Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    L'épreuve    28 décès dus à la Covid-19 en 48 heures    Les sapeurs-pompiers en formation    Les médecins critiquent la gestion de la crise    9 décès et 413 nouveaux cas en 24 heures    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    L'appel de la terre natale à ses enfants martyrs de la liberté    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Un lectorat espagnol au campus de Béjaïa    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Session de l'APW d'Oum El Bouaghi : Radioscopie du secteur éducatif    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Une politique de défiance envers le hirak aggravera la crise"
Brahim Oumansour, Consultant en Géopolitique et chercheur associé à l'Iris
Publié dans Liberté le 16 - 12 - 2019

Liberté : Abdelmadjid Tebboune a été déclaré vainqueur de l'élection présidentielle jeudi dernier. Le régime a ainsi réussi à organiser son scrutin même si le taux d'abstention culmine à plus de 61%. Pensez-vous que cette élection sera une solution à la crise ou qu'elle ne fera que l'aggraver, surtout que la mobilisation pour son rejet ne faiblit toujours pas ?
Brahim Oumansour : Cette élection est considérée par le pouvoir politique comme la seule solution possible à la crise. Manifestement, cette élection est une solution pour le pouvoir permettant à l'état-major de se retirer et de retourner dans l'ombre, puisqu'un président civil vient d'être déclaré par les résultats du scrutin. C'est la façade politique à laquelle le pouvoir aspirait et qui, vraisemblablement, devra négocier et gérer la prochaine étape de la crise. Cependant, cette élection risque, en même temps, de devenir un problème et le hirak de se durcir ou au moins de se poursuivre. La population considère cette élection comme une provocation car elle ne répond pas à ses attentes. D'autant plus que le candidat élu est issu du système, voire proche du pouvoir. Son élection pourrait donc renforcer la crise de confiance qui sépare la population du pouvoir. Reste à savoir maintenant quelle sera la politique d'Abdelmadjid Tebboune ; va-t-il concrétiser cette main tendue dont il a parlé lors de sa première conférence de presse post-élection ? Cela passerait, bien évidemment, par des mesures d'apaisement qui ouvriront la voie à une transition.
Le dialogue annoncé par Abdelmadjid Tebboune ne servirait-il pas, tout compte fait, à quêter une légitimité pour un président mal élu ?
C'est là où on risque sérieusement d'être dans une impasse. Depuis plusieurs mois, le hirak comptait essentiellement sur l'armée pour satisfaire ses revendications. Maintenant que l'armée se retire et si le président élu ne fait montre d'aucune réelle bonne volonté pour satisfaire les revendications du hirak, il y a un sérieux risque de statu quo qui pointe à l'horizon. Le problème majeur auquel fait face le président élu est celui de rechercher la confiance de la population pour le pouvoir car le régime n'a pas essayé de le faire. Il y a eu a contrario une série d'arrestations et une vague de répression qui ont renforcé ce sentiment de défiance envers le pouvoir. Pour regagner cette confiance, les petites mesurettes ne seront assurément pas suffisantes car le hirak a atteint un niveau de maturité politique tel qu'il est impossible de le duper par des mesures inconsistantes. Si le président élu venait à faire de cette offre de dialogue une arme de division, cela réussira peut-être à dégarnir le hirak de quelques figures, mais il y a un risque que le mouvement se radicalise et que le climat social se tende davantage.
Au plan purement politique, le dialogue serait-il possible avec un président dont le hirak a contesté la légitimité dès l'annonce des résultats de l'élection ?
Il est vrai que le problème majeur auquel fait face le président élu est un problème de légitimité. L'administration lui donne une légitimité institutionnelle, mais la légitimité populaire lui fait défaut. Même les chiffres officiels témoignent clairement de cette fragilité en matière de légitimité populaire. Cependant, si Abdelmadjid Tebboune venait à adopter la même politique de défiance envers le hirak, cela ne ferait qu'aggraver la crise, mais s'il tend réellement la main au hirak, avec une ferme volonté de créer un climat sain et serein, le hirak sera assez intelligent pour se rendre compte qu'un dialogue est nécessaire avec les autorités.
Lorsque vous parlez d'un climat sain et serein comme un préalable à un quelconque dialogue, à quoi faites-vous allusion ?
Il est question de mettre en place des mesures d'apaisement, dont le choix des personnalités qui seront associées au dialogue et qui doivent être honnêtes et reconnues en tant que telles par la population. Il est question aussi et surtout de libérer les détenus dont les dossiers ont été établis sans le moindre fondement juridique.
Comment voyez-vous le futur rôle de l'armée ?
Il est d'abord sécuritaire. Il consiste à garantir la stabilité de l'Etat, à sécuriser les frontières, à faire face à la menace terroriste et à l'instabilité régionale. Quant à savoir si l'armée cessera de se mêler de la politique après la tenue de cette élection, cela reste assez confus car l'on s'interroge également légitimement sur la marge de manœuvre dont dispose le président élu. En tout cas, si certains hauts cadres de l'armée continuent à cultiver les mêmes influences sur les politiques, cela risque d'entraver encore une fois le processus de transition, et ce, malgré des bonnes volontés.

Propos recueillis par : Ali Titouche


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.