Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    L'ambassadeur sahraoui en Algérie salue le soutien de l'Algérie à la cause sahraouie    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La colère de Tebboune    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    La direction tente de rassurer les supporters    Sit-in des supporters pour demander une entreprise nationale    "Retour au confinement si besoin"    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La traque d'un "sulfureux" général    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'apolitique supplante le politique ?    El-Bayadh: Le nouveau procureur général installé    L'instit, l'obole et la révolution    495 nouveaux cas et 11 décès    JS Kabylie : Becheker, Aguieb et Hadouche en renfort    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel
FAIBLE ENGOUEMENT à lA SOIRéE D'OUVERTURE
Publié dans Liberté le 18 - 08 - 2019

La 17e édition du Festival de la chanson amazighe qu'organise l'Assemblée populaire communale (APC) de Béjaïa, du 16 au 20 août prochain, est au cœur d'une vive polémique. En effet, depuis l'annonce du programme officiel de cet événement culturel par ses organisateurs, les réseaux sociaux ne cessent de s'enflammer quant au maintien d'une telle manifestation aussi "onéreuse" qu'"inopportune".
Pour les opposants à la tenue de ce festival, les responsables de l'APC de Béjaïa, à majorité FFS, auraient dû annuler l'organisation de cette 17e édition qui intervient, cette année, dans un contexte inédit, marqué par la crise politique, économique et institutionnelle que traverse le pays. "Nous ne sommes pas contre les activités culturelles et artistiques, mais nous estimons qu'on ne peut pas se permettre des soirées dansantes pendant que bon nombre de militants et de citoyens innocents croupissent toujours en prison", s'indignent certains internautes.
D'autres facebookeurs considèrent, pour leur part, que les élus locaux "ne devraient pas s'amuser à organiser, à coups de milliards, des festivals folkloriques, sans impact culturel, ni économique, alors que leur ville offre une image des plus désolantes, que ses citoyens souffrent de multiples problèmes, tels que la dégradation de l'état des routes, la défaillance dans la gestion des déchets ménagers, la pénurie d'eau potable…".
D'aucuns parmi les activistes sur la Toile préfèrent, quant à eux, partager cette phrase ironique qui en dit long sur leur vive réaction aux promoteurs de ce festival culturel : "À l'APC de Béjaïa, seul le volet culturel fonctionne à merveille ! Pour preuve, le Comité culturel de la commune n'est confronté à aucune contrainte budgétaire ou bureaucratique." La curieuse attitude des organisateurs de ce festival, qui refusent de communiquer le montant de l'enveloppe financière dégagée par la commune pour la tenue de cette 17e édition, n'a fait qu'accentuer la polémique.
Interrogé à ce sujet par la presse locale, le président du Comité culturel de la commune de Béjaïa (CCCB), Ali Zaïdi, un élu du FFS, a préféré maintenir confidentiel le budget alloué à cette édition, dédiée au chanteur kabyle Karim Tizouiar, natif de la région. Cette volonté délibérée de cacher à l'opinion publique une telle information a été perçue par les internautes béjaouis comme "un manque flagrant de transparence dans la gestion des deniers publics".
Afin de dénoncer l'entêtement des autorités locales de Béjaïa à maintenir l'organisation d'un festival controversé, un groupe de citoyens a tenu à organiser, lors de la soirée d'ouverture, un sit-in de protestation devant l'entrée principale du stade scolaire qui abrite l'événement. Les citoyens protestataires ne comptent pas en rester là, puisqu'ils ont appelé à une autre action similaire, prévue pour la soirée d'hier samedi 17 août. En tout cas, le concert de vendredi dernier aura suscité un faible engouement de la population béjaouie.

K. Ouhnia


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.