Le président des EAU félicite le président élu Abdelmadjid Tebboune    Le président tunisien félicite le président de la République élu M. Abdelmadjid Tebboune    Barcelone : le prix de Jean-Clair Todibo est fixé    PRESIDENTIELLE A MOSTAGANEM : Un taux de participation de 47,75 %    MOSTAGANEM : Démantèlement d'un dangereux gang de dealers    ALGERIENS MORTS A L'ETRANGER : Un fonds pour le rapatriement gratuit des dépouilles    Une nouvelle Constitution pour une "nouvelle République" (Président élu )    Bengrina démissionne de son parti !    PRESIDENTIELLE : L'ANIE se félicite la réussite de l'opération du vote    CANADA : Un Algérien tue sa femme et ses deux enfants    L'ONU réaffirme ses responsabilités envers le peuple sahraoui et son droit inaliénable à l'autodétermination    ORAN : Campagne de sensibilisation sur la préservation de l'eau    VENTE D'APPAREILS DE CHAUFFAGE CONTREFAITS SANS CERTIFICAT DE GARANTIE : Plus de 11 commerçants verbalisés à Oran    Lutte contre la contrebande : 5 individus arrêtés au sud du pays    Mers Eddadjadj à Zemmouri Marine: un site archéologique à revaloriser    Hydrocarbures: publication de trois décrets présidentiels validant des contrats d'exploitation (JO)    Bounedjah : "Terminer la saison 2019 en beauté"    Salhi vers l'Arabie Saoudite    Jürgen Klopp et Liverpool prolongent leur idylle    Plus de mille dossiers Cnac et Ansej traités en 2019    La Chine annonce un accord préliminaire avec les Etats-Unis    Houda Ferraoune n'a pas voté    L'Algérien Oukidja, remis de sa commotion cérébrale, opérationnel face à Marseille    Bureaux de vote saccagés à Bordj Bou-Arréridj    Les travaux de réfection de la pelouse avancent bien, selon la FAF    Le documentaire Nice Very Nice en compétition au Sénégal    …sortir ...sortir ...sortir ...    Le président américain dans la tourmente : Dernier cap franchi avant un probable renvoi de Trump en procès    CNR de Bordj Bou Arréridj : Les effets de la retraite proportionnelle    MCA : Betrouni «Sakhri doit assumer ses responsabilités»    Tizi Ouzou, Bouira et Bejaia: Bureaux de vote fermés, manifestations et émeutes    MC Oran: Le président du CSA sort de son silence    Tébessa: Un lot supplémentaire de 1.400 logements    Mascara: Saisie de boissons alcoolisées, deux mandats de dépôt    Jugeant disproportionnée sa part des produits fiscaux perçus: La commune d'Oran veut tirer plus de profit de la fiscalité locale    Avec 58,15% des voix: Tebboune élu président    Tebboune remercie les Algériens pour la confiance placée en sa personne    Grève contre le projet de réforme des retraites (France) :    Projet de traduction des plus importants écrits    Le combat de Zahia Ziouani    France: Après 6 jours de grève, la réforme des retraites va être enfin dévoilée    Maroc : Pourquoi la compagnie TUI fly supprime-t-elle des vols vers le Maroc ?    Niger : Une deuxième attaque en deux jours contre l'armée    Sommet de Paris : Poutine salue un " pas important " vers une désescalade en Ukraine    Djelfa : Culture du safran à Djelfa, une expérience concluante pour le jeune Abderrahmane Khelili    Tissemsilet : Manifestations du 11 décembre 1960 : réinhumation des restes du chahid Bennai Omar à Theniet El Had    Histoire : Le parcours de Abdelhafid Boussouf, marqué de sacrifices et bravoure    Yennar dans les Aurès, une tradition millénaire toujours intacte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





RCD : "Le rendez-vous du 12 décembre est déjà disqualifié"
Lancement de la campagne électorale pour la présidentielle
Publié dans Liberté le 17 - 11 - 2019

La Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a réitéré son rejet de la présidentielle du 12 décembre, dans un communiqué rendu public hier à l'issue d'une session mensuelle de son secrétariat national, qui s'est réuni vendredi. "Le rendez-vous du 12 décembre est déjà disqualifié", affirme le RCD, estimant que le parti "est plus que jamais convaincu de la nécessité d'œuvrer à consolider et à élargir la construction de l'alternative démocratique portée par le mouvement populaire", qui avait commencé par dénoncer un cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika, avant de revendiquer le départ des figures qui ont incarné le système depuis l'indépendance.
"Près de neuf mois après le 22 février, la décantation se précise", ajoute le RCD, précisant que, "d'une part, il y a ceux qui, sans calcul, ont pris à bras-le-corps et répercutent les exigences du peuple algérien, en lutte pour le recouvrement de sa souveraineté entière" et, "d'autre part, il y a ceux qui ont choisi, pour des raisons diverses, de se mettre sous le giron d'un chef d'état-major hors temps", en participant à "une mascarade électorale dont les résultats sont connus d'avance".
"Que ces derniers ne portent aucun projet en eux-mêmes ou qu'ils estiment que leur heure est venue pour corroborer l'imposture qui consiste à réduire la faillite du système politique au seul choix de ‘bonnes personnes' à investir dans la fonction présidentielle importe peu. C'est désormais un slogan passé de mode", lit-on encore dans le communiqué.
Pour le RCD, "devant la détermination citoyenne d'aller jusqu'au bout pour en finir avec une gouvernance qui a privé l'Algérie d'un projet de développement à notre portée, le plus important, aujourd'hui, est de consolider la seule alternative viable : la transition démocratique et pacifique contre la tentation de restauration du système politique par une mascarade électorale dont les résultats sont connus d'avance".
Et de dénoncer encore ce qu'il qualifie de "contre-révolution : menées subversives contre l'unité de la nation, encerclement de la capitale, arrestations et détentions arbitraires, chantages en tous genres (…), intervention auprès de gouvernements étrangers pour entraver les médias qui couvrent les activités du hirak sont parmi les armes des laboratoires d'un pouvoir de fait pris de panique et agonisant".
Le RCD a dénoncé également "les verdicts de condamnation à des peines de prison de citoyens innocents arrêtés lors de marches pacifiques, à Alger, pour possession de l'étendard amazigh ou pour de simples motifs de présence répétée dans ces marches populaires (qui) déshonorent leurs auteurs".
Si le RCD, dont de nombreux militants sont en prison, dénonce les pressions exercées sur le Syndicat des magistrats pour faire cesser sa récente grève, il ne manque, toutefois, pas de dénoncer que "cette soumission avilissante de cette justice aux ordres est sans appel et ses inconséquences sont flagrantes", expliquant que "pour les mêmes griefs, les autres juridictions du pays n'ont pas trouvé motif à prononcer des condamnations".
Evoquant le vote par l'APN des projets de loi de finances 2020 et de la loi sur les hydrocarbures, le RCD estime qu'"au-delà de l'illégitimité de ce pouvoir de fait à légiférer sur le devenir du pays, la place des hydrocarbures dans le modèle énergétique du pays et la part que le secteur doit prendre dans un plan de développement du pays nécessitent un large débat qui passe obligatoirement par l'instauration d'institutions crédibles et légitimes".
Autrement dit, "il faut d'abord mettre le pays sur le chemin de la croissance", a expliqué le parti dirigé par Mohcine Belabbas. "Pour ce faire, la légitimité et la crédibilité des institutions du pays sont des prérequis incontournables. On en est loin", a-t-il encore insisté.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.