L'APLS mène de nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain    Danemark-Finlande : La demande d'Eriksen à ses coéquipiers    Aïn Defla: Abbass M'hamed, un exemple de la fidélité au pays et de l'amour de la patrie    Législatives: clôture des bureaux de vote, début du dépouillement des voix    Législatives: les électeurs plus nombreux dans les bureaux de vote durant l'après-midi à l'Est du pays    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    Coronavirus: 343 nouveaux cas, 236 guérisons et 5 décès    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Toute colonisation est un investissement perdu    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    LE VERDICT REPORTE AU 23 JUIN    Khaldi : "Revoir la politique du football"    Coton Sport-JSK à Yaoundé    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Utilisation optimale des caméras de surveillance    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le scrutin fait partie d'une feuille de route du pouvoir"
Smaïl Maâraf, politologue
Publié dans Liberté le 15 - 12 - 2019

Smaïl Maâraf est professeur de sciences politiques à l'Université d'Alger. Il participe activement aux actions du mouvement populaire. Dans cet entretien, il donne sa vision de la situation née de l'élection présidentielle et livre ses projections sur l'avenir du hirak populaire.
Liberté : Malgré une mobilisation populaire sans précédent, le pouvoir a pu tenir son élection. Quelle lecture en faites-vous ?
Smaïl Maâraf : Ce qui s'est passé jeudi ne peut être qualifié d'élection. C'est une parodie qui entre dans le cadre de la poursuite du projet du pouvoir. Ce qui s'est passé ne répond pas aux critères scientifiques d'une élection comme dispositif politique et réglementaire. La réalité est que les tenants du pouvoir ont désigné Tebboune depuis longtemps et ont organisé le scénario pour faire passer la pilule. Les autres candidats ont accepté le jeu.
La preuve, ils n'ont même pas cherché à contester les résultats ou à introduire des recours. Pourtant, le plan était toujours clair : le pouvoir ne veut aucun changement. Il a une feuille de route mise à exécution. Cette feuille de route n'était pas celle du pouvoir seulement. Elle a été faite en concertation avec les Américains, les Français, les Russes et les Emiratis. Elle a commencé au mois de septembre. Désormais, elle est devenue un fait accompli.
Maintenant que nous sommes devant le fait accompli, que va-t-il se passer après, selon vous ?
à mon avis, le chef de l'Etat va poursuivre la logique de l'institution militaire. Dans un premier temps, il va tenter de mener un dialogue. Pour cela, il va choisir ses interlocuteurs pour tenter de diviser le hirak. Certains vont certainement accepter le jeu. C'est un mécanisme concocté pour créer la zizanie au sein du hirak. Cela va se solder par un échec puisque les autorités ne trouveront pas d'interlocuteurs crédibles.
Ou, s'ils en trouvent, les interlocuteurs du pouvoir vont être désavoués par le mouvement populaire. Le pouvoir va dire qu'il n'a pas d'interlocuteurs. Il va pousser au pourrissement, de sorte à créer les conditions d'une répression. Même dans le cas où le dialogue serait plus ou moins sérieux, il ne va jamais porter sur le changement de système. Le pouvoir acceptera de discuter sur des dossiers, cela va être par exemple autour de la Constitution. Une manière de gagner du temps pour tenter d'user le hirak.
Le dialogue politique sera accompagné par des mesures sociales, comme d'éventuelles augmentations des salaires des fonctionnaires et l'inondation des marchés par toutes sortes de produits. Le pouvoir permettra aussi une ouverture du champ médiatique, en attendant que la tempête passe. Il n'a pas vraiment trop de choix. Pour les tenants du pouvoir, le hirak est un véritable bourbier duquel il faudra sortir à tout prix. Pour cela, ils n'hésiteront pas à employer la manière forte si ces manœuvres ne fonctionnent pas.
Après ce scrutin, comment appréhendez-vous l'avenir du hirak ?
Pour atteindre ses objectifs qui visent à changer le système, le hirak doit se poursuivre. Mais j'avoue que j'ai des craintes. Il s'agit surtout de voir le pouvoir en place créer des divisions au sein du mouvement populaire. La seule issue est que si le hirak se poursuit avec intensité, il peut contraindre le pouvoir à reculer et à organiser très probablement des élections anticipées. La poursuite de la mobilisation est absolument déterminante pour l'avenir du hirak.

Entretien réalisé par : Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.