Real : Rüdiger est la priorité défensive    L'Algérie pour écrire son nom sur les tablettes de l'épreuve    Lionel Messi au septième ciel du football à Paris    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    "EDEX-2021" du Caire : Said Chanegriha reçu par son homologue égyptien    Opep+ œuvrera à préserver l'équilibre du marché dans le contexte des craintes du variant Omicron    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Raffinerie de Skikda : une flamme derrière l'incident survenu mardi    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Une bureaucratie en remplace une autre !    Les nouvelles technologies au secours de la culture    "Fahla , l'audace dans la langue algérienne"    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    11 entraîneurs européens présents au Qatar    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    L'article 29 à la carte !    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    Assommants cachets...    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    Un cas unique de corruption    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les routes dans un état chaotique
Secteur des travaux publics à Bouira
Publié dans Liberté le 24 - 10 - 2019

L'état des routes au niveau de la wilaya de Bouira est chaotique ! Les crevasses et autres nids-de-poule y sont légion. Aucune région n'est épargnée par cette situation lamentable, qui va de mal en pis, sans que les responsables de la direction des Travaux publics, prennent les mesures adéquates, afin de réhabiliter ce qui peut l'être. En effet, les exemples ne manquent pas pour illustrer cette détérioration des routes à l'échelle de la wilaya.
Ainsi, dans la commune de Lakhdaria, à une quarantaine de kilomètres du chef-lieu de la wilaya, la majorité des routes sont délabrées ou pis encore, carrément impraticables. Selon un récent rapport de la commission de l'APW, plus de 50% du réseau routier de cette commune devrait faire l'objet d'une complète rénovation. Le chemin qui mène vers le village El- Hazama, à une dizaine de kilomètre du chef-lieu communal, est en grande partie impraticable.
Les citoyens de cette localité, ont à maintes reprises, interpellé les autorités à ce propos, mais sans grand résultat. D'autres localités de la commune, sont pratiquement coupées du monde, du fait que leurs routes sont dans un piteux état. La commune voisine de Kadiria n'est pas en reste puisque selon toujours le même rapport, les différents chemins communaux et vicinaux sont dans un état de dégradation très avancé.
Les villages de Ziraoua, Beggas, Ouled Benfodil et autres bourgs sont inaccessibles en voiture et les habitants sont contraints d'utiliser des mulets pour arriver chez eux. Les citoyens des communes de Maâla, Guerrouma et Boukram se retrouvent dans le même cas et ne cessent de crier leur désarroi face à ce qu'ils qualifient d'abandon total de la part des élus et par corrélation des services de la DTP, à qui incombe la charge de la réfection des routes.
La commune de Djabahia, une vingtaine de kilomètres à l'ouest du chef-lieu de la wilaya, est l'une des plus affectées par cette situation catastrophique. Les rapporteurs de l'APW ont mis en exergue que plus 70% du réseau routier communal, est dégradé. Ainsi et notamment en période hivernale, les hameaux de Djabahia sont isolés et pratiquement inaccessibles. D'ailleurs, pour acheminer les bonbonnes de gaz butane aux citoyens qui ne sont pas encore raccordés au gaz naturel, les services de Naftal et de la DEM de Bouira, éprouvent les pires difficultés à accéder à ces villages, tant l'état des routes y est infernal à certains endroits.
Dans la commune de Aïn Bessam, une trentaine de kilomètres au sud-ouest de Bouira, c'est le même topo ! À certains endroits, les routes ont disparu, transformées en de simples pistes où un mulet casserait ses sabots. Cette situation concerne toute la périphérie du chef-lieu communal, ainsi que d'autres quartiers tels que les lotissements Social et El-Bhaïeur. Un état de fait qui soulève moult interrogations chez les automobilistes et les piétons.
Plus aucune rue ou route de la daïra de Aïn-Bessem n'échappe à cette déchéance totale. Afin de pallier cette situation des moins reluisantes, une cagnotte de plus de 250 millions de dinars a été réservée pour la réhabilitation des routes nationales et divers chemins de wilaya, a-t-on appris auprès de la direction locale des travaux publics. Ainsi et selon lesdits services, Bouira a bénéficié d'un montant de 250 millions de dinars dans le cadre du programme étatique annuel destiné à la réhabilitation des routes nationales de la wilaya, notamment les RN 5, 8, 30 et 33.
En outre, ce programme inclut également la réfection des CW 21, 93, 62 et 127. Ainsi le CW 21, reliant la commune d'El-Hachimia (sud-ouest de Bouira) aux localités voisines de Gora et Ouled El-Hadj Ali, se trouve dans un état de dégradation des plus avancées. En effet, les routes menant vers les diverses localités de la région, sont jonchées de nids-de-poule et de crevasses. Leur réhabilitation serait une bouffée d'oxygène. Idem pour le CW 93, reliant Guerrouma à Lakhdaria.
De manière globale, le réseau routier de la wilaya de Bouira laisse à désirer, même si la DTP de Bouira indique que sur les 2 995,74 kms de routes que compte la wilaya, 78% sont "excellentes à moyennes" et seulement 22%, sont jugées "mauvaises". Ainsi, sur 459,77 km de routes nationales, 389,07 km sont d'après cette direction en excellent état, soit un taux de 85% et 70km sont dégradés, soit 14%. Pour ce qui des chemins de wilaya (CW), 715 km sont considérés comme "excellents", soit 76% du total.

RAMDANE BOURAHLA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.