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Bonne opération pour le Mouloudia    Guardiola fixe les nouvelles règles à Riyad Mahrez    Plus du quart des tests positifs au Covid-19    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    Large mobilisation en France    Aribi termine meilleur buteur    L'héritage    Les non-dits    Le Cerefe publie son premier rapport annuel    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Les candidatures des groupes armés rejetées    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Les pilotes de ligne demandent la reprise du trafic aérien    Un projet qui risque le naufrage    Alger dénonce des "accusations gravissimes et malveillantes"    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    Tiaret : 2322 logements attribués    Mostaganem : Les établissements scolaires manquent de moyens anti-Covid    Nouveau projet AADL : Les inscriptions à partir d'hier    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    L'asymétrie des idioties    USTO Mohamed Boudiaf: Signature de deux nouvelles conventions de partenariat    Bouira: Un policier retrouvé pendu    Mercuriale: Des hauts et des bas    El-Bayadh: Le maïs au secours des éleveurs    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    Droits de l'homme en Algérie: des partis et des organisations nationales condamnent le contenu de la résolution du PE    L'impuissance de la communauté internationale    15 ans de prison requis contre Zoukh pour octroi d'indus privilèges à la famille Hamel    L'affaire de l'automobile sera rejugée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alger : la marche des étudiants réprimée
La police a fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau
Publié dans Liberté le 10 - 04 - 2019

Un dispositif sécuritaire impressionnant a été déployé pour empêcher les étudiants de se regrouper. Des canons à eau ont été utilisés pour disperser les étudiants.
Ils ont 20 ans. Ils sont nés pour la plupart lorsque Bouteflika a pris les rênes du pays en 1999. Aujourd'hui, ils ont l'opportunité de s'affirmer sur la scène politique et de vivre leurs premiers combats. Déterminés, percutants, les étudiants se sont imposés, hier, munis de drapeaux et de banderoles portant des slogans contre Bensalah. Ils refusent catégoriquement d'abdiquer et d'accepter le fait accompli. "Bensalah dégage", ont-ils scandé, encore, ce mardi, le 7e depuis le début de la protesta, un mardi pas comme les autres. Celui-ci coïncide avec l'investiture d'Abdelkader Bensalah en tant que chef de l'Etat par intérim. Ils ont investi la Grande-Poste et les places mitoyennes dès 9h pour y rester une bonne partie de la journée en criant à tue-tête : "Talaba ghadiboune, li Bensalah rafidoun" (les étudiants sont en colère et refusent Bensalah), ou encore "Bensalah dégage" sans épargner Bedoui et enchaîner avec "Klitou lebled Ya sarakine" (vous avez pillé le pays, vous les voleurs), en pointant un doigt accusateur en direction du système dont ils réclament, également, le départ. "Il s'agit de politique mais pas seulement, c'est de l'avenir du pays dont il est question et nous ne pouvons rester en dehors de cette équation alors nous voilà",disent-ils.
Un impressionnant dispositif sécuritaire a été déployé à la Faculté centrale pour former un mur afin de stopper la marche et d'empêcher les étudiants de rejoindre leurs camarades à la Grande-Poste. Même barricade sécuritaire à l'entrée du Tunnel des facultés où les éléments de la police ont fait usage de canons à eau et de bombes lacrymogènes pour disperser les étudiants manifestants. Ces derniers ont été obligés de contourner ce cordon de sécurité pour rejoindre leurs camarades. Ce qui n'a pas été sans heurt.
Mais les étudiants n'ont pas lâché prise. "Nous sommes une force unie, nous menons notre propre combat pour une Algérie prospère libre et démocratique", soutiennent des étudiants de l'Ecole normale supérieure de Kouba qui attendaient impatiemment que leurs camarades des autres universités les rejoignent au point de ralliement, en l'occurrence, la Grande-Poste. Ces derniers, bloqués au niveau de la Faculté centrale, n'ont été autorisés à circuler qu'à 12h30 alors que leurs camarades des universités de Dely Ibrahim et de Bouzaréah ont été empêchés à coups de canons à eau de passer par le tunnel. La police a procédé à plusieurs interpellations musclées."Nous ne céderons pas jusqu'à ce qu'ils dégagent tous et s'ils ont une once de bon sens qu'ils s'en aillent le plus tôt car ils ont fait assez de mal", assènent-ils, expliquant : "Ils se trompent s'ils nous prennent pour une jeunesse dépolitisée. Nous sommes une jeunesse bien consciente des enjeux et des défis et nous voulons que ce système dégage pour aspirer à une Algérie nouvelle où l'étudiant et l'enseignant retrouvent la place qu'ils méritent."
Les professeurs étaient également là pour participer à la manifestation des étudiants à l'image de Hassen Daouadji Mohamed, professeur de sciences politiques à l'université de Mostaganem. "J'ai pris le départ à 5h du matin de Mostaganem pour rejoindre le rassemblement des étudiants car nous devons être unis en ces moments très importants pour l'avenir de notre pays."
Ils étaient, d'ailleurs, nombreux à être venus des universités de Bouzaréah, de Dely Ibrahim, de l'Institut de Kouba, de l'université de Bab Ezzouar, de Polytech, de l'Institut supérieur d'informatique (ISI). Un pôle des grandes écoles qui font grève pour une semaine renouvelable si aucun changement n'est opéré.

Nabila Saïdoun


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.