DEFENSE NATIONALE : Un terroriste abattu et 4 éléments de soutien arrêtés    La justice va confisquer aux Hamel 10000 milliards de cts    TIPASA : Livraison de 1600 logements AADL    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Les frères Kouninef condamnés de 12 à 20 ans de réclusion    REOUVERTURE DES FRONTIERES : Le professeur Fourar exclut la France    TRANSPORT DE VOYAGEURS : Une aide de 30 000 DA au profit des transporteurs    OUM EL BOUAGHI :Démantèlement d'un réseau international de trafic de drogues    SIDI LAKHADAR (MOSTAGANEM) : 11 harraga secourus et 37 autres interceptés    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    3 ans de prison requis contre Mohamed Djemai    La distribution de dizaines de milliers de logements programmée    Des peines de 12 à 20 ans de prison ferme    Report à fin octobre ou début novembre ?    Un terroriste abattu à Jijel    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    Le ministère de la Communication dépose une plainte contre M6    PSG : Di Maria écope d'une lourde sanction pour son crachat    Révision de la Constitution : 58.628 inscrits à distance sur les listes électorales    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    La CAPC salue la volonté de l'Etat de réviser l'accord commercial Algérie-UE    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Neghiz face à la presse    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    AFN: le projet d'amendement de la Constitution "permettra d'aller vers des lois au service du citoyen"    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    Prorogation des promotions au 30 septembre    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    PAIX ET SERENITE    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui succédera à Essebsi en Tunisie ?
Sept millions d'électeurs sont attendus aux urnes
Publié dans Liberté le 15 - 09 - 2019

Quelque 12 000 observateurs ont été mobilisés afin d'assurer la totale transparence de cette élection présidentielle, devant confirmer le statut d'une Tunisie à l'expérience démocratique réussie dans le monde arabe et au Maghreb.
Quelque 7 millions d'électeurs sont appelés aujourd'hui aux urnes pour se prononcer sur le choix du futur président, le deuxième élu librement depuis la Révolution du jasmin en 2011. La diaspora tunisienne a commencé à voter vendredi. Ils sont environ 386 053 ressortissants tunisiens, répartis sur 46 pays représentant 10% du total de l'électorat. L'intérêt des Tunisiens à cette présidentielle, remarquable durant la campagne électorale, devrait se confirmer par un taux de participation important.
Hier et peu avant le silence électoral, Mohsen Marzouk et Slim Riahi, deux candidats bien que de second plan, ont indiqué à la dernière minute s'être désistés en faveur de Abdelkrim Zbidi, un technocrate proche du parti dont ils sont issus, Nidaa Tounes. M. Marzouk a mis en ligne une photo de lui avec M. Zbidi, annonçant qu'il se désistait en sa faveur, et assuré qu'il avait pris sa décision "pour éviter que le pays ne tombe sous l'autorité des forces extrémistes et populistes".
Slim Riahi, poursuivi pour blanchiment d'argent, qui s'est enfui en France fin 2018, a quant à lui annoncé dans une vidéo sur sa page facebook officielle qu'il se retirait "par réalisme". "Je me retire de la course présidentielle en faveur de M. Zbidi", a-t-il indiqué dans cette vidéo. En prévision de ce rendez-vous politique, 60 000 agents ont été mobilisés pour encadrer les opérations de vote, selon la Haute instance indépendante de la surveillance des élections (Isie).
L'annonce des résultats du premier tour est attendue pour lundi 16 septembre, a prévu le président de l'ISIE, Nabil Baffoun. En cas d'un deuxième tour, les candidats auront trois jours pour présenter leurs recours. Le deuxième tour aura lieu 15 jours plus tard, soit au début du mois d'octobre. Pour assurer la totale transparence du scrutin et prémunir contre la fraude, la Tunisie a mis en place des moyens draconiens.
Des observateurs issus des instances nationales, de la société civile et des instances internationales sont attendus à travers tous les bureaux et centres de vote. "Quelque 12 000 observateurs sont présents à cet effet", selon une source auprès de l'ISIE, citée par l'APS, précisant que de nombreuses instances internationales ont délégué des observateurs, à l'instar de la Ligue arabe, l'Union européenne (UE), le centre Carter, l'Institut EISA.
Le plus grand nombre d'observateurs est issu de l'Union générale du travail tunisienne (UGTT), selon l'ISIE. Plus de 4000 observateurs ont été formés par l'UGTT pour accomplir la mission d'observation du jour du scrutin. Pour rappel, la journée d'hier a coïncidé avec le début de la campagne électorale pour les législatives, prévues le mois d'octobre prochain.
Très attendue, cette élection présente de multiples enjeux. Le vote d'aujourd'hui s'inscrit dans la droite ligne d'une refondation entamée depuis 2011. Avec un deuxième président élu démocratiquement, cette élection devra être le couronnement d'un exercice démocratique et politique auquel les Tunisiens n'étaient pas habitués tout au long du règne de l'ancien président déchu Zine al-Abidine Ben Ali, chassé du pouvoir début 2011.

Karim Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.