Décès d'un militaire dans un accrochage avec un groupe terroriste à Jijel    Houda Feraoun placée sous contrôle judiciaire    Nekkaz demande à Zeghmati de le remettre en liberté    RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR l'ALGERIE : Le tiers présidentiel au Sénat dénonce    C'EST LE MINISTRE DES FINANCES QUI LE DIT : Pas de bureaux de change en Algérie    Covid-19 : la course au vaccin montre des résultats prometteurs    EDUCATION NATIONALE : 50 000 DA pour le personnel touché par le Covid    ORAN : Démolition de cabanons à la plage Calypso d'Ain Feranine    Décès de l'ancien archevêque d'Alger    Report au 16 décembre du procès en appel des frères Kouninef    Schalke : Bentaleb sort du silence au sujet de sa mise à l'écart    Pétrole : le Brut de l'Opep à 46,72 dollars à la veille de la réunion de l'Opep+    Foot / Ligue des champions : le CRB et le MCA pour finir le travail    «Pas d'avenir radieux en Afrique sans l'Algérie»    Bayon, un autre SUV en préparation    Des parlementaires britanniques interpellent leur gouvernement sur la répression marocaine au Sahara occidental    Ouverture de nouvelles spécialités en master économie    En effet..., que faire de la Ligue arabe ?    Culture: signature de contrats de performance avec les directeurs du TNA et huit théâtres    L'opinion politique à l'appréciation des juges    Les clubs de Ligue 1 soulagés    Les SG de 4 clubs convoqués devant la commission de discipline    Benrahma marque des points    L'AADL met en demeure le groupe Aceg-Chine    Les travailleurs de l'Eniem investissent la rue    Une contre-expertise indépendante bat en brèche la thèse de la police    Le gouvernement Castex contredit Macron    Le paludisme menace des dizaines de milliers de personnes    Inquiétude des bénéficiaires    Tesla rappelle 870 voitures en Chine    Le procès de Merzoug Touati renvoyé au 26 janvier 2021    "L'Anomalie" d'Hervé Le Tellier primé    HENRI TEISSIER, UN SEIGNEUR DE PAIX    "Impossible de supprimer le ministère des Moudjahidine..."    Décès de Mgr Teissier : la scène religieuse perd "un de ses fidèles serviteurs"    SADEG Bologhine : Presque 5 milliards DA de factures impayées    Ecole El Merdja Djedida à Baraki : Les parents d'élèves irrités par la dégradation    Prévention contre la pandémie dans les établissements scolaires à Biskra : Aucun élève n'est atteint de la Covid-19    Protéger les enfants travailleurs durant la pandémie    Combat «Don quichotien» ?    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    Indifférence aux prix    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    USM Alger: Ne pas tout remettre en question    WA Tlemcen: Garder les pieds sur terre    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    Le président Tebboune annonce son retour    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Samira Messouci et 15 autres détenus restent en prison
Un rassemblement de soutien a été organisé hier devant la cour d'Alger
Publié dans Liberté le 18 - 07 - 2019

La demande de mise en liberté provisoire de seize manifestants, dont Samira Messouci, élue APW du RCD, a été rejetée par la chambre d'accusation de la cour d'Alger.
Des dizaines de citoyens, de militants politiques, de personnalités nationales et des députés RCD ont organisé, hier devant la cour d'Alger, un rassemblement de solidarité avec les détenus d'opinion. Dans le même temps, la chambre d'accusation examinait l'appel au mandat de dépôt, introduit par la défense de seize manifestants dont l'élue APW du RCD à Tizi Ouzou, Samira Messouci. Les jeunes gens sont accusés d'atteinte à l'unité nationale pour avoir brandi la bannière amazighe, porté des pin's estampillés au symbole identitaire berbère ou simplement arboré des pancartes avec des slogans dénonçant l'emprisonnement arbitraire de citoyens. Les avocats ont décidé, encore une fois, de boycotter l'audience afin de ne pas donner de crédit à des poursuites judiciaires sans référents juridiques. "Nous avons plaidé lors de la première audience. En fin de journée, la chambre d'accusation a confirmé la décision du juge d'instruction de mettre les manifestants en détention préventive. Nous avons compris que c'était une affaire politique. Nous déplorons que des jeunes soient détenus dans un centre pénitentiaire juste pour avoir exprimé une identité et une opinion dans une marche pacifique (…) Je suis triste que l'Algérie soit en voie d'être classée parmi les pays liberticides", a affirmé Me Seddik Mouhous. Sa consœur Fetta Sadat a relevé que certains citoyens ont été arrêtés pour des pancartes : "Il ne faut pas faire l'amalgame. Tous les manifestants ne sont pas détenus pour avoir porté l'emblème amazigh." Boycottant les salles d'audience, les robes noires ont rejoint, dans la rue, le contingent des contestataires. Le rassemblement, encadré par un dispositif sécuritaire plutôt léger, a démarré effectivement vers 10h. "Libérez les détenus", ont aussitôt revendiqué les manifestants, en portant les portraits des jeunes "hirakistes" incarcérés. Deux officiers de police se sont approchés alors d'Amina Messouci pour lui arracher des mains une banderole sur laquelle apparaissaient la photo de sa sœur Samira et celle de Billal Bacha, avec en arrière-plan l'étendard amazigh. Des militants l'ont entourée rapidement en criant "Silmya silmya" et "quelle honte, les policiers sont devenus des despotes". Habilement, ils sont parvenus à faire reculer les deux officiers de la Sûreté nationale. L'un d'eux s'est emparé de son talkie-walkie pour signaler la manifestante, qui lui aurait donné, selon ses dires, un coup de pied. Des accusations récusées immédiatement par des témoins de la scène. Des avocates se sont ingéniées à apaiser les esprits et éviter de nouvelles arrestations. "Le drapeau amazigh est interdit", a répété plusieurs fois le policier, comme pour justifier son incursion intempestive dans la foule. Ses collègues en civil ont, néanmoins, confisqué, par la force, l'objet du "délit". Le rassemblement s'est poursuivi jusque vers midi, sans autre incident. Ali Laskri, membre du présidium du FFS, Fethi Gherras, secrétaire général du MDS, Abdeslem Ali Rachedi, ancien député, Noureddine Benissad, président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (Laddh) et les députés RCD Athmane Mazouz, Yassine Aïssiouane, Me Fetta Sadat et Leïla Hadj Arab ainsi que des cadres du parti se sont mobilisés pour demander la relaxe sans condition des détenus d'opinion. Ils sont une quarantaine à croupir dans les cellules de la prison d'El-Harrach depuis que le chef d'état-major de l'ANP a décrété, dans un discours, l'interdiction de l'oriflamme amazighe dans l'expression publique de la révolution citoyenne. Me Loumis Ourida nous a déclaré que le collectif de défense, constitué spontanément, collationne les informations pour avoir un chiffre précis sur les personnes placées sous mandat de dépôt ou sous contrôle judiciaire. En fin de journée, la chambre d'accusation près la cour d'Alger a confirmé la détention préventive contre les seize manifestants.
Souhila Hammadi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.