3 ans de prison pour Drareni, Belarbi et Hamitouche 2 ans de prison, dont 4 mois ferme    Le SNJ réagit à la lourde condamnation du journaliste Khaled Drareni    Tebboune ordonne l'accélération des enquêtes et la sanction des auteurs    L'Espagne exprime la volonté de développer la coopération avec l'Algérie    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Pression et répression à Hong Kong    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    "Je ne quitterai Nice que pour un grand club"    Plus de 2 000 ha de couvert végétal partis en fumée    Les derniers préparatifs en cours à Tizi Ouzou    QUE FAIRE ?    498 nouveaux cas positifs et 10 autres décés    La mosquée Sidi Ghanem n'a subi aucun dégât    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    Décés de la comédienne Nouria Kazdarli a l age de 99 ans    Start-up: le Fonds de financement opérationnel dès la semaine prochaine    Réouverture des mosquées: appel au strict respect des mesures sanitaires    Pharmacie: le CNOP condamne des manœuvres visant à contrecarrer les réformes du secteur    L'esprit joyeux et la sincérité de "Ammi Bachir'', les secrets de sa notoriété    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    Sortie de promotions d'officiers de l'ESDAT de Reghaïa    PLAGES AUTORISEES A LA BAIGNADE : La DGSN met en place 70 postes de sécurisation    Accidents de la route: 2 morts et 83 blessés le week-end dernier    TENANT COMPTE DES CONDITIONS SANITAIRES : Retour graduel aux bancs des universités    ALGERIE-ESPAGNE : Le ministre espagnol de l'Intérieur reçu par le président    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Ouverture d'une enquête sur les derniers troubles à Bamako    Des centaines d'appelés de la décennie noire devant le secteur militaire    La station de dessalement de Honaïne opérationnelle    Persistance inexplicable du manque de liquidités    Rachid Belhout n'est plus    C'est le jour de vérité !    75 ans du bombardement de Nagasaki: la menace nucléaire à nouveau en augmentation    Les révélations glaçantes de sa famille    "La Banque d'Algérie a besoin d'un gouverneur qui tire son pouvoir de son savoir"    13 relaxes et une condamnation avec sursis    Crise sanitaire : Le saoudien Aramco annonce une chute de 73,4% de son bénéfice    Parler mais en silence et si possible en langue nationale    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Sidi Bel-Abbès: Trois clubs officiellement promus    Dormir pour nous reposer de vivre !    Ce sur quoi le passé a reposé    L'entraineur zeghdoud donne son accord de principe au nahd    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soummam : la revanche d'Abane et de Ben M'hidi
Le peuple revendique "La primauté du politique sur le militaire"
Publié dans Liberté le 20 - 08 - 2019

"Dawla madania machi âskaria" (Etat civil et non militaire), scandent les Algériens depuis 6 mois dans les rues des principales villes du pays.
Les principaux artisans du Congrès de la Soummam, Abane Ramdane, et Larbi Ben M'hidi doivent désormais reposer en paix. Pour cause, un des grands principes de la plateforme de la Soummam, la primauté du politique sur le militaire en l'occurrence, et qui leur a valu bien des critiques, voire de solides inimitiés (Abane en a payé le prix fort en se faisant assassiner par trois de ses pairs du CCE), a été repris par les jeunes du hirak en le remettant au goût du jour.
Et depuis le 22 février, date du début de la révolution du sourire, il n'y a pas une marche où les manifestants n'ont pas revendiqué l'éloignement des militaires de la décision politique. "Dawla madania machi âskaria" (Etat civil et non militaire), ne cessent de scander les Algériens depuis 6 mois dans les rues des principales villes du pays. Mieux, il n'y a, peut-être, pas une seule marche où les portraits d'Abane Ramdane et de Larbi Ben M'hidi ne sont pas arborés fièrement par des jeunes et des moins jeunes.
D'autres portraits de révolutionnaires tels que le colonel Amirouche, Mustapha Ben Boulaïd et bien d'autres encore, sont, eux aussi, brandis par la jeune génération que plus de 60 ans séparent de cette belle et glorieuse épopée. Même les survivants du combat libérateur, comme l'ancien chef de la Wilaya IV historique Lakhdar Bouregâa ou encore l'icône de la lutte pour l'indépendance du pays, Djamila Bouhired, ont bénéficié, lors des marches du vendredi, d'une grande sollicitude de la part de jeunes, filles et garçons, qui ne les connaissent, peut-être, que de réputation.
Autrement dit, le souvenir des héros d'hier est encore vivace dans la mémoire collective et n'a pas du tout disparu même chez les jeunes générations. Comment un tel "miracle" a pu se produire alors qu'une chape de plomb a été imposée par les régimes qui se sont succédé à la tête du pays, notamment celui du colonel Houari Boumediene qui, en essayant de gommer, via l'école et les médias, l'héroïsme des uns et les trahisons des autres, a offert aux Algériens une histoire lisse et sans aspérités ?
C'est qu'en plus de ses ressorts cachés, la société algérienne, de tradition orale par excellence, a su trouver, malgré et envers l'histoire officielle, d'autres moyens pour transmettre les hauts faits d'armes qui ont jalonné la lutte de Libération nationale mais aussi ses péripéties et les manquements de certains acteurs clés, chez les générations postindépendance.
Et ce sont ces ressorts cachés et ce legs révolutionnaire transmis de génération en génération qui ont fait que la société algérienne, que bien des observateurs croyaient perdue et sclérosée pour toujours, a trouvé en elle une énergie nouvelle et insoupçonnée pour aller défier, un certain 22 février, un régime qui a sévi 20 ans durant, voire plus, tant il prend racine aux lendemains de l'indépendance.
Aussi, il n'est pas du tout excessif d'établir une certaine filiation entre la révolution d'aujourd'hui et son aînée qui a forcé l'admiration du monde entier en tenant un congrès en pleine guerre et sur le territoire national — une prouesse dont peu de peuples peuvent se targuer — et qui, in fine, est venue à bout du système colonial.
Et comme leurs pères et grands-pères, les jeunes d'aujourd'hui ont forcé le respect de beaucoup en menant une des révolutions les plus pacifiques au monde en faisant preuve d'une remarquable persévérance. Quelle belle revanche sur le sort pour les Abane, Ben M'hidi, Zighoud, Ferhat Abbas et autres qui ont vu enfin la graine révolutionnaire, semée il y a plus de 60 ans, germer admirablement.

Arab Chih


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.