Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Affaires religieuses: renforcement du référent national    Près de 6000 bouteilles d'huile saisies en 24 h    Nice : Le petit pont de Atal sur Neymar (Vidéo)    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    La promotion des cultures stratégiques dans les zones sahariennes passe par la prise en charge des difficultés    Armée sahraouie: de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur d'El-Bekari    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Man City : Guardiola évoque son avenir    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Grazie Meloni !    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    EHU 1er Novembre: Plus de 200 participants aux journées régionales de néphrologie    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Une sérieuse alerte    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    La contre-attaque par les chiffres    «La confiance du peuple a un coût»    «Le consensus est une exigence historique»    Tension sur le lait infantile    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    Université: batterie de mesures pour améliorer l'enseignement et la recherche    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Le diagnostic doit être prématuré    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Certains détenus dorment à même le sol"
Me Mouhous témoigne sur les conditions d'incarcération des manifestants
Publié dans Liberté le 08 - 10 - 2019

"Il n'y a pas assez de paillasses pour les dizaines de détenus entassés dans une même salle. Ils n'ont pas accès aux livres de leur choix et voient leurs familles 15 minutes deux fois par mois", rapporte l'avocat.
L'avocat, inscrit au barreau de Boumerdès, défend bénévolement les détenus d'opinion et des militants politiques, à l'instar de quelque trente autres confrères engagés pour la même cause. Il se déplace régulièrement à la prison d'El-Harrach pour s'enquérir de la situation de ses mandants.
Ils sont environ 80 à être incarcérés dans ce centre pénitentiaire pour port de la bannière amazighe, pour une pancarte ou pour leur activisme dans la révolution citoyenne contre le régime. L'avocat apporte son témoignage sur les conditions de détention des manifestants et militants politiques "sans surenchère et sans fioritures", a-t-il tenu à préciser. Les échos parvenus des détenus évoquent un comportement correct du personnel pénitentiaire. "Nous n'avons enregistré aucun dépassement à ce niveau-là. Les conditions d'emprisonnement sont, toutefois, aux antipodes des critères internationaux en matière de dignité humaine", affirme-t-il. Au pavillon des hommes, les manifestants, placés en mandat de dépôt depuis le 23 juin pour les plus anciens pensionnaires de la prison d'El-Harrach, s'entassent par dizaines dans des salles sans climatisation (plus de soixante, selon notre interlocuteur). Ils ont des difficultés à respirer. Ils ne peuvent pas prendre une douche, même en période de grandes chaleurs. Il n'y a pas assez de paillasses pour tout le monde. "Parfois, ils doivent se défendre pour garder leur matelas. Des détenus m'ont dit dormir à même le sol", dénonce Me Mouhous. Il cite le cas de Smaïl Chebili, un étudiant en dernière année de chirurgie-dentaire, placé en détention préventive le 29 septembre dernier. "Je lui ai rendu visite deux jours après son arrestation. Il m'a dit qu'il a contracté une grippe car il a dormi deux nuits sur le sol froid".
Parmi les détenus d'opinion, beaucoup d'intellectuels. Ils n'ont pas accès aux livres aisément et ceux qu'on leur propose ne font vraiment pas partie de leurs lectures fétiches. Ils ont droit à une visite de leurs proches, pendant un quart d'heure, une fois tous les quinze jours. Ils reçoivent à l'occasion le couffin de victuailles, des vêtements et un peu d'argent liquide. "Mouloud Chatri est originaire de Batna. Il n'a pas de famille. Les parents de ses codétenus le prennent en charge à chaque visite autorisée. Les familles d'Alger hébergent aussi celles qui résident hors wilaya", rapporte-t-il. En prison, les détenus d'opinion sont dispersés dans des salles par groupes. Ils ne se connaissaient pas avant, mais sont parvenus à se lier d'amitié. La cause les rapproche fatalement. "Ils s'entraident et se remontent mutuellement le moral", atteste l'avocat. "La plupart des jeunes assument leurs actes et leur engagement. Mais ils sont déçus d'être en prison pour avoir revendiqué un Etat de droit, la démocratie et la liberté", poursuit-il.
De ses entrevues avec les détenus, il a décelé une détermination extraordinaire, particulièrement chez Tahar Oudihat, Messaoud Leftissi, Bacha Billel… et Messouci Samira. "Tahar Oudihat est un jeune ouvrier originaire d'Ifri-Ouzellaguen. Il m'a dit : ‘Si je n'aimais pas mon pays, je ne prendrais pas, chaque vendredi, un taxi pour pouvoir exprimer pacifiquement à Alger ma vision d'un Etat de droit et de démocratie.' Il a été arrêté à cause d'une pancarte", raconte l'homme de loi. Selon lui, la militante du RCD, âgée d'à peine 25 ans, n'a aucune intention de renoncer à ses idéaux. Elle se préoccupe des dossiers des citoyens dont elle avait la charge en sa qualité d'élue à l'APW de Tizi Ouzou. "Son souhait est de récupérer l'emblème amazigh à sa sortie de prison. C'est vrai que certains détenus s'inquiètent pour leurs enfants, leurs parents à charge, leurs études ou leur travail. Mais la plupart arborent le sourire à chacune de mes visites. Ils ont le moral", soutient notre interlocuteur, qui ajoute que les avocats s'arrangent pour les voir régulièrement au courant de la semaine afin qu'ils puissent garder un lien avec l'extérieur.
Souhila Hammadi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.