APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moussa Benhamadi placé sous mandat de dépôt
Il rejoint à El-Harrach ses trois frères déjà emprisonnés
Publié dans Liberté le 19 - 09 - 2019

Entendu avec ses frères par le juge instructeur près le tribunal de Sidi M'hamed le 8 août dernier, l'ancien ministre des Télécommunications avait bénéficié du privilège de juridiction.
L'ancien ministre des Télécommunications Moussa Benhamadi a été placé hier sous mandat de dépôt et incarcéré à la prison d'El-Harrach, où il retrouvera ses trois frères déjà détenus. Selon des sources médiatiques, l'ancien ministre des TIC est poursuivi dans le dossier relatif au groupe familial, Condor Electronics.
Entendus dans cette affaire le 8 août dernier par le juge instructeur près le tribunal de Sidi M'hamed, à Alger, trois frères Benhamadi, dont le P-DG du groupe, ont été placés en détention préventive. Mais Moussa Benhamadi, un membre de la fratrie et dirigeant d'une des filiales du groupe familial, a bénéficié du privilège de juridiction en sa qualité d'ancien ministre. Son dossier a été transmis à la Cour suprême, au même titre que celui de l'ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia, poursuivi dans la même affaire. Après une audition qui s'est déroulée le 7 août dernier, le procureur de la République a transmis le dossier de l'affaire au juge d'instruction près la même juridiction qui a mis en accusation quarante personnes physiques et six personnes morales pour des crimes liés au "blanchiment d'argent et transfert de biens obtenus par des faits de corruption à l'effet d'en dissimuler la source illicite dans le cadre d'un groupe criminel, dilapidation et utilisation de fonds de banque, incitation d'agents publics à exploiter leur influence effective et supposée dans le but de bénéficier d'indus privilèges", a indiqué le communiqué du parquet d'Alger. La justice leur reproche également "le financement occulte des partis politiques, bénéfice du pouvoir et de l'influence des agents de l'Etat, des collectivités locales, des entreprises et des institutions publiques de droit public, des entreprises publiques économiques, des entreprises publiques à caractère industriel et commercial lors de la passation des contrats, des marchés et d'avenants à l'effet d'augmenter les prix ou de modifier, en leur faveur, la qualité des produits et des services et de l'approvisionnement". "Ont été inculpées six personnes morales représentant des sociétés commerciales appartenant à des membres de la famille Benhamadi", avait précisé le communiqué.
Parmi les personnes poursuivies, on retrouve Benhamadi Abderrahmane (homme d'affaires, gérant et actionnaire dans le groupe Condor), quatre membres de sa famille, le directeur général de la société Travocovia relevant du groupe, trente-quatre cadres et fonctionnaires relevant des secteurs de la poste, des télécommunications et des technologies de l'information et de la communication, de la santé et de la réforme hospitalière, des transports, des finances et de la Banque extérieure d'Algérie (BEA), avait précisé le parquet d'Alger. Le juge d'instruction a ordonné le placement en détention provisoire de prévenus, dont Benhamadi Abderrahmane (gérant et actionnaire dans le groupe Condor), ses 2 frères, le directeur général de la société Travocovia, 3 cadres à Mobilis, 2 cadres à la Direction de la santé et de la réforme hospitalière, l'ex-directeur des domaines de l'Etat d'Alger, le chef d'inspection des impôts de Chéraga, le directeur d'une agence de la Banque extérieure d'Algérie (BEA), ainsi que le chargé des opérations financières lors de la campagne électorale de l'ex-président de la République, avait conclu le document du tribunal d'Alger.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.