Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Il y a beaucoup d'arnaques"
Mustapha Zebdi, Président de l'Association des consommateurs
Publié dans Liberté le 22 - 08 - 2019

"Les Algériens ne croient pas aux soldes." Le jugement est tranchant. Mustapha Zebdi, président de l'Association pour la protection des consommateurs (Apoce), en a visiblement gros sur le cœur. Sollicité hier sur le sujet, notre interlocuteur n'a pas mâché ses mots pour qualifier les soldes de "véritable arnaque".
Au cours de notre entretien téléphonique, Mustapha Zebdi nous a expliqué que "les soldes obéissent à un concept très large, et c'est loin d'être le cas chez nous". Et de poursuivre : "Les soldes en Algérie concernent beaucoup plus le prêt-à-porter, quelques packs et très peu d'électroménager."
Il posera aussi un autre problème qui atteste de l'absence de culture des soldes dans notre pays : "Hormis les grandes enseignes dont notamment les franchises qui sont obligées de faire les soldes correctement, le reste ne suit pas", dira-t-il, relevant "le manque d'engouement y compris chez les commerçants eux-mêmes". Il semble que les commerçants qui pratiquent les soldes sont très peu nombreux comme en témoignent les statistiques.
Il suffit, d'ailleurs, d'une petite virée à Alger pour s'en rendre compte. Mustapha Zebdi reste convaincu que "le consommateur algérien ne s'intéressera aux soldes que lorsqu'il sentira qu'il fait réellement de bonnes affaires".
Très au fait des tendances du marché et de la réalité du pouvoir d'achat, le président de l'Apoce présente une toute autre raison qui pousse les Algériens à bouder les soldes, et celle-là est sans appel : "Le recul dans les transactions commerciales est de l'ordre de 50% et les choses ne font qu'empirer. Les Algériens sont très regardants dans les dépenses.
Ils ne consomment plus à tout-va et cela se ressent de plus en plus." La sentence n'est autre que des difficultés financières graves : "Il existe des opérateurs qui sont menacés d'une imminente faillite. Alors, les soldes sont le cadet de leurs soucis."

N. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.