A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Ould Abbès plaide la folie    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Large vague d'indignation    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Arrestation de 7 individus    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le triptyque de l'édification de la citoyenneté
"Libertés, dignité, Algérianité", de Mohamed Mebtoul
Publié dans Liberté le 12 - 12 - 2019

Pour les besoins de cet ouvrage, Mebtoul a privilégié une analyse et une observation émanant du cœur même de la contestation, qu'il a suivie depuis Oran, depuis l'avènement du Hirak.
Il est des sujets qui préoccupent écrivains, chercheurs, sociologues et le cercle intellectuel plus que d'autres, notamment en période de crise. Le Hirak, la révolution du 22 Février, mouvement de contestation sont autant de noms donnés à ce que vit l'Algérie actuellement, et nombreux ont été les ouvrages dédiés à cet effet par un grand nombre de personnalités ou de collectifs depuis son avènement.
Mohamed Mebtoul, chercheur, professeur de sociologie à l'Université Oran 2, n'est pas en reste lui non plus, puisque son ouvrage Libertés, dignité, algérianité, publié en octobre dernier aux éditions Koukou, offre une vue "de l'intérieur" du mouvement du 22 Février.
En effet, pour les besoins de cet ouvrage, Mebtoul a privilégié une analyse et une observation émanant du cœur même de la contestation, qu'il a suivie depuis Oran. "Je fais mienne l'option d'une épistémologie de la proximité vis-à-vis du mouvement social algérien", explique le chercheur.
Et de reprendre : "Il me semblait difficile de me positionner en surplomb par rapport à ce mouvement pacifique et inédit dans l'histoire politique en Algérie et dans le monde. Ces multiples évènements sociopolitiques majeurs pour le devenir de la société algérienne méritaient d'être décrits, traduits et analysés dans leur immédiateté." En fait, cette observation "du dedans" devient "incontournable" pour appréhender "les différentes formes de mobilisation dans l'espace public".
Il rappelle par ailleurs que l'exigence du contexte et l'ampleur de la mobilisation contre le système impose une prise de position affichée, face à la "neutralité des sciences sociales". Car celles-ci s'enfermeraient, selon lui, "dans l'illusion d'un objectivisme introuvable face aux mouvements des corps, aux formes d'expression collectives pour dire leur volonté de changement social et politique". Les trois éléments qui forment le socle de cet ouvrage, à savoir la liberté, la dignité et l'algérianité, constituent "un rite de passage", vers la "construction de la citoyenneté incontournable", écrit-il.
Cette révolution, en plus d'exiger une rupture immédiate avec les pratiques d'un régime scélérat, aux commandes depuis vingt ans, veut recouvrer sa dignité. "Du statut de sujets obéissants, contraints d'intérioriser une gestion politique opaque, dominée par les affinités familiales et régionales, le mouvement social algérien ambitionne la rupture avec la façon dont l'Etat, qui par son action multiforme, façonne les marchés du logement, du travail et des titres scolaires."
Divisé en quatre partie, Libertés, dignité, algérianité se propose ainsi d'analyser, tour à tour, les évènements politiques antérieurs au 22 février, en axant notamment ses commentaires sur les "stratagèmes employés par le pouvoir" pour préserver sa "continuité", et ses corollaires "la ruse, la violence et la force".
Dans un deuxième temps, il démontre que la dynamique du Hirak est loin d'un éphémère, et que les manifestants "sont déterminés à opérer, même dans la durée, une inversion profonde de l'ordre politique dominant". Dans la troisième partie, l'universitaire s'intéresse aux jeunes, fer de lance des manifestations, notamment celles des mardis.
Il dit de cette génération ayant "peu connu la guerre intérieure" durant la décennie noire, qu'elle "assure un rôle dominant et déterminant dans le mouvement social". Au paternalisme et mépris des figures du pouvoir, les jeunes répondent par un "patriotisme sincère" selon Mebtoul, "pour se positionner en première ligne dans le mouvement social".
Enfin, les détournements, arrestations, manipulations, encerclement de la ville d'Alger et l'obstination du pouvoir à se maintenir sont analysés de façon critique par le chercheur, qui explique que "le pouvoir réel accaparé par la hiérarchie militaire opère dans l'obstination la plus aveugle (…) «le dialogue» impulsé par le pouvoir peut être caractérisé comme une mise en scène fabriquée dans la précipitation".


Yasmine Azzouz
"Libertés, dignité, algérianité", de Mohamed Mebtoul, éditions Koukou, 222 pages, 800 DA. 2019.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.