Référendum : affluence appréciable dans les bureaux de vote au Royaume-Uni et en Irlande    La manifestation pacifique à El-Guerguerat contrecarre les plans du Maroc    Premier League : Hakim Ziyech une nouvelle fois décisif avec Chelsea    Le wali d'Alger inaugure le parking à étages et la station multimodale de la commune de Kouba    Coronavirus: 291 nouveaux cas, 187 guérisons et 8 décès    L' ANIE veillera à assurer la régularité et la sécurisation de l'opération de vote    "Leur Algérie" remporte le Prix du meilleur documentaire arabe    L'Association "Ouled El-houma" se recueille à Alger à la mémoire des martyrs    20 décès et 308 blessés durant les dernières 48 heures    Les opérations de Hammam N'baïl et Medjez Sfa, une proclamation du déclenchement de la révolution à Guelma et Souk Ahras    La permanence a largement été assurée    136 milliards de centimes de créances impayés    Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche dans les chefs-lieux de wilaya    Début du vote pour les nomades    L'Algérie va-t-elle récupérer ses islamistes radicaux ?    Huawei perd sa couronne de premier fabricant mondial    22 policiers ont été tués dans les manifestations d'octobre    Nouvelle réunion de médiation à Genève    L'Algérie condamne    "Nous ressentons une pression qui s'exerce sur nos ressources"    Les islamistes reviennent à la charge    Dr Bekkat Berkani : «le Championnat peut reprendre, mais...»    La FAF recadre Tahar Belkhiri du MCA    Juma en abandon de poste    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    Les cas de Covid-19 en hausse    Ce qui risque de plomber le référendum    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Beauté : le saviez-vous ?    Quiche lorraine au fromage    Les mesures sanitaires élargies à 20 wilayas    30 nouveaux notaires prêtent serment    Sécuriser la grande mosquée    Plafonnage des prix des semoules    «La colonisabilité», c'est quoi au juste ?    Mosquée d'Alger : munificence de l'ouvrage, mais ardoise «secrète»    NED Emmouk !    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Référendum sur l'amendement constitutionnel : ouverture de bureaux de vote à l'étranger    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Nouvelles de Saïda    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahcène Kadi et Karim Boutata placés sous mandat de dépôt
Les deux militants du Raj sont accusés d'"atteinte à l'unité nationale"
Publié dans Liberté le 30 - 09 - 2019

Ils ont été arrêtés jeudi séparément à Alger-Centre et transférés aussitôt, selon leurs proches, à la brigade de gendarmerie de Bab Jdid où ils ont été maintenus en garde à vue.
L'information est tombée hier vers 13h. Les deux militants de l'association RAJ, Ahcène Kadi et Karim Boutata, sont poursuivis pour atteinte à l'unité nationale conformément aux articles 76 et 79 du code pénal, affirment les avocats chargés de les défendre. Les accusations énoncées dans l'article 76 sont particulièrement graves : "Est puni de la réclusion de deux (2) à dix (10) ans, et d'une amende de dix mille (10 000) dinars à cent mille (100 000) dinars, quiconque, en temps de paix, enrôle des volontaires ou mercenaires pour le compte d'une puissance étrangère en territoire algérien." Dès lors, les citoyens, rassemblés devant le tribunal de Sidi M'hamed en soutien aux détenus du hirak, n'avaient pas vraiment d'espoir quant à une hypothétique libération.
Les appréhensions se sont confirmées une heure plus tard. Le juge d'instruction, devant lequel les deux jeunes militants actifs du RAJ (Rassemblement Actions Jeunesse) ont comparu, a ordonné le mandat de dépôt à la désormais célébrissime prison d'El-Harrach. Ils ont été arrêtés jeudi séparément à Alger-Centre et transférés aussitôt, selon leurs proches, à la brigade de gendarmerie de Bab Jdid. Par ailleurs, dans la matinée, Oudihat Tahar et Abiche Djaber, deux manifestants arrêtés le 21 juin dernier lors d'une marche dans la capitale pour port de l'emblème amazigh et placés en détention préventive le dimanche 23 juin, ont été présentés devant le juge d'instruction de la chambre n°11 du tribunal sis à la rue Abane-Ramdane.
Ils sont accusés d'atteinte à l'unité nationale sur la base des dispositions de l'article 79 du code pénal. Me Seddik Mouhous, qui leur a porté assistance juridique, a dénoncé, à l'instar de nombreux de ses confrères, un abus dans le mandat de dépôt contre des prévenus justifiant d'une adresse connue et qui ne présentent aucun risque de destruction de preuves. "Nous attendons l'ordonnance du juge. Il peut décider de renvoyer l'affaire au tribunal ou prononcer un non-lieu", a-t-il expliqué, sans augurer d'une issue heureuse pour les deux détenus. Il se réfère dans son pronostic pessimiste au verdict suspendu de plusieurs manifestants incarcérés. Près d'un mois après les avoir entendus (audition le 4 septembre dernier), le juge d'instruction n'a pas tranché le cas de Samira Messouci, d'Aouissi Hocine Mustapha, de Challal Amokrane et de Kichou El-Hadi, entendus jeudi dernier.
"Je ne crois pas avoir une décision aujourd'hui. D'autres détenus seront présentés demain (aujourd'hui lundi, ndlr) et mardi", a estimé notre interlocuteur. Il est approché alors par trois jeunes hommes qui voulaient s'enquérir du sort de Smaïl Chebili, un étudiant en sixième année de chirurgie dentaire, arrêté vendredi 27 septembre parce qu'il portait une écharpe aux couleurs de l'emblème amazigh. Il a passé deux nuits dans une cellule du commissariat de Cavaignac et a été présenté, hier, devant la chambre d'accusation n°4 du tribunal de Sidi M'hamed, a rapporté son frère Idir. Pour lui aussi, la sentence est sans appel : le mandat de dépôt.
Révoltés, quelques dizaines de citoyens et militants politiques et des droits de l'Homme n'ont eu de cesse de crier, devant l'enceinte du tribunal d'Alger-Centre : "Vous les despotes, libérez nos enfants", "Les détenus du hirak, cause nationale", "Familles des détenus, vos enfants sont les nôtres"… Areski Chaâlal, président du Collectif des familles des détenus, a motivé davantage les manifestants lorsqu'il a relevé le traitement particulier de l'affaire de l'emblème amazigh entre les juridictions d'Alger et celles des autres wilayas. "Alger-Annaba, même loi" a résonné, en écho à ses propos, aux alentours de la rue Abane-Ramdane. Youssef Ramdane Tazibt, cadre dirigeant du Parti des travailleurs, Amina, épouse du cinéaste Moussa Haddad décédé il y a quelques jours, la coordinatrice d'Amnesty International en Algérie, le président du RAJ, Abdelouahab Fersaoui, et des militants du RCD ont participé au rassemblement.

Souhila Hammadi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.