Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Prolongation de mandat    Enquête    Policiers révoqués durant la Décennie Noire : «Nous réclamons notre réintégration»    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Le Métro d'Alger en attente du feu vert des autorités    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Un mercato d'une semaine, pour quoi faire ?    Le cross international Ahmed-Klouche annulé    Les flammes de la passion    L' éternelle blessure    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    Plus de 90 points de vente pour mettre fin à la tension    Le cri de détresse des Algériens à Kuala Lumpur    Secousse tellurique de magnitude 3,3    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Une quête de l'Histoire d'un peuple    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    LA TRITURE    Un citoyen tombe du 5èm étage d'un immeuble en construction    Mostaganem: Incendie sur un bateau de pêche    Caravane médicale dans plusieurs wilayas: La Protection civile sur tous les fronts    Principes et autres considérations    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Volleyball - Ligue de wilaya de Sidi Bel-Abbès: Sekrane Lahcene réélu à l'unanimité    Troubles nocturnes, pillage et arrestations: Nuit chaotique en Tunisie    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    Est-ce la bonne statue?    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    "Pas d'effets indésirables graves relatifs au vaccin anti-Covid Spoutnik V"    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    Situation politique et questions régionales au menu    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Subsistance de divergences
Dialogue Russie-Ukraine
Publié dans Liberté le 11 - 12 - 2019

Les présidents russe et ukrainien sont convenus lors de leur première rencontre lundi 9 décembre à Paris d'une série de mesures pour relancer le processus de paix en Ukraine, mais ont surtout acté leur désaccord sur son volet politique, se donnant rendez-vous dans quatre mois pour tenter le surmonter. Consolidation du cessez-le-feu, nouvel échange de tous les prisonniers restant d'ici la fin décembre, nouveau retrait de combattants de trois zones d'ici fin mars prochain...
Le sommet a envoyé plusieurs signaux positifs. Mais aucune avancée n'a été actée sur le volet politique des accords de Minsk, selon des médias sur place. "Pour moi, je le dis honnêtement, le résultat de cette première rencontre, c'est très peu : je voudrais résoudre un plus grand nombre de problèmes", a résumé Volodymyr Zelenskiy lors d'une conférence de presse commune à l'issue d'un sommet sous les auspices du président français et de la chancelière allemande
. Vladimir Poutine s'est voulu plus optimiste, saluant un "pas important" vers une désescalade et "sans doute" un dégel. "La Russie va faire tout ce qui dépend d'elle pour que le conflit soit terminé", a affirmé le président russe. Mais le président ukrainien n'a pas pu arracher les concessions qu'il demandait pour l'organisation d'élections locales dans le Donbass.
Kiev craint qu'elles ne se fassent aux conditions des séparatistes et ne soient pas libres et transparentes. Il réclame notamment le démantèlement préalable de tous les groupes armés "illégaux" - comprendre les séparatistes pro-russes et leurs parrains russes - et le retour sous contrôle ukrainien de la frontière entre cette région de l'est de l'Ukraine et la Russie.
"Nous avons des divergences complètes sur la frontière. Je soulève cette question : je souhaite que la frontière repasse sous contrôle ukrainien avant les élections locales", a-t-il martelé. Assis à l'autre extrémité de la table de conférence de presse, à côté d'Emmanuel Macron, Vladimir Poutine a répondu invariablement qu'il n'y avait pas d'alternative aux accords de Minsk qui sont très clairs sur ce point : l'Ukraine récupèrera le contrôle de sa frontière orientale au lendemain des élections.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.