Le Président Tebboune réitère son engagement à récupérer les restes mortuaires des chouhada    Real : Un rêve d'enfance pour Reinier    Agriculture: bientôt un recensement du cheptel national de vaches laitières    Industrie: vers une révision de la réglementation en faveur de l'investissement    Boukadoum reçu par Fayez Al-Sarraj à Tripoli    "Prétendue réclamation des forces de maintien de l'ordre": démenti catégorique de la DGSN    Ligue 2 (19e j): le RC Arbaâ sur le podium, l'ASM Oran étrillée à Boussaâda    BELHIMER SOULIGNE LES BIENFAITS DU HIRAK : Vers le 22 février, ‘'journée nationale''    COUR SUPREME : Deux anciens walis de Skikda placés en détention provisoire    DEBRAYAGE DANS LE CYCLE PRIMAIRE : Les enseignants menacent de boycotter les examens    ORAN : 10 nouveaux appareils d'analyses médicales pour le CHU    Air Algérie: la Justice ordonne l'arrêt immédiat de la grève du PNC    Amar Belhimer annonce prochainement un encadrement juridiquement    Karim Younès nommé médiateur de la République    Arrestation d'un groupe d'extrême droite qui visait des mosquées    "Opticharge" lance sa plateforme logistique digitale    Une fatalité ou un choix de facilité ?    La course des strapontins s'emballe !    Dortmund-PSG et Atlético-Liverpool pour ouvrir le bal    Hammouche reste confiant pour la suite    «La libéralisation du code des collectivités locales est une priorité»    Cumul retraite et nouvelle activité    Une famille s'en remet au ministre de l'Habitat    Le trafic routier basculé vers la RN5    12 000 foyers concernés à Batna en 2020    Un colis de près de 40 kg de kif rejeté par la mer à Abou-el-Hassan    Tizi Ouzou : hommage à la conteuse et poétesse Djedjiga Bourai    Chidekh Azouz présente ses ouvrages à El-Milia    Des journées dédiées au théâtre révolutionnaire    Il était une fois, la halqa et la waâda    ACTUCULT    Coronavirus : Fin de confinement et aucun cas de Covid 19    Train de vie de l'état : Halte aux excès !    «Je livrais des uniformes et des armes à l'ALN»    En bref…    Syrie : L'armée syrienne libère plusieurs localités    RCA – MOB : Les Crabes visent un bon résultat    France : Les incidences positives de l'immigration    Ateliers d'art-thérapie pour enfants malades à El Oued : Une première dans la région    Plaidoyer pour la conservation et la préservation du patrimoine culturel et artistique africain    USM Bel-Abbès: Les dettes, un casse-tête pour Benayad    La diseuse de choses «vraies» !    Nouvelles opérations de rapatriement: Plus de 70 Subsahariens transférés vers leurs pays d'origine    Ligue 1: ASAM 1 - USMA 1: Un nul équitable    Karim Younes nommé médiateur de la République    Manifestations pro etcontre une nouvelle Constitution    Le Groupe PSA poursuit son projet d'implantation industrielle à Tafraoui    13 harraga algériens secourus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





3 activistes du hirak condamnés à 3 mois de prison ferme
Jugés en appel par la cour de Tamanrasset
Publié dans Liberté le 18 - 12 - 2019

Dahmane Zenani, M'hamed Boukhari et Yacine Benmansour avaient été condamnés le 14 octobre dernier à une année de prison ferme.
Le verdict des trois activistes arrêtés, en octobre dernier, à Tamanrasset pour "attroupement non armé" et "incitation à attroupement", est tombé, avant-hier. La cour de la wilaya les a condamnés à trois mois de prison ferme, a-t-on appris de Mouloud Boukhari, frère de l'un des mis en cause, en faisant savoir que la nouveauté de ce procès en appel consiste en l'annulation du chef d'accusation relatif à "attroupement non armé" et la réduction de la peine d'emprisonnement qui était fixée à 12 mois.
D'après notre source, la défense a demandé l'acquittement et la libération des détenus qui devraient encore rester en prison jusqu'à la mi-janvier 2020. Pour rappel, les trois activistes incarcérés, Dahmane Zenani, M'hamed Boukhari et Yacine Benmansour, ont été condamnés le 14 octobre dernier, par la première instance judiciaire près le tribunal de Tamanrasset, à une année de prison ferme. Leur arrestation a eu lieu le 13 du même mois, peu après un rassemblement de protestation contre le projet de loi sur les hydrocarbures qui s'est tenu devant le siège de l'APC de Tamanrasset. Les tuniques bleues ont procédé d'abord à l'arrestation de Dahmane Zenani qui, lors du rassemblement de contestation contre ladite loi, a brandi des écriteaux portant des slogans hostiles aux tenants du pouvoir en place. Les deux autres militants, M'hamed Boukhari et Yacine Benmansour, ont été, à leur tour, arrêtés, le même jour, au niveau de la sûreté de wilaya où ils se sont rendus pour avoir des nouvelles de leur camarade placé en garde à vue pour "attroupement non autorisé". Membres du mouvement non agréé "Ma Frat" — littéralement ce n'est pas fini —, les trois détenus sont connus pour leur engagement et leur immuable lutte contre le système et ses sbires depuis 2011 — date de la création dudit mouvement. La révolution populaire n'a servi que de continuité à leur long combat mené contre le despotisme et la marginalisation dont ils se sentent victimes, particulièrement Dahmane Zenani qui, artisan de son état, aura laissé trois filles et une épouse sans revenus en mesure de subvenir à leurs besoins les plus élémentaires. D'après ses proches, la situation sociale de sa famille s'est beaucoup dégradée depuis son emprisonnement et son arrestation qualifiée d'arbitraire par de nombreux activistes qui ont promis de continuer la lutte contre les pratiques liberticides du régime abhorré et ses symboles. Un élan de solidarité a ainsi été marqué en faveur des trois détenus qui ont toujours répondu présent aux différentes manifestations contre "l'avanie" et l'asservissement que subit la population de cette wilaya du Grand-Sud. En tirant le diable par la queue compte tenu de leur statut de chômeurs, Dahmane, Yacine et M'hamed savent pertinemment que le changement a un prix à payer et qu'il faut faire des sacrifices pour y arriver.

RABAH KARECHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.