Real Madrid: le constat sans appel de Casemiro    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Marche populaire et grève générale hier à Seddouk    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    L'université se lance dans la lutte contre la corruption    Bilan des indemnisations des incendies des récoltes et des dégats causés par les intempéries    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Redéploiement industriel de Gruau    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tliba met au défi ses collègues à l'APN    Moussa Benhamadi placé sous mandat de dépôt    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    La JSK pas encore sûre de recevoir à Tizi Ouzou    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    Trois morts et cinq disparus parmi les harragas    Saisie de 16 128 comprimés de psychotropes au poste-frontière de Heddada    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    L'Algérie parmi les quatre derniers    Alger fermée aux manifestants    Algérie : Le pacte de souveraineté    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    LA BEA appelée à la rescousse    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Inondations: La protection civile sensibilise    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand le FLN joue la diversion
Son SG, sur la sellette, s'en prend à ceux qui s'opposent au dialogue
Publié dans Liberté le 18 - 08 - 2019

Pris dans la tourmente des événements et exclu encore un peu plus de toute initiative, faute de légitimité, le FLN, par la voix de son SG, s'en prend à tous ceux qui rejettent le dialogue tel que conduit par le panel de Karim Younès.
Le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Mohamed Djemaï, fait comme si de rien n'était. Il tente, malgré tout, de rester dans les bonnes grâces du pouvoir. Preuve en est sa sortie d'hier, où il a vilipendé ceux qui s'opposent au dialogue que propose le panel que coordonne Karim Younès. Dans sa diatribe, Mohamed Djemaï a accusé, sans retenue, "ces cercles" de "travailler contre les intérêts de l'Algérie". Ces cercles, qu'il n'a pas osé nommer ni identifier, sont, selon lui, "contre tout ce qui est bien pour le pays".
Réaffirmant son rôle d'appareil au service "du plus fort", Mohamed Djemaï a rappelé quelques épisodes de la vie du pays, où le FLN "a accompagné l'Etat et a œuvré pour sa pérennité". De Ben Bella à aujourd'hui, Djemaï a tout de même pris le soin de sauter "la parenthèse" Bouteflika, pour ne pas provoquer, encore une fois, l'ire de la rue qui réclame depuis 26 semaines, entre autres, la mise du FLN au musée. Le réquisitoire du secrétaire général du FLN contre les opposants au dialogue s'est accompagné de la déclaration de la disponibilité de l'ex-parti unique à offrir ses services à toute solution.
"Nous sommes avec toutes les initiatives qui visent à trouver des solutions à une situation qui a trop duré", a dit Mohamed Djemaï devant les membres du bureau politique du FLN. Même l'exclusion de l'ex-parti unique de tout processus de dialogue, y compris celui qu'entreprend, actuellement, le panel de Karim Younès, a été sujet à débats lors de la rencontre du BP de l'ex-parti unique. Pris dans la tourmente des événements et exclu encore un peu plus de toute initiative, faute de légitimité et de sincérité, le FLN, par la voix de son SG, considère que malgré cela, "nous apportons notre soutien".
Il s'en est pris, à l'occasion, à ceux qui avaient annoncé que le FLN "est exclu du panel". Pour lui, le souci ne réside pas dans l'exclusion elle-même, mais dans l'annonce de l'exclusion. "Certains ont vite fait d'annoncer que le FLN ne sera pas partie prenante au dialogue. Ces gens ont tenté de se donner une envergure sur le dos du FLN", a-t-il répondu, sans vraiment convaincre une assistance, laquelle, visiblement, était plus agacée par la volte-face du personnage que par le contenu de son pamphlet contre tous ceux qui ne partagent pas l'avis du FLN.
Loin s'en faut, Mohamed Djemaï ne s'est pas résigné à accepter le fait tel qu'il se présente. Il tente, désespérément, de rappeler que le FLN "valorise" tous les efforts que déploient les institutions de l'Etat, dont l'Armée nationale populaire. "Nous soutenons l'armée de notre pays dans toutes ses décisions et orientations, et ce soutien est constant et date de plusieurs décennies", a souligné Djemaï qui a tenté de surfer sur la vague en se positionnant du côté de l'état-major de l'armée.
Faisant un peu de prévoyance, Mohamed Djemaï s'est perdu dans des conjectures sur la prochaine rentrée sociale qu'il prédit "chaude", mais uniquement parce que les Algériens auront du mal à faire face aux multiples dépenses. Il a appelé l'Etat "à prendre en charge les frais de scolarité" des élèves. Seule et unique solution, selon lui, pour une rentrée sociale moins mouvementée.

Mohamed Mouloudj


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.