"Les choses commencent à s'apaiser"    Tebboune, à coeur ouvert    Le PNC suspend sa grève    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    La LFP maintient à son tour la 20e journée pour aujourd'hui    Ronaldo adoube Mbappé !    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    L'AS Roma vise un jeune buteur brésilien    Tournoi international ITF juniors-Tableau double: le Chypriote Chapides et l'Espagnol Salmeron sacrés    Le conteur Mahi Seddik au 3e Festival du conte de Larache (Maroc)    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Un 53e vendredi grandiose à Alger    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les actes qui "tuent" les promesses
Le discours du pouvoir démenti par la réalité
Publié dans Liberté le 26 - 01 - 2020

Pas d'autorisations pour des réunions publiques, restrictions sur les activités de partis politiques et les médias et répression des manifestations. Plus d'un mois et demi après l'arrivée d'Abdelmadjid Tebboune au Palais d'El-Mouradia, le pouvoir n'a pas changé de méthodes.
Les Algériens qui s'attendaient depuis décembre dernier à un "nouveau" langage, ont sûrement déchanté. Dans le discours, Abdelmadjid Tebboune et ceux qui incarnent le pouvoir rappellent leur volonté d'aller "vers une nouvelle République". Dans son discours d'investiture, le chef de l'Etat a même promis une république où les libertés seraient garanties et même respectées. Puis il a également fait un rappel dans le cadre des recommandations au panel de juristes chargés d'élaborer la mouture de la nouvelle Constitution.
Pourtant, ces promesses se sont vites heurtées à la réalité et les partis politiques associés dans le Pacte de l'alternative démocratique (PAD), l'ont appris à leurs dépens. Une demande d'autorisation pour la tenue des "assises des démocrates" a été adressée aux services de la wilaya d'Alger. Deux jours avant la réunion, les autorités ont opposé, comme à leur habitude, un refus. Ce n'est pas la première fois que les nouveaux tenants du pouvoir tiennent un double langage.
Dès son arrivée aux affaires, Abdelmadjid Tebboune avait laissé entrevoir des gestes d'apaisement en laissant entendre que les détenus d'opinion allaient être libérés. Un contingent de 76 prisonniers a, en effet, été remis en liberté, dont des figures symboliques telles que le moudjahid Lakhdar Bouregâa. Depuis, l'appareil judiciaire a fait machine arrière.
La plupart des détenus d'opinion (en particulier les politiques, à l'image de Karim Tabbou, de Samir Belarbi et de Fodil Boumala) sont maintenus en détention, malgré les demandes incessantes de leurs avocats, de leurs familles et du hirak de les libérer. Leur passage devant le juge de la chambre d'accusation — qui pouvait au moins les relâcher dans l'attente de leur procès — a décidé de les maintenir en prison. Pendant que les juges gardent emprisonnés les détenus d'opinion, Abdelmadjid Tebboune continue de promettre "plus de libertés". Face au président de Jil Jadid, Soufiane Djilali, qu'il a reçu à la Présidence, le chef de l'Etat avait, une nouvelle fois, réitéré son engagement à faire "libérer" les détenus d'opinion en suivant "le calendrier judiciaire". Quelques jours plus tard, Soufiane Djilali, qui a essuyé de sévères critiques pour avoir rencontré Abdelmadjid Tebboune, est obligé de constater qu'il existe une double attitude chez les tenants du pouvoir.
Soufiane Djilali se pose même la question sur une possible existence de "forces" qui "veulent bloquer le processus" engagé par le chef de l'Etat. Cela n'exclut pas un double jeu de la part des autorités. "S'il y a un double jeu, il faut le dénoncer. Il y a eu d'abord des actes avec la libération de plusieurs dizaines de détenus, puis il y a eu une tentative de reprise en main sécuritaire, ce qui est totalement inapproprié et met en difficulté toute acceptation d'un dialogue sérieux", avait-il admis.
Plus que le maintien en prison des détenus d'opinion, le maintien du dispositif sécuritaire répressif, les arrestations opérées parmi les manifestants et les pressions que continuent de subir les médias sont autant de faits qui confirment que le pouvoir ne veut rien lâcher. Ce sont donc les mêmes pratiques employées par le passé qui sont utilisées.
Même dans le discours, rien n'a vraiment changé : même Abdelaziz Bouteflika qui promettait plus de libertés et une véritable démocratie dans les actes, faisait tout le contraire.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.