Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Covid-19: plus de 6,7 millions de contaminations et près de 400.000 décès dans le monde    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    MO Béjaïa : Zahir Attia n'est pas le «bienvenu»    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    Reprise des activités économiques et commerciales: l'ANCA salue la décision    BLIDA RESPIRE    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    D'anciens manuscrits et des bâtiments historiques en péril    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    Chlef: La récolte céréalière en baisse    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Espagne: La demande insolite du FC Barcelone    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Brent continue sa progression    Le Consul général de France à Alger s'exprime    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Injection de 5 000 milliards de dollars dans l'économie mondiale
Sommet du g20 sur le Covid-19
Publié dans Liberté le 28 - 03 - 2020

Plus de 5 000 milliards de dollars seront injectés dans le circuit de l'économie mondiale, ont décidé les dirigeants du G20, à l'issue de leur sommet par visioconférence, pour surmonter les effets de la crise sanitaire causée par la pandémie de coronavirus (Covid-19), selon le communiqué relayé hier par les agences de presse. "Le G20 est déterminé à faire tout son possible pour vaincre cette pandémie, en coopération avec l'Organisation mondiale de la santé, le Fonds monétaire international, le Groupe de la Banque mondiale, les Nations unies et d'autres organisations internationales", ont affirmé les dirigeants des grandes puissances et des pays émergents dans leur déclaration finale, expliquant que le groupe "injecterait plus de 5 000 milliards de dollars dans l'économie mondiale, dans le cadre des politiques financières, des mesures économiques et des plans de garantie ciblés pour contrer les impacts sociaux, économiques et financiers de la pandémie".
Cet importante somme d'argent servira, selon le même communiqué, a réduire les pertes d'emploi et les revenus, mais sans préciser si les fonds qui seront débloqués iront à l'économie réelle ou à renflouer les banques, comme cela avait été le cas lors de la crise financière et économique de 2008-2009.
Les chefs de groupe se sont déclarés préoccupés par les risques auxquels sont confrontés les "pays en développement et les pays les moins avancés", en particulier en Afrique et dans les rassemblements de réfugiés, et ont reconnu la nécessité de renforcer les réseaux mondiaux de sécurité financière et les systèmes de santé locaux, a rapporté Reuters.
Tout en appelant à "coordonner les réponses associées au (commerce international) afin d'éviter toute action inutile dans les mouvements et le commerce international", les membres du G20 se sont toutefois abstenus de demander à lever l'embargo commercial et économique imposé sur certains pays.



Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.