DEFENSE NATIONALE : Un terroriste abattu et 4 éléments de soutien arrêtés    La justice va confisquer aux Hamel 10000 milliards de cts    TIPASA : Livraison de 1600 logements AADL    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Les frères Kouninef condamnés de 12 à 20 ans de réclusion    REOUVERTURE DES FRONTIERES : Le professeur Fourar exclut la France    TRANSPORT DE VOYAGEURS : Une aide de 30 000 DA au profit des transporteurs    OUM EL BOUAGHI :Démantèlement d'un réseau international de trafic de drogues    SIDI LAKHADAR (MOSTAGANEM) : 11 harraga secourus et 37 autres interceptés    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    3 ans de prison requis contre Mohamed Djemai    La distribution de dizaines de milliers de logements programmée    Des peines de 12 à 20 ans de prison ferme    Report à fin octobre ou début novembre ?    Un terroriste abattu à Jijel    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    Le ministère de la Communication dépose une plainte contre M6    PSG : Di Maria écope d'une lourde sanction pour son crachat    Révision de la Constitution : 58.628 inscrits à distance sur les listes électorales    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    La CAPC salue la volonté de l'Etat de réviser l'accord commercial Algérie-UE    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Neghiz face à la presse    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    AFN: le projet d'amendement de la Constitution "permettra d'aller vers des lois au service du citoyen"    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    Prorogation des promotions au 30 septembre    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    PAIX ET SERENITE    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le syndicat des magistrats dénonce les décisions de Zeghmati
Limogeage de procureurs et Suspension de juges
Publié dans Liberté le 18 - 08 - 2019

Dans un communiqué rendu public, le Syndicat national des magistrats va jusqu'à considérer "illégales" les sanctions prononcées par le garde des Sceaux.
Le Syndicat national des magistrats (SNM) monte au créneau pour contester les sanctions prononcées par le ministre de la Justice, garde des Sceaux à l'encontre de deux magistrats, suspendus de leurs fonctions, et d'un procureur de la République, limogé. Dans un communiqué rendu public, le Syndicat national des magistrats va jusqu'à considérer "illégales" de telles mesures.
"C'est avec beaucoup d'étonnement et de regret que nous avons pris connaissance du communiqué du 14 août dernier du ministère de la Justice qui fait état de la suspension de deux magistrats et du limogeage d'un procureur de la République, conformément aux articles 65 et 26 de la loi organique numéro 04-11 du 6 septembre 2004, portant statut de la magistrature, une loi comportant des anomalies".
Le SNM explique que, dans son paragraphe 1, l'article 65 autorise le ministre de la Justice "de suspendre temporairement un magistrat, en cas de faute grave, et ce, après une enquête préliminaire et après en avoir informé le bureau du syndicat". Toutefois, poursuit-il, dans son paragraphe 2, l'article 65 "interdit clairement que la suspension fasse l'objet d'une publicité, et ce, conformément au principe de la présomption d'innocence universellement consacré, et dont l'objet est de protéger la réputation et la place de l'autorité judiciaire de tout ce qui peut altérer la confiance du citoyen en elle".
Aussi, le SNM exprime-t-il sa préoccupation devant "cette violation manifeste des dispositions de la loi de la part du ministère de la Justice". Le syndicat estime, par ailleurs, qu'il "est mal à propos de justifier la suspension d'un procureur en se basant sur l'article 26 de la loi organique dont il est question", expliquant : "Cet article confère au ministre de la Justice, si l'intérêt public le commande, de muter les magistrats, de les nommer à d'autres postes (…) tout en tenant informé le Conseil national de la magistrature."
"Mais, ajoute-t-il, cet article ne permet pas du tout au ministre de la Justice de mettre fin aux fonctions des magistrats." Et de souligner : "Le limogeage des magistrats est de la seule compétence du Conseil supérieur de la magistrature, et ce, conformément aux articles 68, 84 et 86 de la loi organique des magistrats." Dans son communiqué, le Syndicat national des magistrats "invite, par ailleurs, le ministre de la Justice et les médias à respecter la loi et à mettre fin à la publicité et à l'atteinte à l'honneur des magistrats suspendus".
Aussi, il avertit qu'il "n'acceptera pas d'être lui-même victime d'une violation de la loi qu'il veille à protéger en tant que représentant légitime de l'autorité judiciaire". Il affirme qu'il "n'hésitera pas à exercer les pouvoirs que lui confère la loi et à réagir de la manière qu'il juge opportune, en cas de situation analogue à l'avenir". Le SNM insiste enfin sur le fait que cette "clarification ne veut aucunement dire qu'il est contre la lutte contre la corruption".
"Au contraire, est-il mentionné dans ce communiqué, nous appelons, tout comme le font d'autres pans de la société algérienne, qui se sont révoltés contre la corruption et les corrompus, à purifier tous les secteurs de ceux qui sont impliqués dans les affaires de corruption, sans exclure les magistrats." Mais, y est-il ajouté, "le syndicat veille à ce que cela se fasse dans le respect des lois de la République et de la présomption d'innocence, loin de toute publicité et atteinte à la réputation des institutions".
Il est utile de rappeler que le ministre de la Justice, garde des Sceaux a annoncé, dans un communiqué diffusé jeudi, avoir mis fin aux fonctions du procureur général à la cour de Tlemcen, pour cause "d'abus de fonction", ainsi que pour "transgression volontaire des procédures judiciaires". "Le dossier de ce dernier est transmis à la justice", y est-il précisé.
Pour ce qui est de la suspension des deux magistrats, le communiqué indique que le premier est un juge au tribunal d'El-Harrach "accusé d'usurpation d'identité et de violation de l'obligation de réserve", et que le second est un juge à la cour de Tiaret "suspendu pour abus de fonction, ainsi que pour pratiques qui touchent à la réputation de la justice".

Youcef Salami


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.