L'Opep+ marque le coup : baisse drastique de 2 millions B/J pour novembre    Adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Lamamra examine avec son homologue portugais le renforement des relations bilatérales    Processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    L'UNRWA dénonce Israël    Mise en garde contre les dangers des produits pyrotechniques    Intempéries à Bordj Bou Arreridj : biens endommagés et mort de plus de 400 bêtes    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le projet prend forme    Nouvelles agressions marocaines    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaine dans différents secteurs    Les félicitations du président    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Un missile balistique a survolé le Japon    Le Maroc enchaîne les revers    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Le confinement total est une urgence"
Nesrine Maharzi, Docteur EN recherche biologiQUE
Publié dans Liberté le 23 - 03 - 2020

L'Algérie n'a d'autre choix que d'imposer un confinement total pour casser la chaîne de contamination et éviter ainsi la propagation du coronavirus. C'est le message que Nesrine Maharzi, docteur en biologie (expertise biologie moléculaire et cellulaire, immunologie, virologie et recherche clinique) installée en France, vient de lancer en direction du gouvernement algérien et des hautes autorités sanitaires.
"Le confinement total est devenu le seul rempart contre la propagation du virus et le risque d'une pandémie en Algérie", a-t-elle affirmé à Liberté au cours d'un entretien téléphonique, en exhortant les décideurs à ne pas suivre l'exemple des pays qui ont choisi de procéder par confinement partiel.
"Plusieurs experts internationaux, médecins spécialisés, infectiologues, virologues, épidémiologistes et spécialistes en modélisation, considèrent que c'est désormais la seule solution pour enrayer cette épidémie et empêcher un scénario à l'italienne marqué par un record mondial du nombre de décès devant la Chine (…)", a-t-elle également écrit dans un post publié ce 21 mars sur les réseaux sociaux en expliquant que faute d'avoir mis en quarantaine sa population dès le 22 février, lorsqu'elle avait enregistré ses deux premiers morts, l'Italie déplore aujourd'hui plus de 4 000 décès.
"Ils avaient procédé par cluster, c'est-à-dire par le confinement des régions touchées, alors qu'ils auraient dû l'imposer sur tout le pays", a-t-elle rappelé, en affirmant que "le temps nous est compté face à ce virus qui se propage de manière exponentielle. C'est une course contre la montre que nous devons mener".
Nesrine Maharzi précise également que les statistiques sur le nombre des personnes infectées pourraient ne pas refléter la réalité de la situation. Si le nombre de décès ne peut pas être contesté, le doute demeure sur celui des porteurs du virus, particulièrement les porteurs sains.
"Le test de dépistage est réalisé uniquement sur les cas symptomatiques en excluant les personnes potentiellement positives mais ne présentant pas de symptômes, autrement dit les porteurs sains." Par conséquent, le mode d'évaluation du nombre de cas réels est "totalement biaisé" et ne représente pas le niveau de propagation du virus.
L'experte en biologie s'inquiète également de la facilité de mutation du virus : "D'autres souches du virus pourraient se développer (…) plus ou moins contagieuses et plus ou moins pathogènes." Ce qui rend très difficile, voire impossible, de déterminer sa vitesse de transmission, sa contagiosité et son taux de reproduction.
"Voilà pourquoi en l'absence de données fiables, nous devons appliquer des mesures de confinement et d'endiguement du virus les plus drastiques et cela le plus vite possible", écrit-elle encore en soulignant que cette mesure est d'autant plus urgente que le système de santé algérien serait désarmé face à une épidémie.
"Seul un confinement total nous permettrait d'atteindre un pic de contamination et d'éviter la saturation de nos hôpitaux et l'incapacité de prendre en charge les nouveaux cas", a-t-elle insisté.
Ainsi, Nesrine Maharzi joint sa voix d'experte à toutes celles qui se sont élevées ces derniers jours pour appeler les autorités algériennes à prendre les mesures pour imposer un confinement drastique, seule planche de survie pour les Algériens.

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.