La revanche de Tayeb Zitouni    La Cour de Tipasa dément    Pourquoi l'Arabie saoudite profitera le plus du chaos    Des instructions pour accélérer la cadence des travaux    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    La FAF sort de son mutisme et dénonce une "campagne de médisance    Maintien du confinement partiel jusqu'au 13 juin    L'UGCAA et l'Anca appellent à la reprise des activités économiques et la réouverture des commerces    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    L'Algérie rappelle son ambassadeur en France    Les commerçants réclament la reprise de leurs activités    Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À tout jamais…
94e partie
Publié dans Liberté le 06 - 01 - 2020

Résumé : Kamélia est si heureuse qu'elle ne tient plus en place. Elle se fait belle pour recevoir Idir. Quand ils arrivent, son père sort les accueillir. Idir est venu accompagné de son père. Ce dernier ne desserre les dents que pour réclamer son petit-fils Adem. Idir leur reproche d'avoir choisi ce prénom. Fathma n'hésite pas à lui rappeler qu'il n'est pas la seule victime dans cette histoire. Si Kamélia s'est accrochée à la vie, c'est grâce à leur enfant.
-Voici notre petit ange, dit Kamélia en revenant au salon avec le bébé dans les bras. Tiens-le, murmure-t-elle en le posant dans le creux de son bras. Oh ! Regarde. Il sourit dans son sommeil.
Idir rougit et pleure d'émotion.
-Comme il est petit ! J'ai peur de lui faire mal.
-Non. Il n'est pas si fragile qu'il en a l'air, le rassure Kamélia. Tu vois ? Il est tout ton portrait.
-Il est plus beau que moi, répond Idir, alors que son père s'est levé pour le tenir à son tour. N'est-ce pas, père ?
-Allah ibarek. Macha Allah, dit le vieux père, tout aussi ému que lui. Vraiment il tient tout de toi. Les liens du sang sont plus forts que tout.
-On l'adore, dit Moh. La nuit, je me lève souvent pour m'assurer qu'il dort. Parfois, je reste à le regarder dormir. C'est plus fort que moi.
-J'imagine bien, dit Idir, alors que son père redonnait le bébé à Kamélia. Qu'est-ce qu'on va faire ?, demande-t-il en soupirant. Petit Adem. J'ai le cœur brisé.
Fathma échange un regard avec Kamélia. Celle-ci s'est assise près de son mari. Elle serre son bébé contre son cœur. Elle ne comprend pas Idir. Elle aurait voulu discuter avec lui sans la présence de leurs parents.
-Mais tu vas bien Idir, murmure-t-elle. Tu t'en es remis.
-Il a la chance de t'avoir. Moi, dans mon état, je ne lui serais d'aucune utilité, dit-il. Je ne pourrais pas m'en occuper.
-Je suis là, le rassure Kamélia. Et puis, notre enfant a juste besoin d'affection et d'attention. Idir, tu seras un bon père. Je n'en doute pas. Tu es quelqu'un de bien.
-Mais quand il grandira, je ne pourrai pas l'emmener jouer dehors. Participer à toutes ses activités culturelles ou sportives, insiste-t-il. Même lui ne voudra pas sortir avec moi.
-Idir ! Est-ce que tu t'entends parler ? Quel enfant élevé dans l'amour familial n'aimerait pas son père ? Qu'il soit debout sur ses jambes ou dans un fauteuil ? Qu'il soit aveugle ou manchot ? Idir wlidi, dit Moh, très grave. Tu peux me faire confiance. Ton fils t'aimera très fort, n'en doute jamais.
-Oui, intervient son père. Les liens du sang sont plus forts que tout. Chez nous, la famille, en particulier les parents, c'est sacré, tu le sais.
Idir soupire tout en essuyant ses larmes. Il garde la tête baissée un moment. Moh fait signe à Ali de le suivre dehors. Fathma prend le bébé.
-Je vais lui donner son biberon, dit-elle. Vous serez plus à l'aise pour discuter.
Kamélia est heureuse d'avoir ce moment d'intimité avec son mari. Elle doit en profiter pour lui rappeler combien ils s'aimaient avant que la tragédie ne s'invite dans leur vie.
-Idir, tu as parlé de notre enfant, de ta crainte de son rejet. Je pense que tu as oublié qu'on va l'aimer et lui donner la meilleure éducation qui soit. Nous serons les meilleurs parents au monde. Idir, je t'aime toujours autant qu'avant. Je n'ai pas perdu espoir une seule seconde. Tu sais, j'ai gardé mes distances car tu le voulais. Mais aujourd'hui, on a besoin de toi autant que toi de nous. Sans mes parents, j'aurais été perdue. Mais tu peux compter sur moi. Idir, je ne t'abandonnerai jamais. Je t'en prie, reviens-nous. Si tu n'as plus de sentiments pour moi, fais un effort pour notre enfant. Ce n'est qu'un bébé mais il ressentira ton absence.

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.