Belhimer trace au marqueur le rôle futur du Hirak    L'Algérie applique le principe de réciprocité    Tebboune relence le débat sur lamémoire    Pagaille à l'aéroport d'Alger    "Proche du véhicule neuf", selon Ferhat Aït Ali    Rezig s'en prend de nouveau aux laiteries    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Contrôle sanitaire en pleine radew    "Je ne suis pas mort"    Le Président Tebboune réitère son engagement à récupérer les restes mortuaires des chouhada    Real : Un rêve d'enfance pour Reinier    Boukadoum reçu par Fayez Al-Sarraj à Tripoli    Industrie: vers une révision de la réglementation en faveur de l'investissement    Ligue 2 (19e j): le RC Arbaâ sur le podium, l'ASM Oran étrillée à Boussaâda    COUR SUPREME : Deux anciens walis de Skikda placés en détention provisoire    DEBRAYAGE DANS LE CYCLE PRIMAIRE : Les enseignants menacent de boycotter les examens    ORAN : 10 nouveaux appareils d'analyses médicales pour le CHU    BELHIMER SOULIGNE LES BIENFAITS DU HIRAK : Vers le 22 février, ‘'journée nationale''    Air Algérie: la Justice ordonne l'arrêt immédiat de la grève du PNC    Amar Belhimer annonce prochainement un encadrement juridiquement    Cumul retraite et nouvelle activité    La course des strapontins s'emballe !    Dortmund-PSG et Atlético-Liverpool pour ouvrir le bal    Hammouche reste confiant pour la suite    Karim Younès nommé médiateur de la République    "Opticharge" lance sa plateforme logistique digitale    Arrestation d'un groupe d'extrême droite qui visait des mosquées    Une famille s'en remet au ministre de l'Habitat    Le trafic routier basculé vers la RN5    Un colis de près de 40 kg de kif rejeté par la mer à Abou-el-Hassan    «La libéralisation du code des collectivités locales est une priorité»    Tizi Ouzou : hommage à la conteuse et poétesse Djedjiga Bourai    Chidekh Azouz présente ses ouvrages à El-Milia    Des journées dédiées au théâtre révolutionnaire    Il était une fois, la halqa et la waâda    ACTUCULT    Coronavirus : Fin de confinement et aucun cas de Covid 19    «Je livrais des uniformes et des armes à l'ALN»    Syrie : L'armée syrienne libère plusieurs localités    RCA – MOB : Les Crabes visent un bon résultat    France : Les incidences positives de l'immigration    En bref…    Ateliers d'art-thérapie pour enfants malades à El Oued : Une première dans la région    Nouvelles opérations de rapatriement: Plus de 70 Subsahariens transférés vers leurs pays d'origine    Ligue 1: ASAM 1 - USMA 1: Un nul équitable    USM Bel-Abbès: Les dettes, un casse-tête pour Benayad    Manifestations pro etcontre une nouvelle Constitution    13 harraga algériens secourus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Un rêve… trois regards" ou l'union autour de l'art
Exposition collective à la Fondation culturelle Ahmed et Rabah-Asselah
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2020

L'exposition, qui se poursuit jusqu'au 18 février, réunit les trois artistes Mohamed Chafa Ouzzani, Mourad Abdellaoui et Djamel Talbi autour du "Rêve".
Pour l'inauguration du cycle d'expositions d'art au titre de l'an XX, la fondation culturelle Asselah-Ahmed et Rabah a opté pour l'univers fascinant du "rêve", où s'allie l'œil de "trois regards" pour l'interprétation du songe qui se stylise dans le trait mystérieux de l'abstrait. Sachant que l'"instant de vie" qu'est le rêve se nourrit du "conte nocturne" et a aussi pour rôle d'excréter le nuage de la dissension qu'il y a en nous, il est donc requis de baliser son itinéraire du spectre de l'inconnu et de l'angoisse qu'accumule l'âme durant "l'aube incrédule". D'où l'exigence de s'exercer à la compréhension du langage du rêve afin de se guider dans "l'escalade" de l'univers irréel de la songerie. Alors quoi de mieux que d'asseoir une farandole autour de laquelle brasille le songe creux de la terre et sur laquelle s'arcboute également l'armature de nos repères que nos aïeux ont forgé au feu du glaive de la liberté.
D'où l'ossature qu'a façonnée l'artiste peintre Mohamed Chafa Ouzzani à l'aide de son "T" d'architecte pour fédérer ses confrères Mourad Abdellaoui et Djamel Talbi autour du "rêve", qu'il est possible d'extraire de l'abstrait tout en faisant abstraction de leurs divergences. À ce titre et selon Langage et Signification de la peinture en figuration et en abstraction du critique d'art belge Léon Degand, alias de Frédéric-Léon Noël (1907-1958), "l'art abstrait est l'élocution d'écriture qui s'évertue à contredire l'évident et d'en révéler les déchirures au lieu d'identifier à l'identique les apparences visibles du monde extérieur".
À ce propos, l'auteur néerlandais d'Autoportrait au chapeau de feutre (1887), en l'occurrence Vincent Willem van Gogh (1853-1890), ne disait-il pas : "Je rêve ma peinture et je peins mon rêve" ? Alors, et pour s'unir autour de l'art qu'il a en partage, ce trio d'artistes est aussi riche de l'œil intuitif d'où chacun d'eux crée une vision éloignée l'une de l'autre, mais qui se rejoignent dans l'envie de créer le beau dans l'intérieur de "maisons indolentes", a-t-on su de l'auteur des Couleurs en prose… Subséquemment au compagnonnage dans l'art, le trio s'entend dans l'idéale harmonie de la Saison bleue qu'a esquissée Mohamed Chafa Ouzzani pour la circonstance.
Toutefois, le tour de l'exposition révèle également ces illusions qui se désenchaînent peu à peu de nos convictions et qui s'anéantissent tels l'impérieux goût de la liberté et la fugue vers le large de la grande bleue qu'il est aisé d'humer dans Le Monde bleu et gris de Mourad Abdellaoui. Notamment "la plaie" de la précarité et "l'illusion" d'un mieux-être que la corporation d'artistes plasticiens n'a pas.
De ce fait, il s'exhale de l'œuvre de Mourad Abdellaoui l'égalité avec ses confrères, car chaque portion de couleur représente une tribune de revendications. "L'art n'est rien s'il n'est pas remorqué par la locomotive de la volonté politique qui permettra à l'artiste de vivre enfin de son art", a déclaré Mourad Abdellaoui.
S'agissant de Djamel Talbi, cet élève de l'Ecole régionale des beaux-arts de Mostaganem éveille en ses toiles d'immémoriales fragrances qu'il exhume du terroir et qu'il cueille de son enfance qu'il a vécue à Sidi Idir (Bordj Bou-Arréridj), si proche du Djurdjura. Autant d'érudites dissertations picturales qui révèlent notre histoire et qu'il vous est loisible de visiter jusqu'au 18 février prochain à la galerie d'art Ahmed et Rabah-Asselah.





Louhal Nourreddine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.