Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Témoignage sur un paradis perdu
"La farandole des destinées" de Salah Selloum
Publié dans Liberté le 21 - 07 - 2019

Il y a des livres qu'on n'a plus envie de refermer ni de poser sur la table de chevet. Surtout quand l'œil se rince aux mots en cascade et l'âme chagrinée s'y apaise au "chant du crépuscule". C'est le cas de l'auteur Salah Selloum qui a la magie au bout de sa plume pour loger le lecteur dans son roman La farandole des destinées (éd. Medias-Index).
"Il me reste, pour compagnon, des souvenirs, témoins émouvants d'un paradis perdu", a écrit ce "dernier des Mohicans" qui relate l'époque bénie des années 1970 et la verve d'une jeunesse progressiste qui ne demandait qu'à bien faire. Et pour cause, ils étaient confiants mais surtout ivres de l'hilarité des "Vertes années" où le trio des trois "A" s'abreuvait à l'élixir de la joie de vivre. Soudés ainsi l'un à l'autre durant "les années lycée", Ali le sage, Abdenour le révolutionnaire et Ahmed le frêle mais studieux, arpentaient le sentier de l'insouciance où ils mordaient à pleines dents dans la vie.
Alors, et qu'importe la face bourrue du "surgé" qui prédestinait Ali, Abdenour et Ahmed à devenir des marchands de cacahuètes, notre trio d'amis s'instruisait à l'enseigne du "Ciné-Monde" qui scintillait sur la ville des Genêts. Alors, l'œil axé vers tout ce qui était beau, notamment la fidélité de Sergio Reggiani dit Serge Reggiani (1922-2004) pour sa Sarah (1968) qui n'a plus vingt ans dans le lit conjugal. Mieux, l'air Quand on n'a que l'Amour de Jacques Brel (1929-1978) n'était pas qu'une vaine ritournelle du fait que cet hymne à l'amour liait Ali à Lila et Abdenour le "Che-Guevara" à Malika.
Reste l'âme bien née d'Ahmed qui brilla de mille feux grâce à Ghenima ou plutôt cette bougie qui scintille sur l'existence du "petit moustique" et sur la presqu'île de Yemma Gouraya. Au demeurant, la success-story des trois "A" augurait de l'ère du Sans soucis pour l'Algérie si "les portes de l'enfer ne s'étaient pas ouvertes sur la terre" pour laisser entrer Bouras El Fertas, qui a dévoré les meilleurs enfants de l'Algérie durant la décennie rouge ou noire. Alors que reste-il du "ciel bleu d'Alger la Blanche et auréolée du diadème de la Mecque des révolutionnaires ?" Rien !
Si ce n'est la perte d'une sève juvénile sur laquelle reposaient tous les espoirs au lendemain de l'indépendance. Autant de hardiesse perdue, à l'instar de la vaillance d'Abdenour qui défilait avec la pelle et la pioche à la main du temps où ce bidasse ensemençait le barrage vert. Seulement, et d'échec en camouflet, il y a eu l'arrêt brutal de l'âge d'or du cinéma algérien et la fermeture de ses salles de projection.
Est-ce à dire que "ce pays est abandonné par ses saints ?" Assurément oui ! Puisqu'au gel de l'essor social, s'est effacé tout ce qui témoignait du caractère méditerranéen de l'Algérie où il faisait bon vivre sur les terrasses de ses cafés-bars et ses jardins où s'étaient écrits l'espoir mais aussi le rêve d'une jeunesse qui croyait à l'idéal volontaire et révolutionnaire de l'Eternel Novembre.
Donc, et à l'orée de la belle saison, le mieux est d'élire le roman La farandole des destinées au rang de livre de chevet. Ne serait-ce que pour s'instruire du vaillant Printemps berbère en 1980 et du "chahut de gamins" durant les journées sanglantes du 5-Octobre-1988. Soit autant d'escales ratées pour le renouveau de l'Algérie.

Louhal Nourreddine
La farandole des destinées
éd, Medias Index, 320 pages,
1 000 DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.