Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'autofiction, une quête de soi
UNE RENCONTRE LUI A ETE DEDIEE SAMEDI À ALGER
Publié dans Liberté le 16 - 07 - 2019

Dans le cadre de la parution du n°1 de la revue Fassl, des auteurs ayant participé à cette édition se sont donné rendez-vous à la librairie L'Arbre à Dires pour échanger sur l'autofiction et le choix du "je" dans leur écriture.
À l'occasion de la parution du premier numéro de la revue littéraire Fassl, une rencontre a eu lieu samedi à la librairie L'Arbre à Dires (Alger), qui a réuni l'éditrice Maya Ouabadi ainsi que plusieurs auteurs. Ces derniers sont le journaliste et romancier Mustapha Benfodil ainsi que les poètes Salah Badis et Lamis Saïdi. Le débat de cette rencontre qui a tourné autour de l'autofiction (thématique de ce numéro) a permis aux invités d'évoquer le rapport et le choix du "je" dans l'écriture romanesque. Mais avant d'entamer leur communication, Maya Ouabadi a présenté brièvement Fassl qui se veut la première revue "de critique littéraire en Algérie, qui regroupe des entretiens d'auteurs, des lectures de livres et des contributions.
Chaque numéro est axé autour d'une thématique bien précise, le zéro portait sur la décennie noire". Au sujet de l'autofiction, l'éditrice a expliqué s'être interrogée sur la réelle définition de ce genre littéraire. À cet effet, elle a opté pour celle de l'écrivain et critique Serge Doubrovsky qui la désigne comme une "fiction d'événements et de faits strictement réels, si l'on veut, autofiction, d'avoir confié le langage d'une aventure à l'aventure du langage". Pour la conférencière, le passage sur le langage est le plus "intéressant", car ce genre se distingue par son "style et la recherche stylistique". Questionnés sur le choix du "je" dans leur écriture, Lamis Saïdi – dont un article sur son roman La chambre 102 est disponible dans la revue – a insisté sur le fait que l'autofiction a toujours "existé", et ce, même avant qu'on lui attribue une terminologie. "Je pense que toute écriture est une écriture autobiographique.
En parlant de choses réelles, on se retrouve à raconter une autre réalité." À ce propos, elle a cité comme exemple Platon qui n'aimait pas les poètes. "Il raisonnait en termes de vérité/mensonge, et la poésie est mensonge. Mais Aristote a ouvert le champ littéraire en déclarant : ‘'Les poètes ne disent ni la vérité ni les mensonges, ce que disent les poètes se sont des réalités possibles''", a-t-elle expliqué. En argumentant : "Avec Aristote, nous sommes sortis de ce jugement sur la vérité. Nous sommes partis vers ce concept de réalité possible. À force de créer, ces réalités possibles deviennent un jour des réalités réelles." Sur l'écriture de son premier roman en langue arabe La chambre 102, la poétesse s'est inspirée de faits réels.
"Avant ce roman, j'avais publié plusieurs recueils de poésie. Pour moi, la poésie, comme disait Aristote, propose des réalités possibles, à travers une façon d'être, une sensibilité, une vision et une distance. Sur le plan linguistique, la poésie fait changer le langage de la langue, on passe de la transmission du sens vers la génération du sens." Le choix de l'autofiction est venu par la suite naturellement, car elle avait commencé l'écriture quelque peu avant le décès de son père en 2015. "Dans ma poésie, j'utilise toujours la 3e personne du singulier, le "je" enlève le côté imaginaire et le charme du texte. Je préfère toujours prendre de la distance avec moi-même", a-t-elle souligné. Mais pour le roman, elle a changé de "technique" et s'est mise à rassembler des "choses réelles" et ne se cachait plus "derrière les métaphores et les images poétiques pour raconter ces réalités".
Selon Lamis Saïdi, cette écriture s'est faite spontanément et "c'est la mort qui m'a ramenée à ce rapport très basique de la langue, qui est de raconter. Mon premier réflexe était de parler de mon père, de garder ses traits, son parcours et personnalité à travers l'écriture". Pour sa part, Mustapha Benfodil, qui a accordé un entretien à Fassl autour de son dernier roman Body Writing (éditions Barzakh), estime que l'utilisation de la première personne du singulier est un exercice un peu "casse-gueule". Car "on se demande si on ne tombe pas dans quelque chose de narcissique, de barbant, de people, totalement autocentré et inintéressant de mettre sa vie en scène". Pour le journaliste et dramaturge, "raconter une personne, c'est d'essayer de rendre modestement ce que j'appellerais sa dignité au réel".
Concernant ses écrits, il a indiqué que "je ne prends pas ma vie comme un matériau pour être racontée dans un récit autobiographique. Je reste très pudique à cette idée de se mettre en scène". Enfin, Salah Badis ayant contribué avec le texte Maricane (Amérique), inspiré d'une résidence d'écriture de deux mois aux USA, a signalé qu'aux Etats-Unis les gens ont dépassé la fiction, car le "Big Brother", phénomène de télé-réalité, y a joué un rôle. "Ils veulent connaître la réalité des autres." "Les Occidentaux ont réglé le problème de l'individu depuis des siècles, ils ont dépassé les questions religieuses. Aujourd'hui, ils sont dans la confession : raconter son intimité."

H. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.