CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    OL : Slimani s'enflamme pour Rayan Cherki    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Moteurs électriques : les 5 variantes    Un recyclage de nouvelle génération    Le rôle de la cité scientifique de Boumerdès dans la récupération de nos richesses en hydrocarbures    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Distribution prochaine de 154 LPA    Plusieurs maisons menacent effondrement    Droit d'inventaire vs changement de serrures    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    185 nouveaux cas durant ces dernières 24 heures    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    Sabri Boukadoum: Envoi de troupes en dehors des frontières, des «rumeurs infondées»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Kherratis réinvestissent la rue
POUR EXIGER "LA LIBéRATION DES DéTENUS D'OPINION" ET "LE DéPART DU SYSTèME"
Publié dans Liberté le 03 - 11 - 2019

Au lendemain de la mobilisation historique du vendredi 1er novembre, qui a connu de gigantesques marches à travers tout le pays, la population de Kherrata a tenu à sortir de nouveau dans la rue afin de réitérer son engagement et sa détermination à poursuivre son combat pacifique pour faire aboutir la révolution du sourire, dont la première étincelle est partie de cette ville historique.
Et, bien entendu, réitérer son soutien aux détenus d'opinion dont elle réclame la libération sans condition. Hier encore, des milliers de Kherratis ont manifesté dans la rue contre l'entêtement du pouvoir en place à pérenniser le système, à travers l'élection présidentielle prévue pour le 12 décembre prochain, en dépit de son rejet massif et incontestable par la majorité du peuple algérien.
Les manifestants, qui ont emprunté l'itinéraire habituel s'étendant du stade communal jusqu'au siège de la daïra de Kherrata, ont réaffirmé leur refus catégorique de "cautionner la mascarade électorale" imposée par les "résidus" d'un régime aux abois. "Makanch intikhabat mâa l'îssabat" (Pas d'élection avec les bandes mafieuses), "Makanch l'vote, wallah ma n'dirou, Bedoui wa Bensalah lazem itirou, wallah mana habsin" (Pas de vote, nous ne le ferons pas, Bedoui et Bensalah doivent partir, Dieu nous est témoin, nous ne nous arrêterons pas), "Ulac l'vote ulac"…, tels sont les slogans scandés.
Brandissant les portraits de certaines figures du hirak, incarcérées à la prison d'El-Harrach, notamment celui du moudjahid Lakhdar Bouregâa, la déferlante humaine n'a cessé de réclamer à nouveau "la libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus politiques et d'opinion". Arrivée à hauteur du siège de la compagnie de la Gendarmerie nationale, la foule marquera une halte, en scandant à tue-tête l'habituel slogan "Pouvoir assassin".
Et d'autres encore à l'adresse de tous les représentants et figures qui incarnent le système. Aucune de ces figures n'a échappé à la colère populaire avec des slogans sans appel les "invitant" à partir. Mais, fidèle au mouvement populaire dont la population de Kherrata demeure un exemple pour avoir été la première à se soulever, cette nouvelle démonstration de rue est restée pacifique.
Après avoir sillonné les principales artères de la ville, les marcheurs se sont rassemblés devant le siège de la daïra, où ils ont repris les slogans phare du hirak, tels que "Libérez les détenus", "Ulac smah ulac" (Pas de pardon), "Système dégage", "Djazaïr hourra dimocratia" (L'Algérie libre et démocratique vivra)… Rendez-vous est donné encore une fois pour la semaine prochaine dans le but de perpétuer cette manifestation jusqu'à la libération de tous les détenus politiques et d'opinion injustement incarcérés.

K. O.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.