Le Président Tebboune présente ses condoléances à la famille de l'avocate Terrafi Yasmine    Signature d'une convention entre le ministère des Affaires religieuses et l'ONPLC    Russie : Un conseiller du chef de l'agence spatiale russe arrêté pour «trahison»    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Abdelhak Lamiri: «L'idée de relance de l'économie n'a jamais vu le jour»    Constructions inachevées et non conformes aux permis de construire: Plus de 15.000 dossiers régularisés par les commissions des daïras    Les 13 manifestants acquittés    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Tiaret: Près de 1.800 logements attribués    DENSIFICATION    Oran: trois éléments de soutien aux terroristes arrêtés    Révision de la Constitution: Les propositions du MSP    Complexité insurmontable ?    Institut Cervantès: Un riche programme éducatif et culturel pour juillet    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Le Coram soutient 27 projets pour 150 millions d'euros    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Flambée des prix des climatiseurs    Le financement participatif bientôt opérationnel    Ouyahia et Sellal rejettent en bloc les charges retenues contre eux    Confinement de 13h à 5h pour 18 communes    Près de 300 migrants interceptés par la Turquie    Un sixième centre de dépistage mis en service à Oran    Réception prochaine d'un service des urgences médico-chirurgicales    Les commerçants tirentla sonnette d'alarme    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    "Le 7e art a permis un changement profond dans les révolutions"    Epopée d'un pays en construction    Eléments constitutionnels de "l'Etat démocratique et social"    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    L'UE réaffirme sa position de non reconnaissance de la marocanité du Sahara Occidental    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    La Juventus pied au plancher, la Lazio au rattrapage    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    Enfin !    Le général-major Hassan Alaimia inhumé au cimetière d'El-Alia    Le ministre des sports répond a Taoufik Makhloufi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amnesty International et HRW pressent Alger
Liberté d'expression
Publié dans Liberté le 02 - 05 - 2020

"Le journalisme ne devrait jamais être un crime punissable", soutient Heba Morayef, directrice Moyen-Orient et Afrique du Nord à Amnesty International.
Les entraves aux libertés, le maintien en détention de nombreux détenus d'opinion et les pressions croissantes sur les journalistes, dans le contexte d'une crise sanitaire inédite, continuent de susciter l'indignation et l'inquiétude des ONG. À la veille de la célébration de la Journée internationale de la liberté de la presse, Amnesty International, a lancé un appel aux autorités algériennes pour mettre fin "aux poursuites illégales" à l'encontre du journaliste Khaled Drareni incarcéré depuis plus d'un mois.
Cet appel, publié jeudi, s'inscrit dans le cadre d'une campagne qui sera lancée à compter de demain par l'ONG pour demander aux sympathisants et aux journalistes du monde entier de faire preuve de solidarité et d'appeler les autorités à mettre fin aux "restrictions injustifiées" imposées aux journalistes et aux médias indépendants en Algérie.
"Le journalisme ne devrait jamais être un crimepunissable", soutient HebaMorayef,directrice Moyen-Orient et Afrique du Nord à Amnesty International. Amnesty International ne manque pas de dénoncer le blocage de certains sites d'informations dont notamment Maghreb Emergent,RadioM et Interlignes et réitère son appel à la libération des détenus d'opinion. "Amnesty International a récemment appelé les autorités à mettre fin aux poursuites contre les militants, manifestants et journalistes du hirak détenus uniquement pour avoir exprimé leur point de vue en ligne et hors ligne et/ou appelé à un changement démocratique.
L'organisation a averti qu'en arrêtant et en emprisonnant les militants, les autorités mettaient également en danger leur santé étant donné les risques d'une épidémie de Covid-19 dans les prisons et les lieux de détention", rappelle AI. Pour sa part, l'ONG, Human Right Watch (HRW), par la voix de son directeur adjoint, division Moyen-Orient et Afrique du Nord, Eric Goldstein, accuse les autorités algériennes de profiter de la pandémie de Covid-19 pour "resserrer l'étau" sur les activistes du hirak et les journalistes.
"Sans doute enhardies par le confinement qui compliquait grandement les manifestations de masse, les autorités ont alors intensifié leur répression du hirak", soutient-il non sans observer que le président Tebboune qui s'était engagé à dialoguer avec le hirak, dès sa prise de fonction, s'est montré "moins conciliant en pratique". "En février, un an après le déclenchement du hirak, des dizaines de militants pacifiques étaient toujours derrière les barreaux, et 173 en jugement.
Aucun n'a bénéficié de la grâce présidentielle accordée le même mois à 9 765 détenus", rappelle-t-il, citant certains cas de condamnation dont celles de Karim Tabbou, d'Abdelouahab Fersaoui, de Khaled Drareni, le blocage de certains sites d'information ou encore l'incarcération récente du jeune activiste Walid Kechida. "Selon toute apparence, les autorités algériennes profitent de la crise de Covid-19 pour tenter d'étouffer définitivement les manifestations prodémocratie", conclut-il.
Par ailleurs, la Fédération internationale des journalistes qui regroupe plus de 600 000 membres à travers le monde, a lancé mercredi, en raison de l'impact du Covid-19 sur l'exercice du métier et aggravé par les restrictions imposées par certains régimes, une plate-forme mondiale pour un "journalisme de qualité".
"Dès le début de la pandémie, les journalistes ont amplement prouvé le rôle essentiel qu'ils jouent dans l'éducatio des citoyens,en contextualisant la course effrénée aux chiffres, en expliquant la réalité et, surtout, en démêlant le récit des politiciens, en posant les questions difficiles et en exposant les échecs institutionnels", soutient l'organisation qui déplore que, dans le même temps, "de trop nombreux Etats profitent de cette crise pour accroître leur pouvoir autoritaire, renforcer leurs systèmes de surveillance des populations ou pour emprisonner les journalistes".

K. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.