Palestine: l'artillerie israélienne bombarde deux sites au Nord de la bande de Ghaza    Après des tensions avec Madrid et Berlin, le Maroc en brouille avec Téhéran    Manchester United: Cavani officiellement prolongé    Chelsea : Kurt Zouma sur le départ ?    Logements : 70% des projets parachevés ou en cours de réalisation, selon le ministère de l'Habitat    Barça : Piqué envoie une pique au Real Madrid    Campagne d'information sur les services en ligne    Les enjeux d'une option    « Il faut relancer le bâtiment »    Les marches soumises à autorisation    La siesta    «La question sahraouie est une question de décolonisation»    Elle est où la fusée ?    Des chefs de partis chez Charfi    Suppression de l'essence super au plomb dès octobre prochain    "ON N'EXPORTE PLUS DEPUIS LA FERMETURE DES FRONTIÈRES"    Résultats    Une bonne préparation pour les éliminatoires du Mondial    7 décès et 204 nouveaux cas    Le Bayern champion pour la neuvième fois consécutive    Ruée vers l'Espagne    DJERAD VEUT ASSEOIR LES BASES DU DIALOGUE SOCIAL    Les établissements scolaires relativement perturbés    Ftirate    Prévention aléatoire    IL ETAIT LA VOIX GRAVE DE LA RADIO    Législatives : rencontre entre l'ANIE et des représentants de 18 partis politiques    Tizi Ouzou : Des hôtes de marque au village le plus propre    Université d'El Annasser à Bordj Bou Arréridj : Il y a 150 ans, la révolte d'El Mokrani    Arts plastiques à Guelma : Vers la renaissance de l'association Bassamate    Edition : Un ouvrage sur l'organisation traditionnelle kabyle    Ethique: Quels remèdes pour l'administration et l'entreprise publiques ?    Quand l'Egypte séduit la France    Le procès du terroriste «Abou Dahdah» reporté    Programme de modernisation de la ville: Des études pour l'aménagement des sites touchés par le relogement    Acter la consécration de l'état national    Une vingtaine de civils tués dans une attaque terroriste    La pandémie inquiète de plus en plus    La procureure de la CPI reçoit des ministres afghans    La frénésie s'empare de Béjaïa    La JSK confirme encore    L'éviction de listes charme l'opinion    Le front El Moustakbel sur les starting-blocks    L'autre star du Ramadhan    Les trois lauréats dévoilés    Divas d'Oum Kalthoum à Dalida    Mohammed Dib : un écrivain monumental    Le nouveau cap d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les magistrats haussent le ton
ALORS QUE le ministre de la justice campe sur ses positions
Publié dans Liberté le 03 - 11 - 2019

Après huit jours de grève, pas de signe de dénouement du conflit qui oppose les magistrats à la chancellerie.
Le Syndicat national des magistrats (SNM) et le Club des magistrats d'Algérie ont répondu hier, simultanément, et sur un ton particulièrement virulent, au ministre de la Justice, garde des Sceaux, Belkacem Zeghmati, qui, dans un communiqué rendu public jeudi, a réitéré sa décision de maintenir le mouvement dans le corps des magistrats avec, toutefois, la possibilité pour eux de déposer un recours auprès du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), à condition qu'ils aient rejoint leurs nouveaux postes.
En réaction à cette injonction, le président du SNM, Issad Mabrouk, a appelé le ministère de la Justice à "cesser sa gestion policière de la crise qui constitue une provocation vis-à-vis des magistrats", avertissant que le SNM "n'assumera pas les conséquences qui en découleront". Et d'ajouter que "le combat que livrent les magistrats contre le pouvoir exécutif ne revêt pas un caractère sectoriel dans le seul but de servir leurs intérêts personnels parce qu'ils ne sont pas membres de la bande, ni ne font partie de ses relais.
Les magistrats n'ont pas besoin de recevoir des leçons de patriotisme ou de bon jugement". Le SNM s'est exprimé aussi sur la suspicion de l'opinion publique vis-à-vis de sa revendication relative à l'indépendance de la justice, jugeant cette méfiance "étrange et non compréhensible". Tout en laissant la porte ouverte à toute initiative susceptible de dénouer la crise, le SNM insiste sur "la préservation de l'autorité de l'Etat, la dignité des magistrats et l'intérêt des justiciables".
Issad Mabrouk soutient qu'en l'absence d'une solution consensuelle, "la protestation se poursuivra à la même cadence et avec la même détermination et surtout avec une discipline susceptible de préserver le mouvement de toute action irréfléchie". Le SNM avertit : "Toucher à un magistrat expose à la colère de tous, et à ce moment-là, la réaction du syndicat sera violente quelles qu'en soient les conséquences."
De son côté, le porte-parole du Club des magistrats d'Algérie, Saâd-Eddine Merzoug, estime que le ministre de la Justice s'enlise dans "un déni de la réalité du terrain" et rappelle que la grève des magistrats a connu un taux de suivi oscillant entre 96 et 98%. "La situation du pays, en général, et du secteur de la justice, en particulier, dépasse la question de savoir si la grève des magistrats est légale ou pas de la part d'un ministre de la Justice illégitime appartenant à un gouvernement désigné par les forces anticonstitutionnelles contre la volonté du peuple", a asséné Saâd- Eddine Merzoug.
Les juges et les procureurs sont en grève illimitée depuis dimanche dernier pour réclamer l'annulation des décisions d'affectation de près de 3 000 d'entre eux, soit la moitié des effectifs, selon Saâd-Eddine Merzoug. "Le pouvoir politique a empiété sur les prérogatives du Conseil supérieur de la magistrature en décidant d'un mouvement de cette envergure en un temps record", accuse ce magistrat. Dans ses communiqués successifs, le ministère de la Justice se défend en affirmant que les changements contestés ont été validés à l'unanimité par les membres de cette instance.

Nissa Hammadi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.