Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le confinement partiel reconduit jusqu'au 13 juin en Algérie    Foot-Coronavirus: Zetchi prend part à une réunion FIFA-UNAF-WAFU    DGF: quelque 3000 incendies ont dévasté plus de 21.000 h en 2019    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Message sur Twitter du MAE espagnole supprimant le drapeau sahraoui: le Polisario proteste officiellement    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Foot: "l'enregistrement sonore n'est pas un faux", se défend Saâdaoui    Covid-19: l'affaire de l'organisation d'une soirée à Oran devant le juge d'instruction    Sahara occidental: une ONG dénonce les pratiques illégales des multinationales qui nourrissent l'occupation    Covid19: 140 nouveaux cas, 148 guérisons et 7 décès en Algérie durant les dernières 24h    Théâtre d'Oran: "Qitar Eddounia", nouvelle production pour enfants    Programmes télévisés français: le PLJ soutient la décision de l'Algérie de rappeler son ambassadeur en France    Foot : réunion du Bureau Fédéral de la FAF dimanche en visioconférence    Documentaire sur le Hirak: la presse nationale dénonce une campagne haineuse contre l'Etat algérien et ses institutions    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Le harcèlement des activistes continue    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Biskra, la Mitidja du Sud    l'Algérie poursuivra l'utilisation du protocole thérapeutique à base de chloroquine    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Argentine : le nord subit une sécheresse majeure    Sept défenseurs de la nature récompensés aux Oscars de l'Environnement    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Mascara: 6 malades guéris du Covid-19 quittent l'hôpital    Une fillette tombe du 3ème étage d'un immeuble    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les habitants de la cité Makhat protestent    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trois leçons pour l'après-corona
…SOUFFLES…SOUFFLES…SOUFFLES…
Publié dans Liberté le 26 - 03 - 2020

À quelque chose malheur est bon. Devant cette panique semée par cette pandémie qui avance sur tous les horizons, peut-on parler des leçons pour l'ère d'après-coronavirus ? Plus rien ne sera comme avant. Afin que nul n'oublie et face à cette pandémie qui avance sur son chemin ravageur, sans faire la différence entre les religions, les langues, les cultures et les géographies, peut-on parler des leçons emmagasinées pour un futur éveil d'une citoyenneté algérienne avertie ? Quelques leçons à saisir pour changer notre monde de demain, le monde d'après le déluge.
1- Première leçon : l'école.
C'est l'école des petits qui enfante les grands savants ! Dès le passage de cette pandémie, il nous est demandé, et en toute urgence, de revoir notre système scolaire. Appelons à la libération de notre école des mains des marchands des idéologies fatales, qu'importe l'idéologie islamiste ou "nationalisante". Faire retourner l'école à sa noble mission : le savoir, les sciences et les arts universels. L'école algérienne, pendant un demi-siècle, trois générations successives ou presque, n'a produit que des pseudo-citoyens !
Des pseudo-apprentis obsédés par le monde de l'au-delà plus que celui de ce bas monde, la vie ! On ne pourra jamais faire face à une éventuelle épreuve majeure ; une catastrophe naturelle, économique, sanitaire ou humaine sans la délivrance de l'école de ses charlatans, ses bluffeurs.
Ceux qui ont remplacé la leçon de la physique par un prêche, ceux qui ont troqué un cours de mathématiques contre l'apprentissage des toilettes des morts, ceux qui ont échangé les littératures par une visite aux cimetières afin d'expliquer aux élèves "la torture de la tombe" (adhab el qabr) !
Pour faire face à toutes les épidémies plausibles, nous avons besoin de libérer l'école de l'obscurantisme et du fanatisme. Imposer la raison et le savoir afin de concevoir une nouvelle génération capable de surmonter les fatalités, une génération armée d'une vision libre de toute interprétation fanatique illusionniste et mensongère. Ces petits enfants de l'école d'aujourd'hui seront les grands des laboratoires des recherches de demain.
2- Deuxième leçon : la religion et la religiosité. En Algérie, et en Afrique du Nord en général, la religion a colonisé tous les espaces de notre vie quotidienne. La religiosité est un mode de vie ! La religion politisée et la religiosité d'apparence ont étouffé la raison de la société. Elles ont débusqué le sens de la liberté de la pensée individuelle. Depuis l'âge de l'école coranique jusqu'à l'âge de l'université, le citoyen est condamné à vivre noyé dans l'esprit du troupeau. Le communautarisme religieux.
Le populisme religieux. La religion et la religiosité sont partout, et n'importe comment, dans le vestimentaire, dans la science, dans le sport, dans la nourriture hallal ou pas, dans la communication, dans la météo, dans les banques, dans le lit, dans la baignoire, dans le ciel… La religion comme la religiosité sont aisément installées dans les partis nationalistes, les partis travaillistes, les partis islamistes, les partis libéraux, les partis sans odeurs !
Les discours de quelques chefs des partis ne sont que les copies conformes des prêches des imams arides. Libérez la religion des marchands d e la religion. Rendez-la au spirituel, à l'individuel. Et le coronavirus nous a expliqué que la religion n'es t pas une réponse à l'épreuve !
La réponse, la vraie réponse à l'épreuve se trouve dans la science, le travail, la discipline et le civisme. Après l'ère coronavirus, il nous est demandé, et avec un courage intellectuel et civique, de revoir la place de la religion dans notre société !
3- Troisième leçon : la femme. Le coronavirus a sonné le glas. La pandémie nous indique, sans nuance aucune, que la femme algérienne, longtemps marginalisée et dévalorisée par l'idéologie machiste répandue, détient avec brio et audace le secteur de la santé, ou plutôt ce qui reste de ce secteur. Dans ce pays, si espoir parviendra, il ne sera que féminin ! Donnez le pouvoir aux femmes et faites-leur confiance, elles sauveront le monde ou ce qui reste de ce monde.
Elles sont fortes par leur transparence, par leur fragilité d'acier, par leur savoir-faire et par leur matrice créative. Afin que plus rien ne sera comme avant, il faut combattre la culture machiste et laisser la place à l'intelligence féminine. Trois leçons à apprendre pour l'après-coronavirus, et la vie sera sauvée ou presque.
Une école libérée. Une religion respectée et mise à sa place. Une femme citoyenne. Ainsi, notre pays sera capable d'affronter toute autre épreuve, avec un civisme exemplaire, un laboratoire productif, un mode de vie sociale correct, une nourriture adéquate, une prière heureuse, un citoyen qui ne crache pas sur le trottoir et un laborieux qui respecte le temps de son travail.

A. Z.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.