Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





13 personnalités proposées pour le dialogue
Forum civil pour le changement
Publié dans El Watan le 18 - 07 - 2019

Le dialogue devra être mené sans l'interférence du régime et devra déboucher sur «une transition démocratique», avec la tenue à terme d'une élection présidentielle «propre et transparente», selon le Forum civil pour le changement, à l'origine de cette initiative de sortie de crise.
Le Forum civil pour le changement, membre de la dynamique de la société civile, a proposé, hier à Alger, une liste de 13 personnalités nationales susceptibles de piloter une instance de dialogue et de médiation en vue de sortir de l'impasse politique, 10 jours après la dernière offre de dialogue proposée par Abdelkader Bensalah.
«Ces personnalités, que nous avons contactées individuellement, ont affiché leur volonté de participer à cette initiative de sortie de crise qui se veut indépendante de toute chapelle politique», a assuré Abderrahmane Arar, président du Forum civil pour le changement, regroupant 70 associations au niveau national, lors d'une conférence de presse à Alger.
Le panel des personnalités est composé de deux anciens chefs de gouvernement, Mouloud Hamrouche et Mokdad Sifi, l'ancien président de l'APN, Karim Younès, et l'ancien ministre Ahmed Taleb Ibrahimi. Figurent aussi l'avocat Mustapha Bouchachi, la moudjahida Djamila Bouhired (Ndlr, lire démenti ci dessous), la constitutionnaliste Fatiha Benabou, le sociologue Nacer Djabi, l'économiste Smaïl Lalmas, le syndicaliste Ilyes Merabet, la militante associative Nafissa Hireche, la militante des droits de l'homme Aïcha Zinai et Islam Benaya.
Ces personnalités ont été désignées pour leur «appartenance au hirak» et leur «acceptation par le pouvoir et la population», tout comme elles ne sont pas impliquées dans des affaires de corruption, n'ont pas été liées au régime de l'ex-président Bouteflika et n'ont aucune ambition politique, a souligné le conférencier. «Pour le moment, il s'agit d'une proposition.
Nous espérons que ces personnalités seront cautionnées par le hirak, l'élite politique et les décideurs du pays», a précisé Abderrahmane Arar, également président du Réseau algérien pour la défense des droits de l'enfant. Mais avant d'engager le dialogue, Abderrahmane Arar a exigé l'instauration d'un «climat d'apaisement et de confiance» à travers la libération des détenus du mouvement populaire, la levée des contraintes sur les libertés collectives, la levée des pressions sur le hirak et celle des pressions sur les médias, entre autres.
Une fois les conditions de ce climat d'apaisement réunies, l'agenda de cette instance de dialogue et de médiation prévoit que lesdites personnalités engageront des consultations «approfondies» autour des propositions de sortie de crise, émanant de la classe politique et de la société civile.
«Il est important que la feuille de sortie de crise soit inclusive et consensuelle», a insisté le président du Forum civil pour le changement, Au terme de ce processus, ladite instance convoquera une conférence nationale inclusive pour adopter les résultats du dialogue, lequel devra être mené sans l'interférence du régime et déboucher sur «une transition démocratique», avec la tenue à terme d'une élection présidentielle «propre et transparente». «Le régime devrait s'engager à respecter les conclusions de l'instance du dialogue et de médiation», a-t-il souligné.
Le président par intérim, Abdelkader Bensalah, avait proposé le 3 juillet un dialogue pour préparer la présidentielle, dans lequel ni les autorités politiques ni l'armée ne seront, selon lui, impliquées. Mais sa nouvelle offre a été rejetée en masse le 5 juillet par le mouvement populaire, qui réclame, avant tout retour à la légitimité des urnes, la mise en place d'instances de transition et le départ des anciens fidèles encore en poste du Président déchu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.