Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne pour préserver la stabilité de l'Algérie    Une délégation de l'APN prendra part à l'Eucoco    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Bengrina s'en prend à l'opposition    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    Des partisans du président agressent des opposants    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    Il y a tromperie sur la marchandise    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Israël ferme des organisations palestiniennes à El-Qods occupée    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Se disputer avec soi-même    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Université / Emploi : l'autopsie    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'affaire MCA-USMA divise le BF
Fédération Algérienne de Football
Publié dans Liberté le 16 - 10 - 2019

La LFP n'aurait pas appliqué à la lettre les directives de la fédération au sujet de l'organisation des matches du championnat durant les dates FIFA. Explications.
La gestion de l'affaire du derby algérois MCA-USMA par la Ligue du football professionnel ne fait pas l'unanimité au sein du bureau fédéral de la FAF. Des membres sont carrément contre la décision de la LFP de maintenir la rencontre en dépit de l'opposition de l'USMA qui a avancé l'argument réglementaire des dates FIFA. "Nous avons été surpris de lire dans le communiqué de la LFP que la ligue s'est basée sur l'autorisation accordée par le bureau fédéral de la FAF à la ligue pour l'organisation des matches en retard durant les dates FIFA. En vérité, lors des débats au BF, nous avions insisté auprès du représentant de la ligue pour avoir au préalable l'accord des deux clubs et voir s'ils n'ont pas des joueurs sélectionnés à cette période. Ce qui n'a pas été fait visiblement par la ligue dans le cas du derby MCA-USMA. D'ailleurs, nous avons saisi le chargé de la communication de la FAF pour apporter une précision dans le communiqué de la FAF à ce sujet. Cela n'a pas été fait. C'est navrant. Nous avons également saisi le président de la FAF à ce propos. Nous allons évoquer ce sujet lors de la prochaine réunion du BF et corriger cette omission avant l'adoption du PV de la dernière réunion", révèle sous le sceau de l'anonymat un membre influent du bureau fédéral. Un autre membre du BF ajoutera : "De toutes les façons, le sujet de la gestion de la LFP sera au menu de la prochaine réunion du BF. Le président de cette ligue est toujours absent. La programmation laisse à désirer, sans oublier l'affaire des costumes des officiels de matches, facturés à 45 000 DA l'unité, alors qu'ils ne coûtent que 6000 DA sur le marché." En fait, à l'issue de la dernière réunion du BF tenue à Ouargla, la FAF avait annoncé avoir "autorisé, à titre exceptionnel, la LFP à programmer des matchs en retard de la Ligue 1 professionnelle lors de la prochaine date FIFA, mais en dehors des jours des rencontres de l'équipe nationale, soit le jeudi 10 et le mardi 15 octobre 2019. Et ce en raison du fait que la LFP a enregistré 10 rencontres en retard à cause des matchs de nos clubs sur les plans continental et régional, et des différentes sélections nationales", sans aucune précision. Cette dérogation est toutefois en contradiction avec le règlement du championnat de Ligue 1 pour la saison 2019-2020 qui stipule dans son article 29 que "le championnat de Ligue 1 s'arrête durant les dates FIFA et à chaque fois que l'équipe nationale des locaux dispute une rencontre internationale".
L'USMA introduit un recours, mais…
Ce règlement ne prévoit aucun cas d'exception, contrairement à ce que laisse suggérer le communiqué de la FAF. Il faut rappeler aussi que l'un des griefs retenus contre l'ex-président de la LFP, Mahfoud Kerbadj pour le destituer (retrait de délégation), est l'organisation des matches du championnat durant les dates FIFA.
Soit exactement le cas aujourd'hui. La commission de discipline de la Ligue de football professionnel a rendu son verdict lundi à propos du forfait de l'USM Alger samedi dernier face au MCA, comptant pour la mise à jour du calendrier de la Ligue 1. La LFP a décidé de déclarer match perdu par pénalité pour l'USMA et la défalcation de trois points. Joint par Liberté, le chargé de la communication de l'USMA, Amine Tirmane, a déclaré : "Nous avons pris connaissance du verdict de la LFP. Franchement, ce n'est pas une surprise. Mais le forfait de l'USMA est motivé par des arguments en béton. Nous ne pouvons jouer un match sans l'absence de nos titulaires de surcroît dans une date FIFA. Nous n'allons pas baisser les armes. Au contraire, nous allons suivre la procédure en saisissant toutes les instances nationales avant de recourir aux instances internationales." Cependant, comme nous le révélions dans notre édition de lundi dernier, la première instance à même de traiter les recours (en général) des clubs, c'est la Commission de recours de la FAF. Seulement voilà, l'article 97 du règlement du championnat 2019-2020, qui traite des procédures, souligne que "les décisions de la commission de discipline de la LFP peuvent faire l'objet d'un appel auprès de la commission de recours de la FAF qui statue en dernier ressort, sauf pour les sanctions suivantes qui sont définitives et non susceptibles d'appel : une suspension égale ou inférieure à quatre (4) matchs ; une sanction égale ou inférieure à deux (2) matchs à huis clos ; une amende égale ou inférieure à cent mille dinars (100 000 DA) ; les sanctions ayant trait aux forfaits confirmés. Pour être recevable, l'appel doit être introduit dans les deux jours ouvrables à dater du lendemain de la notification de la décision contestée ; il doit être déposé au secrétariat de la FAF ou transmis par fax et accompagné, au titre du paiement des droits de recours, d'un chèque de banque ou de la copie du bordereau de versement bancaire d'un montant de cinquante mille dinars (50 000 DA) à la FAF. Les droits payés ne sont pas remboursables". Autrement dit, dans le cas d'un forfait confirmé comme c'est le cas du derby algérois en l'occurrence, l'USMA ne peut pas saisir la commission de recours de la FAF. L'USMA doit recourir donc directement au TAS d'Alger, mais là aussi, il y a un hic.
Medouar sur la sellette
L'article 99 du règlement du championnat précise que "les décisions de la commission de recours sont définitives et contraignantes pour toutes les parties concernées. De même, les sanctions disciplinaires, les lois du jeu et celles concernant le dopage. Toutefois après épuisement des voies de recours ordinaires, un recours peut être formulé auprès du Tribunal algérien du règlement des litiges sportifs (TAS) pour les seules décisions suivantes : interdiction d'exercer toute fonction et/ou activité en relation avec le football (radiation) ; rétrogradation ou accession d'un club ; suspension supérieure à deux (2) ans. (…) Pour être recevable, le recours doit être introduit auprès du TAS algérien dans les cinq (5) jours ouvrables à compter de la date de notification de la décision de la commission de recours". Il n'est nullement mentionné donc le cas d'un forfait.
En revanche, l'USMA peut préparer son dossier pour le TAS de Lausanne qui recevra réglementairement son recours. Mais là, les frais du recours et les honoraires des avocats peuvent s'élever à au moins 70 000 euros, ce qui n'est pas abordable dans la situation actuelle du club.
Le président de la LFP, Abdelkrim Medouar, fait face, justement à cause de cette affaire, à une fronde au sein de son bureau exécutif qui réclame une assemblée extraordinaire de la LFP pour remettre son mandat. "Nous avons été mandatés par les membres de l'assemblée générale pour les représenter à la LFP, puisque l'on a failli à notre mission, il ne reste plus qu'à convoquer une assemblée générale extraordinaire afin de lui remettre notre mandat, elle est souveraine, c'est à elle de décider de l'avenir de la direction de la LFP, il n'est plus possible de gérer cette structure, il ne faut pas avoir honte de dire qu'on a échoué. On est devenu la risée de tout le monde, je ne veux plus cautionner cette médiocrité", a affirmé le vice-président de la LFP, Djamel Messaoudène.

SAMIR LAMARI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.