Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    Recul de plus de 12% des importations durant les 7 premiers mois de 2019    Boukadoum dirigera la délégation algérienne à la 74ème session ordinaire de l'AG de l'ONU    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Série A: La Juventus évite le piège de l'Hellas    Blessé au mollet, Slimani forfait contre Reims    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    PORT D'ALGER : Saisie de plus de 1800 comprimés de psychotropes    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    DISPARITION DE 34 MILLIARDS DES CAISSES DE L'UGTA : Abdelmadjid Sidi-Saïd dans le collimateur    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    L'étrange décision du ministère de l'Enseignement supérieur    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    Chérif El-Ouazzani prend deux matches    Al-Badri nouveau sélectionneur    2 000 logements seront réceptionnés à Jijel d'ici décembre    Grande mobilisation à Aïn Témouchent    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    Il sauve 2 vies et perd la sienne    Le P/APC de Mekla suspendu par le RCD    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    Réfléchir sur le temps long pour comprendre les enjeux du présent    Elle est comment la liberté ?    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    Quel Président pour les Algériens ?    En bref…    47 harraga secourus au large d'Oran    Plus de 3.000 logements sociaux en attente d'attribution: L'affichage des listes des bénéficiaires avant la fin de l'année    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Skikda: Protesta des travailleurs d'ALTRO    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soummam : la revanche d'Abane et de Ben M'hidi
Le peuple revendique "La primauté du politique sur le militaire"
Publié dans Liberté le 20 - 08 - 2019

"Dawla madania machi âskaria" (Etat civil et non militaire), scandent les Algériens depuis 6 mois dans les rues des principales villes du pays.
Les principaux artisans du Congrès de la Soummam, Abane Ramdane, et Larbi Ben M'hidi doivent désormais reposer en paix. Pour cause, un des grands principes de la plateforme de la Soummam, la primauté du politique sur le militaire en l'occurrence, et qui leur a valu bien des critiques, voire de solides inimitiés (Abane en a payé le prix fort en se faisant assassiner par trois de ses pairs du CCE), a été repris par les jeunes du hirak en le remettant au goût du jour.
Et depuis le 22 février, date du début de la révolution du sourire, il n'y a pas une marche où les manifestants n'ont pas revendiqué l'éloignement des militaires de la décision politique. "Dawla madania machi âskaria" (Etat civil et non militaire), ne cessent de scander les Algériens depuis 6 mois dans les rues des principales villes du pays. Mieux, il n'y a, peut-être, pas une seule marche où les portraits d'Abane Ramdane et de Larbi Ben M'hidi ne sont pas arborés fièrement par des jeunes et des moins jeunes.
D'autres portraits de révolutionnaires tels que le colonel Amirouche, Mustapha Ben Boulaïd et bien d'autres encore, sont, eux aussi, brandis par la jeune génération que plus de 60 ans séparent de cette belle et glorieuse épopée. Même les survivants du combat libérateur, comme l'ancien chef de la Wilaya IV historique Lakhdar Bouregâa ou encore l'icône de la lutte pour l'indépendance du pays, Djamila Bouhired, ont bénéficié, lors des marches du vendredi, d'une grande sollicitude de la part de jeunes, filles et garçons, qui ne les connaissent, peut-être, que de réputation.
Autrement dit, le souvenir des héros d'hier est encore vivace dans la mémoire collective et n'a pas du tout disparu même chez les jeunes générations. Comment un tel "miracle" a pu se produire alors qu'une chape de plomb a été imposée par les régimes qui se sont succédé à la tête du pays, notamment celui du colonel Houari Boumediene qui, en essayant de gommer, via l'école et les médias, l'héroïsme des uns et les trahisons des autres, a offert aux Algériens une histoire lisse et sans aspérités ?
C'est qu'en plus de ses ressorts cachés, la société algérienne, de tradition orale par excellence, a su trouver, malgré et envers l'histoire officielle, d'autres moyens pour transmettre les hauts faits d'armes qui ont jalonné la lutte de Libération nationale mais aussi ses péripéties et les manquements de certains acteurs clés, chez les générations postindépendance.
Et ce sont ces ressorts cachés et ce legs révolutionnaire transmis de génération en génération qui ont fait que la société algérienne, que bien des observateurs croyaient perdue et sclérosée pour toujours, a trouvé en elle une énergie nouvelle et insoupçonnée pour aller défier, un certain 22 février, un régime qui a sévi 20 ans durant, voire plus, tant il prend racine aux lendemains de l'indépendance.
Aussi, il n'est pas du tout excessif d'établir une certaine filiation entre la révolution d'aujourd'hui et son aînée qui a forcé l'admiration du monde entier en tenant un congrès en pleine guerre et sur le territoire national — une prouesse dont peu de peuples peuvent se targuer — et qui, in fine, est venue à bout du système colonial.
Et comme leurs pères et grands-pères, les jeunes d'aujourd'hui ont forcé le respect de beaucoup en menant une des révolutions les plus pacifiques au monde en faisant preuve d'une remarquable persévérance. Quelle belle revanche sur le sort pour les Abane, Ben M'hidi, Zighoud, Ferhat Abbas et autres qui ont vu enfin la graine révolutionnaire, semée il y a plus de 60 ans, germer admirablement.

Arab Chih


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.