PSG : Pas moins de 300M€ pour laisser partir Neymar ?    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    Confirmer la mutation du football africain    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    L'appel des sept    70% des objectifs atteints    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    La justice se penche sur les dossiers du secteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manœuvres saoudiennes et émiraties
Tensions avec l'Iran
Publié dans Liberté le 20 - 05 - 2019

Au lieu d'établir un dialogue direct avec Téhéran, Riyad cherche à entraîner une nouvelle fois les pays de la sphère arabe dans sa lutte d'influence dans la région avec l'Iran, au nom d'une présumée rivalité entre chiites et sunnites.
Suite aux accusations de "sabotage de navires dans le Golfe" et d'"attaques contre des stations de pompage dans le royaume", l'Arabie Saoudite a appelé samedi soir à la convocation de sommets du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et de la Ligue arabe, officiellement "pour discuter de ces agressions et de leurs conséquences sur la région". Ces deux sommets extraordinaires, auxquels Riyad invite les pays membres de ces deux organisations régionales, sont annoncés pour le 30 mai à La Mecque, selon l'agence de presse officielle saoudienne SPA. Selon cette même source, le but de ces sommets est "de se consulter et de se coordonner avec les dirigeants frères" à propos de "tous les sujets susceptibles de renforcer la sécurité et la stabilité dans la région". Le communiqué du gouvernement saoudien souligne "les graves conséquences de ces attaques", notamment pour "les routes d'approvisionnement et la stabilité des marchés mondiaux du pétrole". Les Emirats arabes unis ont aussitôt "salué" cette initiative. La connivence saoudo-émiratie est perceptible dans les déclarations du ministre des Affaires étrangères de l'Arabie Saoudite, lequel, interrogé sur les récentes attaques contre des navires dans le Golfe, a répondu : "Nous enquêtons sur ce problème.
Les principaux enquêteurs sont bien sûr les Emirats arabes unis (...) Nous avons quelques indications et nous allons les présenter lorsque l'enquête sera achevée." Cette manière de faire de Riyad soulève moult interrogations. Elle accuse l'Iran d'être derrière ces agissements, mais n'ose pas l'attaquer seule de front. Ne se satisfaisant pas du soutien des Emirats arabes unis, l'Arabie Saoudite semble vouloir entraîner tous les pays arabes dans son sillage. Pour y parvenir, Riyad a opté pour cette stratégie de convoquer un sommet du Conseil de coopération du Golfe, qui sera suivi d'un autre de la Ligue arabe. Il va sans dire que les pays membres du CCG, à l'exception du Qatar, vont apporter un soutien sans failles et sur tous les plans à l'Arabie Saoudite. Les résultats de ce sommet seront certainement mis sur la table devant les membres de la Ligue arabe dans l'espoir de leur forcer la main afin qu'ils s'alignent eux aussi derrière Riyad. Pendant ce temps, le royaume wahhabite s'attelle à marteler, par la voix de son chef de la diplomatie Adel al-Jubeir, qu'il "ne veut pas une guerre" avec l'Iran et "va tout faire pour la prévenir". Il n'en demeure pas moins qu'il assure que Riyad est prêt "à se défendre et à défendre ses intérêts" si l'autre partie choisit d'aller vers la guerre. Cela cache mal une volonté de vouloir en découdre avec ce rival iranien, qui fait de l'ombre à l'Arabie Saoudite dans la région.

Merzak Tigrine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.