Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    L'investissement agricole et agroalimentaire, levier de la croissance économique nationale    Ramadhan: Echange de vœux entre le Président Tebboune et son homologue égyptien    Bayern Munich: Müller annonce de la prudence    Borussia Dortmund: Raiola n'est pas forcément d'accord avec le BVB dans le dossier Håland    Sétif: saisie de plus de 10 millions d'euros en faux billets    Education : La grève des enseignants largement suivie, selon le CNAPESTE    Coronavirus: 129 nouveaux cas, 104 guérisons et 4 décès    Lutte contre les répercussions de la Covid-19: les agriculteurs algériens ont été à la hauteur du défi    Baouche reste    Crise à la laiterie de Tizi    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Benzema et Zidane domptent le Barça et propulsent le Real Madrid vers le sommet    Processus de réconciliation nationale    Les filiales de Sonelgaz en première ligne    Réunion de travail en présence des imams    La Coquette se prépare pour la saison estivale    Saisie de 200 comprimés psychotropes et arrestation d'un dangereux malfaiteur    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    4 morts et 7 blessés dénombrés    Arezki Hadj Saïd, nouvel inspecteur général des services de police    Et si c'était du schiste ?    Fractures et manœuvres répugnantes    Ibn Sina et Haï El Badr: Relogement de 102 familles à Belgaïd    Appel des étudiants algériens en Russie    Tlemcen: Le mouvement associatif encensé    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Voici venir le Ramadhan...    Elle élira domicile à l'espace «Evasion» de l'hôtel Liberté: Une Académie internationale de musique bientôt à Oran    Aboul-Gheit en visite pour discuter des développements régionaux    Une tactique droit dans le mur    L'état doit frapper fort    Le Cnese réactive la Cellule d'équité    Hamdi menace de jeter l'éponge    Deux ministres sur le gril    Le piège de la mémoire    «Personne ne peut porter atteinte à l'unité nationale»    Un roman sur la réalité fabriquée    Abdelaziz Belaid: "nécéssaire cohésion de toutes les franges de la société    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libye : intenses tractations diplomatiques à Alger
Face aux violences en cours à Tripoli
Publié dans Liberté le 11 - 01 - 2020

La crise libyenne continue d'être au centre des tractations diplomatiques à Alger, où le président de la République a reçu, en l'espace de quatre jours, de hauts responsables de quatre pays, sans compter les nombreux échanges téléphoniques qui ont été enregistrés avec d'autres capitales européennes autour de l'épineux dossier libyen.
Ainsi, et après avoir reçu lundi le président du Conseil présidentiel libyen (GNA), Fayez al-Serraj, et mardi le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu, M. Tebboune a reçu les ministres égyptien et italien des Affaires étrangères, respectivement Sameh Chokri et Luigi Di Maio, a rapporté jeudi soir l'APS, citant les communiqués de la présidence de la République. "Source d'une profonde inquiétude pour les deux pays (Egypte et Algérie, ndlr), cette situation qui ne cesse de s'aggraver (en Libye, ndlr), en raison de l'escalade militaire constatée sur le terrain et du blocage du processus politique, requiert la conjugaison de tous les efforts pour faire face, dans l'immédiat, à l'effusion de sang, en vue de réunir les conditions adéquates à la poursuite du processus de négociations et l'aboutissement à une solution politique globale qui préserve la Libye, peuple et territoire, et renforce la stabilité dans la région", selon le communiqué, rappelant que "l'Algérie refuse que le sang de nos frères libyens soit le tribut à payer pour la préservation des intérêts étrangers dans ce pays". Selon un autre communiqué, qui a sanctionné la rencontre entre M. Tebboune et le chef de la diplomatie italienne, "une convergence des vues a été relevée sur la nécessité d'intensifier les efforts pour un cessez-le-feu immédiat, préludant à la reprise du dialogue entre les parties libyennes belligérantes à même de trouver une solution politique qui garantit l'unité du peuple libyen et l'intégrité territoriale de la Libye et préserve la souveraineté nationale, loin de toute pression et ingérence étrangère", a rapporté l'APS, ajoutant qu'"il a été convenu de renforcer la coordination et la concertation à la lumière de la Conférence internationale sur la Libye prévue prochainement". Luigi Di Maio, qui s'est aussi entretenu avec son homologue algérien Sabri Boukadoum, a déclaré, pour sa part, que "tout le monde est d'accord pour un cessez-le-feu en Libye". Mais Khalifa Haftar, en guerre contre le GNA depuis le 4 avril dernier, a déjà rejeté jeudi soir toute idée d'un cessez-le-feu, comme cela a été proposé par la Russie et la Turquie, lors d'une rencontre, mercredi à Ankara, entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan.
Haftar estime, selon son entourage, que les conditions d'un cessez-le-feu ne son pas réunies, faisant référence à l'implication directe de la Turquie dans le conflit, en signant un accord avec le GNA pour le déploiement de ses troupes en Libye. Pour rappel, lundi, en recevant le chef du GNA, Fayez al-Serraj, le président Abdelmadjid Tebboune a eu à réitérer "l'attachement de l'Algérie à préserver la région de toute ingérence étrangère". L'Algérie a reçu également, lundi et mardi, le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, avec lequel M. Tebboune a discuté, entre autres, des "moyens à mettre en œuvre pour éviter (...) une aggravation de la situation" en Libye. De son côté, le président tunisien, Kaïs Saïed a mis en garde contre les risques d'escalade en "particulier à la lumière d'ingérence étrangère", relevant l'importance de coordonner les actions sur le plan régional pour aplanir les obstacles au règlement de la crise.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.