CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    483 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    Covid-19/sétif: appel aux volontaires médecins et paramédicaux pour prêter main forte au staff médical en activité    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    TIZI OUZOU : Vers l'ouverture de deux nouveaux services Covid-19    TAMANRASSET : Un terroriste capturé à In M'guel    Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Belhimer: les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    YEMEN: REQUIEM POUR UN PEUPLE    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Cap sur les mines    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Le FFS face au défi du rassemblement    La classe politique sort de sa léthargie    Le RCD s'en prend aux "philistins attitrés"    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Démission du ministre de la Justice    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Kafkaien    La nouvelle feuille de route    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Un recrutement en catimini    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    Covid-19: L'Aïd de toutes les incertitudes    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maya
32e partie
Publié dans Liberté le 05 - 11 - 2019

Résumé : Après son passage à l'hôpital, Djamel est plus ou moins rassuré sur l'état de sa femme et de sa petite fille. Il met ses beaux-parents au courant de la situation et leur propose de les accompagner à l'hôpital pour voir Samia. Mais sa mère veut aussi venir.
La vieille dame s'approche de lui et susurre :
- Cette femme est faible de constitution et ne t'a donné qu'une fille. Que dis-je ? Plutôt un bout de fille prématurée qui ne va peut-être pas survivre ou, dans le cas contraire, vivra avec un handicap à vie.
C'en était trop et le jeune homme explose.
-Pourquoi dis-tu cela, mère ? Pourquoi en veux-tu tant à Samia ?
-C'est plutôt à toi que j'en veux, mon fils, reprend la vieille femme, imperturbable. Si ta femme n'arrive pas à te donner un garçon en bonne santé, à qui lègueras-tu l'héritage familial ?
Djamel hurle.
-Mais je me fous royalement de l'héritage. Ce que je veux, c'est que ma femme recouvre sa santé. Que j'aie une fille ou un garçon, c'est la volonté de Dieu.
Faisant fi de ses cris, elle met une main sur son bras.
-Réfléchis donc, Djamel. Ne te laisse pas aveugler par les sentiments, mon fils.
Elle s'éloigne et sort de l'appartement le laissant seul et désemparé.
Il s'affale sur le sofa et se met à pleurer à chaudes larmes. La tension des dernières heures et le stress ont eu raison de ses nerfs. Un long moment s'écoule avant qu'il n'ait le courage de se relever et de se rendre dans la salle de bain pour se laver le visage.
Il jette un coup d'œil à son reflet dans la glace et constate que ses traits étaient tirés, alors que des cernes s'étaient formés sous ses yeux rouges et enflés.
Il passe sa tête sous le robinet et tente de reprendre ses esprits. Un instant plus tard, se sentant mieux, Djamel change de chemise et se recoiffe, puis jette un coup d'œil à sa montre-bracelet et constate qu'il était temps de partir.
Il passe récupérer ses beaux-parents et sa belle-sœur Nadjette, et ils se rendent tous à l'hôpital.
Samia dormait profondément. Djamel remarque des traces de larmes sur son visage, ce qui n'échappe pas aussi à Nadjette.
-Mon Dieu !, s'exclame cette dernière. Comment en est-elle arrivée là ?
-Elle a eu un petit incident à la maison. Elle a fait une chute.
Un silence de plomb plane sur l'assistance. Djamel se sentit gêné et quelque part coupable. La mère de Samia pleurait en silence, tandis que son père, figé tel un automate, semblait sous le choc.
Nadjette reprend enfin :
-Samia se portait bien ces dernières semaines. Elle faisait très attention et évitait les tâches ménagères susceptibles de la fatiguer ou de provoquer un accouchement avant terme. Que s'est-il passé donc Djamel ?
Le jeune homme la regarde dans les yeux avant de répondre :
-Ma mère lui avait demandé de l'aider à remettre les rideaux du salon.
-Quoi ! Mais c'est insensé !
-Je sais, Nadjette, mais ma mère ne voyait pas le danger. Pour elle, c'était juste une aide.
La mère de Samia essuie ses larmes. Elle tire une chaise et s'assoit au chevet de sa fille avant de lui prendre les mains et de les embrasser.
-Ma pauvre fille. Tu es devenue le bouc émissaire des humeurs de ta belle-mère.
Djamel toussote.
-Grâce à Dieu, les médecins semblent optimistes.
Son beau-père intervient alors.
-Pourquoi est-elle donc branchée à toute cette batterie ?
-C'est parce qu'elle vient d'être opérée. D'ici quelque temps, cela ira beaucoup mieux pour elle. D'ailleurs, on lui a même administré des calmants pour l'endormir. Pour qu'elle se repose et ne souffre pas trop.
L'homme hoche la tête.
-Et après ?
-Et après quoi ?
-Quand pourra-t-elle sortir de cet hôpital ?
-Je n'en sais rien. Elle devrait rester le temps qu'il faudra pour récupérer. Seuls les médecins pourront décider de sa convalescence.

(À SUIVRE)
Y. H.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.