Bayern : Le père d'Alaba dément pour le Real Madrid    Mondial de Handball: l'Algérie s'incline face au Portugal (26-19)    Milan AC : C'est officiel pour Mandzukic    Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme    Relaxe pour les hirakistes d'Oran    Le verdict en appel de trois activistes renvoyé au 25 janvier    Situation kafkaïenne des souscripteurs    Hausse des prix des pâtes alimentaires : Certains opérateurs pointés du doigt    Les raisons de la pénurie    Instruction aux walis    Importation des véhicules neufs : Qu'est-ce qui retarde la délivrance des agréments provisoires ?    Signature d'une convention de partenariat avec l'Inapi    La décision de Trump en cours d'examen par le staff de Biden    "Biden ne fera pas de bouleversements exceptionnels"    Des dizaines de victimes au Darfour-Sud    Le président Touadéra officiellement réélu en Centrafrique    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Chanegriha supervise l'exercice tactique «Al-Hazm 2021»    Brahim Laâlami reste en prison    L'Algérie s'impose face à la Libye    La FAF a-t-elle enfreint le décret exécutif 15-73 ?    Des soucis pour Dumas    «L'acquisition de plusieurs vaccins est une bonne décision»    Sit-in de protestation des étudiants de 3e année de médecine    Secteur de l'éducation à Béjaïa : Entre grands besoins et sept nouveaux projets notifiés    Affichage d'une liste provisoire des bénéficiaires de 1 146 logements    Opération «les trottoirs pour les piétons»    Les prestations suspendues jusqu'au 8 février    Rêver à perdre la raison !    L'artiste Reche Safia honorée par les siens    L'IFA lance son premier appel à projets cinématographiques 2021    Joe Biden : Le «rassembleur» à l'épreuve d'une Amérique meurtrie    Les technologies embarquées bousculent la mécanique d'autrefois    Donald Trump : La fin de son mandat lui coûte une fortune    Kamala Harris, une vice-présidente historique    Edition amazighe à Béjaïa : L'APW offre 11 000 livres pour les établissements scolaires    Ineffable Art et Culture, le magazine culturel digital 100 % algérien : Figourra, un concept « brosseur » de portraits    OM Arzew: Le CSA, ou la source des problèmes    Mostaganem: Saisie de boissons alcoolisées, une arrestation    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nadia Labidi réactive sa plainte contre Louisa Hanoune
L'ex-ministre s'est estimée diffamée par la SG du PT
Publié dans Liberté le 08 - 05 - 2019

L'ancienne ministre de la Culture, Nadia Labidi, a relancé auprès du tribunal de Sidi M'hamed, à Alger, la procédure judiciaire de plainte en diffamation contre la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, pour des propos qu'elles a tenus en 2015, où cette dernière l'accusait de "mauvaise gestion" de son secteur et d'être au centre de "conflit d'intérêts". L'ancienne ministre a décidé de relancer la procédure judiciaire après que Louisa Hanoune a démissionné de son mandat de député à l'APN. "Le 7 mai 2015, j'ai déposé une plainte contre Mme Louisa Hanoune pour diffamation auprès du tribunal de Sidi M'hamed. Le tribunal avait entamé la procédure. J'avais été convoquée le 22 juillet 2015 pour confirmer ma plainte et Mme Louisa Hanoune l'a été, elle, le 22 mars 2016, par le juge d'instruction. Elle ne s'est pas présentée bien qu'elle ait déclaré, à de nombreuses reprises, qu'elle était résolue à m'affronter devant un tribunal et à renoncer à son immunité parlementaire dans ce but", a précisé Mme Labidi dans le communiqué. Mme Hanoune "était protégée par son immunité parlementaire. Aujourd'hui, elle vient de démissionner de son mandat de député. Il n'y a donc plus d'obstacle à ce que l'affaire suive son cours", a affirmé l'ancienne ministre, ajoutant : "C'est pourquoi j'ai demandé à mes avocats de se rapprocher du juge d'instruction chargé de l'affaire pour que la procédure soit menée enfin à son terme. Aujourd'hui, il y a quatre ans, jour pour jour, que la plainte a été déposée. Ce fut une longue patience. Je suis sûre que M. le juge comprendra ma détermination à ce que justice me soit rendue sans plus attendre désormais. J'ai confiance dans la justice de mon pays", a-t-elle conclu. Pour sa part, Djelloul Djoudi, chargé de communication au sein du Parti des travailleurs, a indiqué que cette affaire relève désormais du passé, en voulant pour preuve qu'"on vient de terminer une réunion de la direction du parti, durant laquelle on a même abordé la question", a-t-il affirmé. Et de revenir sur les détails de ce dossier qu'il connaît très bien. "Que ce soit Mme Hanoune ou nous en tant que députés, on a usé de nos prérogatives dans le cadre de la fonction de contrôle parlementaire au sein de la commission des finances, en février 2015, et en plénière, au sujet du conflit d'intérêts où elle a usé de son influence en tant que ministre pour accorder des marchés à son entreprise. On a parlé de dilapidation de l'argent public." "On a dénoncé le trafic d'une ministre en activité, mais elle ne l'est plus aujourd'hui. Mais si elle insiste sur ça, il n'y a aucun problème pour nous. Et si la justice nous convoque, on a tous les moyens et les preuves pour démontrer qu'il y avait réellement un conflit d'intérêts de la part de l'ancienne ministre", a-t-il ajouté. Pour Djelloul Djoudi, "l'ancienne ministre a déposé plainte au moment où Louisa Hanoune était députée, mais, maintenant que la SG du PT a déposé sa démission en soutien au processus révolutionnaire engagé par le peuple, l'ancienne ministre prouve qu'elle n'est pas avec le peuple". La genèse de cette affaire remonte à 2015. L'ancienne ministre de la Culture a saisi la justice suite à des accusations de la porte-parole du PT sur "un conflit d'intérêts" relatif au "financement public" d'un projet de film (Le Patio) devant être "produit par une société appartenant à la ministre". L'ancienne ministre avait alors demandé aussi la constitution d'une "commission parlementaire" pour examiner les accusations portées à son encontre par le PT au sujet du financement de certains projets inscrits dans le cadre de la manifestation "Constantine, capitale de la culture arabe" et qu'elle juge "infondées". Pour sa part, Louisa Hanoune a accusé la ministre de la Culture de lui avoir envoyé une lettre de menaces.
A. R.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.