Reprise de l'activité du contrôle technique des véhicules    L'ENIE se lance dans la fabricationde respirateurs artificiels    L'afrique risque de ne pas recevoir le soutien souhaité    L'Algérie "peut compter" sur son amitié avec la Chine    Réception de 8,5 millions de masques en provenance de Chine    Le Pr Benbouzid annonce l'arrivée prochaine d'une vague de contamination    COVID-19 : L'Algérie continuera à réceptionner des équipements médicaux    OPEP : l'Algérie appelle à une réduction immédiate de la production de pétrole    LUTTE CONTRE L'INFORMEL ET LA SPECULATION : Les commerçants sommés de déclarer leurs entrepôts    POUR LES ABONNES DE BLIDA : Aucune coupure d'internet jusqu'au 19 avril    Pas de date butoir pour la LDC selon le démenti de l'UEFA    MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE : Ouadjaout annonce une mouture de plan de contingence    PREMIER MINISTERE : Reprise de certaines activités commerciales    Covid-19 : Nouveau bilan à Sétif    MASCARA : La BRI saisit une quantité de cocaïne    HRW : Algérie : La peine d'un leader d'opposition doublée la veille de sa libération.    Oran : concours du meilleur conte pour enfants sur Internet    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Trois banques publiques fin prêtes    4 hirakistes relaxés    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    RENAISSANCE HUMAINE    L'infrangible lien…    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    La chute de la maison Bouteflika    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





RCD : "Le rendez-vous du 12 décembre est déjà disqualifié"
Lancement de la campagne électorale pour la présidentielle
Publié dans Liberté le 17 - 11 - 2019

La Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a réitéré son rejet de la présidentielle du 12 décembre, dans un communiqué rendu public hier à l'issue d'une session mensuelle de son secrétariat national, qui s'est réuni vendredi. "Le rendez-vous du 12 décembre est déjà disqualifié", affirme le RCD, estimant que le parti "est plus que jamais convaincu de la nécessité d'œuvrer à consolider et à élargir la construction de l'alternative démocratique portée par le mouvement populaire", qui avait commencé par dénoncer un cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika, avant de revendiquer le départ des figures qui ont incarné le système depuis l'indépendance.
"Près de neuf mois après le 22 février, la décantation se précise", ajoute le RCD, précisant que, "d'une part, il y a ceux qui, sans calcul, ont pris à bras-le-corps et répercutent les exigences du peuple algérien, en lutte pour le recouvrement de sa souveraineté entière" et, "d'autre part, il y a ceux qui ont choisi, pour des raisons diverses, de se mettre sous le giron d'un chef d'état-major hors temps", en participant à "une mascarade électorale dont les résultats sont connus d'avance".
"Que ces derniers ne portent aucun projet en eux-mêmes ou qu'ils estiment que leur heure est venue pour corroborer l'imposture qui consiste à réduire la faillite du système politique au seul choix de ‘bonnes personnes' à investir dans la fonction présidentielle importe peu. C'est désormais un slogan passé de mode", lit-on encore dans le communiqué.
Pour le RCD, "devant la détermination citoyenne d'aller jusqu'au bout pour en finir avec une gouvernance qui a privé l'Algérie d'un projet de développement à notre portée, le plus important, aujourd'hui, est de consolider la seule alternative viable : la transition démocratique et pacifique contre la tentation de restauration du système politique par une mascarade électorale dont les résultats sont connus d'avance".
Et de dénoncer encore ce qu'il qualifie de "contre-révolution : menées subversives contre l'unité de la nation, encerclement de la capitale, arrestations et détentions arbitraires, chantages en tous genres (…), intervention auprès de gouvernements étrangers pour entraver les médias qui couvrent les activités du hirak sont parmi les armes des laboratoires d'un pouvoir de fait pris de panique et agonisant".
Le RCD a dénoncé également "les verdicts de condamnation à des peines de prison de citoyens innocents arrêtés lors de marches pacifiques, à Alger, pour possession de l'étendard amazigh ou pour de simples motifs de présence répétée dans ces marches populaires (qui) déshonorent leurs auteurs".
Si le RCD, dont de nombreux militants sont en prison, dénonce les pressions exercées sur le Syndicat des magistrats pour faire cesser sa récente grève, il ne manque, toutefois, pas de dénoncer que "cette soumission avilissante de cette justice aux ordres est sans appel et ses inconséquences sont flagrantes", expliquant que "pour les mêmes griefs, les autres juridictions du pays n'ont pas trouvé motif à prononcer des condamnations".
Evoquant le vote par l'APN des projets de loi de finances 2020 et de la loi sur les hydrocarbures, le RCD estime qu'"au-delà de l'illégitimité de ce pouvoir de fait à légiférer sur le devenir du pays, la place des hydrocarbures dans le modèle énergétique du pays et la part que le secteur doit prendre dans un plan de développement du pays nécessitent un large débat qui passe obligatoirement par l'instauration d'institutions crédibles et légitimes".
Autrement dit, "il faut d'abord mettre le pays sur le chemin de la croissance", a expliqué le parti dirigé par Mohcine Belabbas. "Pour ce faire, la légitimité et la crédibilité des institutions du pays sont des prérequis incontournables. On en est loin", a-t-il encore insisté.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.