Coronavirus: 191 nouveaux cas, 156 guérisons et 6 décès    Coupe arabe de la Fifa-2021 Liban - Algérie : "On s'attend à un match difficile"    OMS : Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Aouchem, acte 2    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Poursuite des travaux du séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique    Lamamra : L'alliance maroco-israélienne, une jonction entre deux expansionnismes territoriaux    Ministre de la culture sahraoui: "nous résisterons au génocide culturel conduit par le Maroc"    Des vents forts annoncés ce vendredi sur des wilayas côtières de l'Est du pays    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Intempéries : trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Le rôle de l'Algérie est important au sein de l'Union africaine    "Le Hirak continue à faire son effet sur la conscience collective"    Démonstration de force des Verts    Boualia opéré avec succès    Libye : la présidentielle en équation    La stabilité des prix du pétrole en jeu    Pour un re-engineering économique global de l'Algérie    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    Boudiba dénonce les ponctions effectuées sur les salaires    Nécessité d'associer les acteurs économiques    Déclin du RND et recul du MSP    Le PT fustige le gouvernement    Le lourd défi des nouveaux élus    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    «Contre les inégalités et la discrimination»    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis au Président Kaboré    Le Parti des travailleurs tunisien met en garde contre l'aventure du Makhzen    Le satisfecit du FFS    ACTUCULT    A quand «la ruée vers l'or» ?    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    L'ennemi aux sept têtes    5 décès et 192 nouveaux cas en 24 heures    Le naufrage islamiste    Le FMI affiche sa satisfaction    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le ministère apporte des précisions    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    Des week-ends culturels à l'opéra d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Plus de 2000 mercenaires syriens en Libye
Haftar avait exigé à Moscou leur départ pour signer l'accord de cessez-le-feu
Publié dans Liberté le 16 - 01 - 2020

La réussite de la Conférence internationale de Berlin sur la Libye est conditionnée, entre autres, par un minimum de consensus entre les parties libyennes. Ce qui est loin d'être le cas aujourd'hui en Libye.
Quelque 2000 mercenaires syriens ont été e nvoyés par la Turquie en Libye pour combattre les troupes du général Khalifa Haftar, a révélé hier le quotidien britannique The Guardian, citant des sources en Syrie.
Un groupe de 300 combattants est entré en territoire turc le 24 décembre, avant d'être rejoint par un deuxième groupe de 350, a ajouté le journal britannique, citant des sources au sein de l'Armée syrienne libre (ASL), soutenue par Ankara, qui s'est chargée de les envoyer en Libye, en soutien du Gouvernement d'union nationale (GNA), internationalement reconnu.
Un troisième groupe, plus important, d'au moins 1350 membres, a transité le 5 janvier par la Turquie, dont certains y sont restés pour subir un entraînement intensif en techniques de combats, avant de rallier la Libye, ont expliqué les mêmes sources, précisant que certains combattants appartiennent à l'organisation Filq al-Cham, qui combat le gouvernement syrien et qui est également soutenu par le régime de Recep Tayyip Erdogan.
Des informations publiées récemment dans la presse internationale avaient fait état de la présence de plus de 300 mercenaires syriens sur le sol libyen, mais la Turquie a nié toute implication dans leur envoi à Tripoli, alors que l'émissaire de l'ONU en Libye avait confirmé la présence de mercenaires étrangers dans ce pays depuis des mois, lors d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité à New York.
The Guardian souligne que les mercenaires syriens formeront une brigade qui se fera appeler du nom du symbole de la lutte libyenne contre la colonisation italienne : Omar al-Mokhtar. Allant plus loin dans le détail, le quotidien britannique évoque un salaire mensuel de 2000 dollars et qui sera réglé par le GNA, alors que ces combattants ne percevaient qu'entre 80 et 90 dollars par mois pour leur engagement dans les combats en Syrie. Ankara a promis la nationalité turque à ces combattants, précisent les mêmes sources.
La présence de ces mercenaires en Libye a été l'une des raisons du refus de Khalifa Haftar de signer l'accord de cessez-le-feu lundi à Moscou, où les parties libyennes en conflit avaient été conviées pour une rencontre dans ce sens par le duo russo-turc, dont l'implication dans la guerre en Libye, militairement et diplomatique, va crescendo.
Selon l'entourage de l'homme fort de l'Est, la dissolution des milices présentes à Tripoli, le renvoi des mercenaires dans leurs pays, ainsi que le départ des 35 soldats turcs déjà déployés en Libye avaient été posés à Moscou comme condition pour la cessation des hostilités contre le GNA à Tripoli.
Mais Khalifa Haftar s'appuie aussi sur des mercenaires venus du Soudan et du Tchad, dans sa guerre contre le GNA de Fayez al-Serraj, ont révélé plusieurs sources en Libye et des ONG, sans compter le soutien dont il bénéficie de la part de cette même Russie, de l'Egypte, des Emirats arabes unis, de la Jordanie et de l'Arabie Saoudite.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.