Man City : Un intérêt pour Harry Kane    Le Conseil de la nation entame le débat du PLF 2021    AADL: lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    Le président mauritanien reçoit le MAE sahraoui, émissaire de Brahim Ghali    FLN: l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental, seule solution pour le règlement du conflit    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    Algérie-Turquie: 5 milliards de dollars d'échanges commerciaux    Merkel soutient l'autodétermination des Sahraouis    Mandat d'arrêt international émis contre Abdou Semmar    USMA: Benaraïbi Bouziane nouvel entraîneur    Covid-19: Krikou inspecte l'application du protocole sanitaire à l'Ecole des jeunes sourds-muets de Rouiba    SEISME DE SKIKDA : Mise en place d'une cellule de crise    HOPITAL DE BLIDA : 17% du professionnel infectés par le Covid    L'Organisation des Moudjahidine qualifie Macron de ‘'menteur''    Accident de la circulation : plus de 2.400 morts au cours des 10 premiers mois de 2020    Décès de l'ancien ministre de la Communication Abderrachid Boukerzaza    Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, suspendu cinq ans par la FIFA    Les clubs de la Ligue 2 dans l'expectative    Cinq joueurs ménagés    Youcef Belaïli compte s'«illustrer davantage»    La justice otage du virus    L'armée menace la capitale du Tigré d'un assaut    Plus de 400 enfants arrêtés par les forces d'occupation en 2020    Les opérateurs fixés sur les taux d'intégration    106 kg de viande et abats saisis    Colère après la mort d'un jeune dans un commissariat    Près de mille personnes verbalisées à El-Bayadh    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    L'ancien député Khaled Tazaghart acquitté    Versailles : le street art fait son apparition dans cette ville historique    L'Opéra de Paris va lancer une plateforme numérique de spectacles et masterclass    «Une société qui méprise la femme est une société morte»    L'enjeu de la crise à Guerguerat    Coupure d'internet : La longue souffrance à Aïn taya    Le silence assourdissant des partis du pouvoir    Le verdict attendu le 30 novembre    Les marcheurs du 5 octobre devant la cour d'appel    L'appel de la forêt    Les précisions de Linde Gas Algérie    L'engagement des dirigeants du G20    Le MCO dans la ligne de mire    El Guerguerat : La Mauritanie émet des réserves sur le 2e mur érigé par le Maroc    Grippe aviaire : les Pays-Bas abattent 190 000 poulets    Les travaux de réhabilitation encore retardés    Décès de la journaliste britannique Jan Morris    Pour "une société et une économie plus durables"    El Tarf: Des pluies salvatrices pour l'agriculture    Retour à la case départ pour l'association dédiée au cheval    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La sexualité dans la société arabo-musulmane : tabou, obsession, honte et honneur
…SOUFFLES…SOUFFLES…SOUFFLES…
Publié dans Liberté le 16 - 11 - 2019

Pourquoi la sexualité s'est transformée, dans l'imaginaire arabo-musulman, en un fantasme démesuré ? Pourquoi la mentalité arabo-musulmane se comporte-t-elle avec prudence, soif et retenue dès qu'il s'agit de la chose "sexualité" dans l'art, dans l'éducation ou dans la vie quotidienne ? L'arabo-musulman cultive et entretient, depuis son enfance, un état d'esprit brouillé et un discours ambigu dès qu'il s'agit de la chose "sexualité". La sexualité demeure un complexe psychosocial refoulé et chronique chez le musulman en général, de la naissance jusqu'à la mort. La sexualité est une obscurité, un trouble !
La société arabo-musulmane, dans son intégralité, intellectuels comme simples citoyens, voit en la sexualité la "honte". La sexualité est aussi le synonyme de "l'honneur" viril ou le "déshonneur" absolu ! Le crime d'honneur est légalisé, canonisé ou toléré par la société arabo-musulmane. Des histoires dites "crimes d'honneur" qui donnent la chair de poule, sont vécues et admises de Marrakech jusqu'à Bassora !
La dernière est celle d'un médecin palestinien qui débarque à Gaza venant spécialement de Montréal pour assassiner sa sœur parce qu'elle a osé poster sur les réseaux sociaux sa photo au côté de son petit ami ! Le citoyen arabo-musulman est allergique à l'amour. Dans sa tête, l'amour est souvent lié à la sexualité maudite. De ce fait, la société arabo-musulmane tolère la haine et la violence comme culture et condamne l'amour et l'affection entre un homme et une femme.
Et parce que la sexualité est une hallucination, une sorte de phobie individuelle et communautaire, les arabo-musulmans condamnent la mixité dans les écoles. À leurs yeux, la mixité est le chemin ouvert vers une sexualité hors charia ! Toute mixité est immorale. Et malgré toute cette technologie qui envahit la société arabo-musulmane, le rapport à la sexualité n'a pas changé ou peu.
L'éducation sexuelle passe toujours par des canaux culturels traditionnels usant des méthodes archaïques et d'un discours flou, hypocrite et fataliste. Paradoxe ! Bien que la sexualité reste un tabou, d'après des statistiques fiables, la société arabo-musulmane est la plus grande consommatrice des films pornographiques et toute autre culture de la chair humaine !
Dans les programmes de l'école arabo-musulmane, l'éducation sexuelle est bannie. Silence ! Et face à ce vide éducatif, les enfants et les ados sont exposés, en permanence, à tous les risques socio-sanitaires et idéologiques. Et ce qui est dégoûtant, infect, ces soi-disant parlementaires arabes sont préoccupés par la promulgation des lois légiférant le mariage des enfants-filles et condamnant l'éducation sexuelle dans les écoles et les lycées.
Il y a de cela deux ans, quand le Parlement algérien se préparait pour un débat autour de la nécessité de l'introduction de "l'éducation sexuelle" dans le programme scolaire, la force obscurantiste conservatrice a hurlé sur tous les toits, condamnant un tel acte. Ceux qui font obstacle et dressent des barrières devant l'enseignement de la sexualité dans nos écoles, oublient que les faqihs d'antan, les éclairés parmi eux, ne trouvaient aucune gêne de parler aux adeptes de ce domaine.
Et notre patrimoine littéraire et jurisprudentiel est plein de textes traitant la sexualité avec beaucoup de détail et d'explication sans nuance aucune. Mais aujourd'hui, ces féqihs et littérateurs qui ont écrit sur la sexualité à l'image des Jahiz, Nafzaoui, Sayouti, Ibn Daoud, Chatibi, Hamed al-Ghazali, et qui étaient audacieux à leur époque, ne sont plus d'actualité. Leurs livres, leurs idées, sont dépassés. Et l'éducation sexuelle doit être prise en charge par des spécialistes en la matière, en l'occurrence les médecins, les aides-médicaux, les psychiatres, les philosophes…afin de libérer la nouvelle génération de ce complexe socioculturel.
Les régimes politiques arabo-musulmans ne cessent de censurer toute création littéraire ou cinématographique évoquant la sexualité, mais, en même temps, tolèrent les charlatans et les religieux de détailler cette sensible problématique ! Dans la société arabo-musulmane, seul le feqih et le charlatan sont autorisés à parler de la sexualité, à la télévision, dans les mosquées, en conférence et ailleurs.
Le risque dans la sexualité, c'est que cette dernière se transforme en une marchandise au lieu d'être une expression de liberté et de la dignité du corps humain. En l'absence d'une prise en charge scientifique et culturelle planifiée de la chose "éducation sexuelle", cette dernière demeurera une obsession. Et dans une société obsessionnelle, la femme s'installe, dans l'imaginaire arabo-musulman, comme une proie harcelée dans la rue, dans son domicile et dans l'entreprise.

A. Z.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.