Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Le départ de Messi ne passe toujours pas pour Tebas    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le sort du RAJ connu ce mercredi    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La recette du Président    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    Belmadi en mode mondial    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



13 personnalités proposées pour le dialogue
Forum civil pour le changement
Publié dans El Watan le 18 - 07 - 2019

Le dialogue devra être mené sans l'interférence du régime et devra déboucher sur «une transition démocratique», avec la tenue à terme d'une élection présidentielle «propre et transparente», selon le Forum civil pour le changement, à l'origine de cette initiative de sortie de crise.
Le Forum civil pour le changement, membre de la dynamique de la société civile, a proposé, hier à Alger, une liste de 13 personnalités nationales susceptibles de piloter une instance de dialogue et de médiation en vue de sortir de l'impasse politique, 10 jours après la dernière offre de dialogue proposée par Abdelkader Bensalah.
«Ces personnalités, que nous avons contactées individuellement, ont affiché leur volonté de participer à cette initiative de sortie de crise qui se veut indépendante de toute chapelle politique», a assuré Abderrahmane Arar, président du Forum civil pour le changement, regroupant 70 associations au niveau national, lors d'une conférence de presse à Alger.
Le panel des personnalités est composé de deux anciens chefs de gouvernement, Mouloud Hamrouche et Mokdad Sifi, l'ancien président de l'APN, Karim Younès, et l'ancien ministre Ahmed Taleb Ibrahimi. Figurent aussi l'avocat Mustapha Bouchachi, la moudjahida Djamila Bouhired (Ndlr, lire démenti ci dessous), la constitutionnaliste Fatiha Benabou, le sociologue Nacer Djabi, l'économiste Smaïl Lalmas, le syndicaliste Ilyes Merabet, la militante associative Nafissa Hireche, la militante des droits de l'homme Aïcha Zinai et Islam Benaya.
Ces personnalités ont été désignées pour leur «appartenance au hirak» et leur «acceptation par le pouvoir et la population», tout comme elles ne sont pas impliquées dans des affaires de corruption, n'ont pas été liées au régime de l'ex-président Bouteflika et n'ont aucune ambition politique, a souligné le conférencier. «Pour le moment, il s'agit d'une proposition.
Nous espérons que ces personnalités seront cautionnées par le hirak, l'élite politique et les décideurs du pays», a précisé Abderrahmane Arar, également président du Réseau algérien pour la défense des droits de l'enfant. Mais avant d'engager le dialogue, Abderrahmane Arar a exigé l'instauration d'un «climat d'apaisement et de confiance» à travers la libération des détenus du mouvement populaire, la levée des contraintes sur les libertés collectives, la levée des pressions sur le hirak et celle des pressions sur les médias, entre autres.
Une fois les conditions de ce climat d'apaisement réunies, l'agenda de cette instance de dialogue et de médiation prévoit que lesdites personnalités engageront des consultations «approfondies» autour des propositions de sortie de crise, émanant de la classe politique et de la société civile.
«Il est important que la feuille de sortie de crise soit inclusive et consensuelle», a insisté le président du Forum civil pour le changement, Au terme de ce processus, ladite instance convoquera une conférence nationale inclusive pour adopter les résultats du dialogue, lequel devra être mené sans l'interférence du régime et déboucher sur «une transition démocratique», avec la tenue à terme d'une élection présidentielle «propre et transparente». «Le régime devrait s'engager à respecter les conclusions de l'instance du dialogue et de médiation», a-t-il souligné.
Le président par intérim, Abdelkader Bensalah, avait proposé le 3 juillet un dialogue pour préparer la présidentielle, dans lequel ni les autorités politiques ni l'armée ne seront, selon lui, impliquées. Mais sa nouvelle offre a été rejetée en masse le 5 juillet par le mouvement populaire, qui réclame, avant tout retour à la légitimité des urnes, la mise en place d'instances de transition et le départ des anciens fidèles encore en poste du Président déchu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.