CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les travailleurs de KouGC manifestent leur colère
Blocage des entreprises des Kouninef
Publié dans Liberté le 27 - 06 - 2019

C'est un véritable appel de détresse qu'ils lancent aux pouvoirs publics, en assurant qu'ils organiseront des sit-in tous les mercredis pour défendre leurs salaires et leurs emplois.
Les travailleurs de KouGC, propriété de la famille Kouninef, ont organisé hier un rassemblement devant le siège de leur entreprise à Hydra (Alger) pour protester contre le non-versement de leurs salaires et la mise en péril de leurs emplois après le blocage total des comptes bancaires du groupe sur réquisition des instances judiciaires. "Nous ne réclamons rien d'autre que le déblocage de nos salaires et la préservation de nos postes d'emploi", clamaient ainsi les travailleurs de KouGC, en affichant leur détermination à poursuivre leurs actions de protestation jusqu'à satisfaction de leurs revendications.
"Nous continuerons à tenir des sit-in tous les mercredis devant le siège de l'entreprise pour défendre nos salaires et nos emplois", nous disent des représentants des travailleurs, qui, à cet effet, lancent un véritable appel de détresse à l'endroit des pouvoirs publics pour trouver une issue urgente au blocage des chantiers et du fonctionnement du groupe à la suite du gel de tous ses comptes bancaires sur décision du tribunal de Sidi M'hamed à Alger. De fait, après la mise en détention provisoire, en avril dernier, du gérant de KouGC et de trois de ses cinq actionnaires, en l'occurrence les frères Kouninef, les banques publiques Badr et BEA ont procédé, dès le début du mois en cours, au gel temporaire des comptes bancaires du groupe suite à la décision prononcée à cet effet par les instances judiciaires.
À travers des notes datées respectivement du 6 et du 10 juin courant, la Banque de l'agriculuture et du développement rural (Badr) et la Banque extérieure d'Algérie (BEA) ont ainsi notifié au groupe KouGC que ses comptes sont bloqués "suite à une réquisition du juge d'instruction de la 5e chambre du tribunal de Sidi M'hamed". Cette mesure de gel des comptes bancaires, alors que la décision judiciaire de désigner un administrateur pour assurer la continuité de la gestion du groupe attend toujours d'être mise en application, "a entraîné un blocage total de l'activité et du fonctionnement de l'entreprise", nous expliquent des cadres de KouGC.
Selon eux, 3 000 employés se trouvent ainsi privés de leurs salaires, tandis les chantiers et les projets déjà engagés par l'entreprise et sa filiale Nutris "sont à l'arrêt, ce qui risque à terme de mettre sérieusement en péril les emplois et même la survie financière du groupe". Propriété des Kouninef, famille connue pour sa proximité et son influence auprès du clan du président déchu, Abdelaziz Bouteflika, KouGC, faut-il le rappeler, a longtemps bénéficié d'un accès privilégié aux marchés publics, réalisant ainsi une forte expansion durant ces dernières années, grâce notamment aux nombreux projets qui lui ont été confiés, dont, entre autres, des ouvrages routiers et hydrauliques, ainsi que des chantiers d'équipement pour le métro d'Alger et pour le secteur énergétique.
Activant dans divers segments économiques, tels que les travaux publics, la téléphonie et l'agroalimentaire, KouGC affichait, durant ces cinq dernières années, un chiffre d'affaires de l'ordre de 15 milliards de dinars en moyenne annuelle. Le 24 avril dernier, trois de ses principaux actionnaires, les frères Kouninef, ainsi que le gérant du groupe ont été placés en détention provisoire pour des accusations liées notamment au "non-respect des engagements contractuels dans la réalisation de projets publics, trafic d'influence avec des fonctionnaires de l'Etat pour l'obtention de privilèges et détournement du foncier et de concessions".

Akli Rezouali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.