Montpellier : Delort retourne le couteau dans la plaie du PSG    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    Une délégation de l'APN prend part à la 14e session de l'APM à Athènes    Le ministère du Commerce disposé à apporter toute l'aide nécessaire aux éleveurs    Libye: le règlement de la crise est lié à l'engagement des parties libyennes    Presse électronique: nécessaire régularisation juridique pour mettre fin aux "ambiguïtés"    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 45 décès et 1494 blessés en une semaine    Mouvement de protestation du PNC: poursuite des perturbations des vols d'Air Algérie    OUVERTURE D'UN CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : L'Algérie dénonce une violation du droit international    RECUPERATION DES FONDS TRANSFERES VERS L'ETRANGER : Un dispositif sous tutelle du ministère de la Justice    LOGEMENTS AADL : Nasri ordonne la finalisation des projets programmés    LUTTE CONTRE LE COMMERCE INFORMEL DES OISEAUX PROTEGES : Vers l'installation d'une commission mixte à Oran    ORAN : Saisie de plus de 58 tonnes de tabac à chiquer    Ferhat Ait Ali charge les opérateurs de l'électroménager    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Les Sang et Or n'y arrivent plus    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    À tout jamais…    Un an d'assiduité au hirak    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    La communauté indigène visée par un autre assassinat    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    Mandat d'arrêt contre 700 personnes pro-Gulen    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    Graeme Allwright : l'âme des «protest singers» en France    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Tiaret: Des distributeurs automatiques hors service    Plus de 207 km de fibre optique réalisés en 2019    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Tebboune relence le débat sur lamémoire    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liban : le nouveau gouvernement rejeté par la rue
Une semaine après son installation
Publié dans Liberté le 27 - 01 - 2020

De violents affrontements ont opposé, samedi en soirée, des protestataires libanais aux forces de l'ordre à Beyrouth, au 100e jour d'une contestation inédite contre le pouvoir. Les manifestants ont investi la rue en grand nombre pour dénoncer l'affiliation du nouveau gouvernement à une classe politique accusée de corruption et d'incompétence.
Au moins 20 personnes ont été blessées dans les deux camps, dont 18 ont été soignées sur place, a indiqué à des médias, hier, le secrétaire général de la Croix-Rouge libanaise, Georges Kettaneh. Sous le slogan "Pas de confiance", plusieurs marches pacifiques ont été organisées en début de soirée dans plusieurs rues de la capitale, avant que le mouvement ne dérape après l'arrivée des manifestants au centre de Beyrouth.
La nouvelle ministre de la Justice, Marie-Claude Najm, a déploré la "violence" et les "destructions" occasionnées par les manifestants.
Ces deux dernières semaines, des heurts violents ont opposé les contestataires aux forces de l'ordre, alors que le pays était toujours sans gouvernement, faisant plus de 500 blessés et entraînant des dizaines d'arrestations. Le Liban s'est finalement doté mardi d'un nouveau cabinet, près de trois mois après la démission, sous la pression de la rue, de l'ancien Premier ministre Saad Hariri. Mais la nouvelle équipe est affiliée, comme les précédentes, à des partis politiques que la rue conspue. Elle est consituée cette fois par un seul camp politique, celui du puissant mouvement chiite, le Hezbollah pro-iranien et ses alliés.
La rue réclame depuis le 17 octobre une refonte du système politique et le départ de l'ensemble de la classe dirigeante.
Le point de départ de ce changement réside, selon les manifestants, dans la formation d'un cabinet réduit et transitoire composé de spécialistes indépendants du sérail politique, au pouvoir depuis trois décennies. La grave crise politique que vit le Liban depuis près de quatre mois est accompagnée par une détérioration sans précédent de la situation économique et financière.
Le pays croule sous une dette avoisinant les 81 milliards d'euros, soit plus de 150% de son produit intérieur brut (PIB), l'un des taux les plus élevés mondialement.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.