Les gardiens nominés pour le trophée Yachine    Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    Pour renflouer les caisses sociales déficitaires :    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    «Papicha» ou le drame de la censure?    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui succédera à Essebsi en Tunisie ?
Sept millions d'électeurs sont attendus aux urnes
Publié dans Liberté le 15 - 09 - 2019

Quelque 12 000 observateurs ont été mobilisés afin d'assurer la totale transparence de cette élection présidentielle, devant confirmer le statut d'une Tunisie à l'expérience démocratique réussie dans le monde arabe et au Maghreb.
Quelque 7 millions d'électeurs sont appelés aujourd'hui aux urnes pour se prononcer sur le choix du futur président, le deuxième élu librement depuis la Révolution du jasmin en 2011. La diaspora tunisienne a commencé à voter vendredi. Ils sont environ 386 053 ressortissants tunisiens, répartis sur 46 pays représentant 10% du total de l'électorat. L'intérêt des Tunisiens à cette présidentielle, remarquable durant la campagne électorale, devrait se confirmer par un taux de participation important.
Hier et peu avant le silence électoral, Mohsen Marzouk et Slim Riahi, deux candidats bien que de second plan, ont indiqué à la dernière minute s'être désistés en faveur de Abdelkrim Zbidi, un technocrate proche du parti dont ils sont issus, Nidaa Tounes. M. Marzouk a mis en ligne une photo de lui avec M. Zbidi, annonçant qu'il se désistait en sa faveur, et assuré qu'il avait pris sa décision "pour éviter que le pays ne tombe sous l'autorité des forces extrémistes et populistes".
Slim Riahi, poursuivi pour blanchiment d'argent, qui s'est enfui en France fin 2018, a quant à lui annoncé dans une vidéo sur sa page facebook officielle qu'il se retirait "par réalisme". "Je me retire de la course présidentielle en faveur de M. Zbidi", a-t-il indiqué dans cette vidéo. En prévision de ce rendez-vous politique, 60 000 agents ont été mobilisés pour encadrer les opérations de vote, selon la Haute instance indépendante de la surveillance des élections (Isie).
L'annonce des résultats du premier tour est attendue pour lundi 16 septembre, a prévu le président de l'ISIE, Nabil Baffoun. En cas d'un deuxième tour, les candidats auront trois jours pour présenter leurs recours. Le deuxième tour aura lieu 15 jours plus tard, soit au début du mois d'octobre. Pour assurer la totale transparence du scrutin et prémunir contre la fraude, la Tunisie a mis en place des moyens draconiens.
Des observateurs issus des instances nationales, de la société civile et des instances internationales sont attendus à travers tous les bureaux et centres de vote. "Quelque 12 000 observateurs sont présents à cet effet", selon une source auprès de l'ISIE, citée par l'APS, précisant que de nombreuses instances internationales ont délégué des observateurs, à l'instar de la Ligue arabe, l'Union européenne (UE), le centre Carter, l'Institut EISA.
Le plus grand nombre d'observateurs est issu de l'Union générale du travail tunisienne (UGTT), selon l'ISIE. Plus de 4000 observateurs ont été formés par l'UGTT pour accomplir la mission d'observation du jour du scrutin. Pour rappel, la journée d'hier a coïncidé avec le début de la campagne électorale pour les législatives, prévues le mois d'octobre prochain.
Très attendue, cette élection présente de multiples enjeux. Le vote d'aujourd'hui s'inscrit dans la droite ligne d'une refondation entamée depuis 2011. Avec un deuxième président élu démocratiquement, cette élection devra être le couronnement d'un exercice démocratique et politique auquel les Tunisiens n'étaient pas habitués tout au long du règne de l'ancien président déchu Zine al-Abidine Ben Ali, chassé du pouvoir début 2011.

Karim Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.