OPEP : l'Algérie appelle à une réduction immédiate de la production de pétrole    LUTTE CONTRE L'INFORMEL ET LA SPECULATION : Les commerçants sommés de déclarer leurs entrepôts    POUR LES ABONNES DE BLIDA : Aucune coupure d'internet jusqu'au 19 avril    Pas de date butoir pour la LDC selon le démenti de l'UEFA    MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE : Ouadjaout annonce une mouture de plan de contingence    PREMIER MINISTERE : Reprise de certaines activités commerciales    Covid-19 : Nouveau bilan à Sétif    MOYENS DE PROTECTION CONTRE LE CORONAVIRUS : Arrivage à Alger de la première commande de 8,5 millions de masques    HRW : Algérie : La peine d'un leader d'opposition doublée la veille de sa libération.    Alger: les Autorisations exceptionnelles prorogées suite au rallongement des horaires de confinement    Oran : concours du meilleur conte pour enfants sur Internet    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Les journées internationales reportées à fin mai    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Les DAB ne fonctionnent pas tous à Alger    4 hirakistes relaxés    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    Trois banques publiques fin prêtes    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Opérations coup de poing, une cinquantaine d'arrestations    RENAISSANCE HUMAINE    Le Dr Lyes Merabet met en cause le "non-respect" du confinement    Les feuilles de l'automne    Plusieurs saisies effectuées à Tizi Ouzou    L'infrangible lien…    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    La chute de la maison Bouteflika    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien…
2e partie
Publié dans Liberté le 25 - 02 - 2020

Résumé : Samira, une jeune infirmière, est agressée à l'hôpital. Sa supérieure relativise les choses. En fait, elle a des vues sur un médecin qui l'ignore complètement. Samira est triste. D'apparence calme, elle porte une blessure indélébile. Les seuls qui peuvent la faire sourire et rire sont les enfants…
En gravissant l'escalier pour se rendre au premier étage, Samira baisse les yeux légèrement, après avoir capté l'admiration d'hommes et de femmes qu'elle croisait dans le grand couloir en courant presque. Elle était en retard.
Les enfants allaient être inquiets. Dieu, combien elle les aime ! Elle les fréquentait depuis six mois. Elle venait deux fois par semaine dans cette école de sourds-muets pour les distraire. Elle tentait d'apporter son aide aux professeurs. Une femme rousse vint vers elle avec un sourire chaleureux.
- Bonjour Samira.
- Bonjour Rahima, dit-elle, avant de lui faire la bise. Ça va ? Comment sont-ils aujourd'hui ?
- Les enfants ne tiennent plus en place. Ils meurent d'impatience. Mais, dis-moi, qu'est-ce qui t'a retenue ?
Tout comme elle, elle est bénévole dans l'association.
- Un problème à l'hôpital, lui confie-t-elle.
- Je suppose que tu n'as pas encore déjeuné.
- Non. Toutes ces émotions m'ont coupé l'appétit. Et puis j'avais promis aux enfants de venir aujourd'hui. J'ai rapporté deux marionnettes. Quand ils en avaient vu à la télévision, ils m'avaient demandé où ils pourraient en voir. J'ai eu l'idée d'en fabriquer deux. J'aurais voulu en faire plus mais je n'avais pas le temps.
Rahima a un petit rire affectueux et la prend par le bras.
- Sous ton apparence de jeune femme dynamique et efficace, tu as gardé une âme d'enfant, n'est-ce pas ? Tu ne trouves pas que tu en fais trop ? Cela te prend ton temps et ton énergie.
- Peut-être, mais j'aime ce que je fais. Je sais aussi maintenant que je ne pourrai jamais me passer d'eux.
Pour Samira, le temps qu'elle consacre à distraire et à éveiller la curiosité des enfants malentendants avec des marionnettes et des chansons est une source de joie et d'énergie. Ils le lui rendent d'ailleurs bien. Il lui suffit de voir leur sourire et leur accueil chaleureux pour oublier souci et fatigue.
- En tout cas, si tu continues à sauter tes repas pour tes œuvres charitables, il te faudra d'autres vêtements, la taquine Rahima.
C'est une petite allusion à sa taille fine, mais Samira ne s'en offusqua pas. Une demi-heure plus tard, elle joue de la guitare sans chanter pour la première fois. Une main invisible lui serre la gorge. Même sans accompagner les airs de la guitare de sa voix chaude, son auditoire restait enthousiaste. Une marionnette moustachue trônait sur une chaise, représentant un vieil homme affecté d'un malheureux bégayement. Deux malentendantes prirent l'initiative de chanter des comptines. Samira les encourage d'un sourire ou d'un clin d'œil parfois. Les deux fillettes s'inclinent devant leurs camarades pour les saluer lorsque la chanson touche à sa fin.
- Merci à tous. Vous avez été parfaites. Maintenant, les jeunes garçons et filles s'assirent en tailleur sur la moquette avec des rires et des plaisanteries. Ils ressemblaient à n'importe quel groupe d'enfants de cet âge, excepté les prothèses auditives que la plupart d'entre eux portaient aux oreilles et parfois l'utilisation du langage des signes. Les enfants des bénévoles se mêlaient à eux.
- Alors, c'est promis, vous resterez sages jusqu'à demain ?
- Oui, oui !
- Au revoir les enfants !
Les jeunes spectateurs applaudissent joyeusement avant de se remettre debout sur ordre de leur professeur. Certains d'entre eux vont embrasser Samira.
Elle en profite pour leur faire des câlins sous le regard attendri des éducatrices.
- Merci Samira. J'espère que vous reviendrez la semaine prochaine.
- Inchallah !
Un garçon adorable, qui ressemblait trait pour trait à "Omar" de La Grande Maison, la tire par la manche de son chemisier, pour attirer son attention, avant de lui adresser un sourire timide. Samira ne put réprimer son émotion et se penche pour déposer un léger baiser sur sa joue ronde. Elle rangeait ses marionnettes quand Rahima entra avec une petite fille. La jeune femme pâlit si subitement qu'elles crurent qu'elle allait s'évanouir…

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.