Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 20ème journée    Hasna El Becharia en concert à Alger    Montréal aux couleurs algériennes    "Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien s'est autonomisé"    Résonances autour d'une année de contestations    Fausses adresses    De nombreux anciens ministres et walis concernés    La production agricole compromise à Relizane    L'Université d'Oran 1 signe plusieurs conventions    Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie    Vers le déploiement d'une mission de l'UA    Revoilà l'ingérence russe !    L'Afrique du Sud continuera à exhorter le Maroc à respecter les résolutions de l'ONU sur le Sahara occidental    «Le Hirak a sauvé l'Etat national de l'effondrement»    Serport annonce ses grands projets    Sur fond de tension    Le Targui    À tout jamais…    15 732 personnes prises en charge par l'Onaea    Constantine : les habitants du quartier Rahmani-Achour protestent    L'espace attenant au siège de la daïra d'El-Milia squatté    Masques de beauté naturels    Tarte aux poires    Marche des robes noires aujourd'hui à Béjaïa    ACTUCULT    L'œuvre visionnaire d'un écrivain engagé    "Mon art est un langage de liberté et de solidarité"    Mort du DJ et producteur britannique Andrew Weatherall    Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»    Mouloudia d'Alger : Neghiz sera sur le banc face à l'USMA    Fin en vue du blocage politique en Tunisie    Transport ferroviaire : Un secteur à la traîne    En bref…    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital    70e Berlinale : Projection de Nardjes A…, un documentaire sur le hirak    80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie    Tiaret: Sit-in des travailleurs de l'usine de montage Hyundai    Union africaine-Sahara Occidental: Alger rappelle son ambassadeur en Côte d'Ivoire    Abdelmadjid Tebboune: Rien à reprocher au Hirak    Publicité, presse électronique, professionnalisation...: Les promesses de Belhimer    Hassi bounif: 160 kilos de viandes rouge et blanche et 105 kilos d'abats saisis    Conflit LFP - Clubs de Ligue 2: Encore une mascarade !    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    Le PNC suspend sa grève    Ronaldo adoube Mbappé !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





9 activistes ont devant le juge jeudi
AFFAIRE DU CéLIBATORIUM DE POLICE D'AOKAS
Publié dans Liberté le 18 - 01 - 2020

Neuf activistes du collectif associatif d'Aokas, interpellés pour s'être opposés au projet d'un célibatorium de police au niveau de la commune, ont comparu jeudi devant le juge. Le verdict sera rendu le 23 janvier prochain. Un rassemblement citoyen a été observé, jeudi dernier, devant le tribunal de Béjaïa.
Les manifestants, engagés majoritairement dans le mouvement populaire en cours, à l'instar des membres du Pacte pour une alternative démocratique (PAD), la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH) et les animateurs des cafés littéraires, sont venus manifester leur solidarité avec les neuf activistes.
Les manifestants ont dénoncé "la justice du téléphone" et réclamé l'abandon des poursuites contre les prévenus qui, d'ailleurs, faisaient partie des personnes, nombreuses, qui s'étaient opposées physiquement à l'implantation du chantier.
C'est d'ailleurs la majorité de la population d'Aokas qui avait dit non au projet, comme en témoignent les nombreuses actions organisées en septembre 2018, à l'appel du collectif associatif, qui regroupait les habitants de différentes localités de la commune d'Aokas. C'est ainsi que les citoyens de cette station balnéaire s'étaient mobilisés et opposés à l'attribution du permis de construire d'un célibatorium de police par les services de l'APC d'Aokas.
L'infrastructure en question devrait être réalisée sur un site s'étendant sur 2 000 m2. Les travaux de construction de ce célibatorium avaient été entamés, "alors que l'entreprise réalisatrice ne disposait même pas de permis de construire", s'est indigné l'un des membres du collectif, présent au rassemblement tenu devant le palais de justice de Béjaïa.
La population d'Aokas réclame, a-t-il ajouté, "la réalisation d'un équipement public, comme une école ou un hôpital, sur l'assiette foncière concernée". Et c'est pour cette raison que "les acteurs du hirak sont venus aujourd'hui nous soutenir. C'est une cause juste, qui concerne tout le monde", affirmera-t-il encore.

M. OUYOUGOUTE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.