Amendement/ constitution: plus de 24 millions d'électeurs appelés aux urnes ce dimanche    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Oum El Bouaghi: plus de 10.000 objets racontent la Guerre de libération au musée du moudjahid    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Référendum sur l'amendement de la Constitution: début du scrutin dans les zones éloignées de la wilaya de Nâama    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    Neuf nouvelles wilayas concernées par les mesures de confinement    Mawlid Ennabawi: extinction de 7 incendies domestiques et feux de forêts dans 3 wilayas    "Cette Constitution doit passer"    Triciti tueur de chroniques!    Référendum, les jeunes, le FLN, Seif al-Hadjadj...    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Soumana prêté une saison au NC Magra    «Considérer les joueurs de l'Unaf comme des étrangers»    Victoire en amical devant le NAHD    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Blocage    Pôles d'excellence    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Transportés à 7h du matin pour des cours donnés à 13h    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les avocats dénoncent une "violation des droits des détenus"
journalistes emprisonnés
Publié dans Liberté le 03 - 05 - 2020

Un collectif d'avocats, engagé dans la défense des détenus d'opinion, a réagi aux interventions répétitives des pouvoirs publics sur des affaires en instruction visant des journalistes, particulièrement Khaled Drareni, en détention préventive à la prison de Koléa depuis le 28 mars dernier. "Après le parquet général, qui a abordé les cas des journalistes emprisonnés à sens unique sans respecter le droit de réponse, puis le ministre de la Communication, Amar Belhimer qui les a qualifiés de professionnels de la subversion menaçant l'unité nationale, il est venu le tour hier (vendredi : ndlr) du chef du pouvoir exécutif et du président du Haut-Conseil de la magistrature, M. Abdelmadjid Tebboune, qui a fait une sortie médiatique basée sur des informations erronées en ce qui concerne le dossier de notre client (Khaled Drareni : ndlr)", relève le collectif d'avocats qui précise que Drareni n'est pas accusé d'intelligence avec des parties étrangères, comme sous-entendu dans l'intervention du chef de l'état.
Pour les avocats, il s'agit d'une "atteinte" au principe de la présomption d'innocence, de la séparation des pouvoirs et du secret de l'instruction. "Les déclarations publiques de ces hauts cadres de l'état, au rang de président de la République et du ministre sur des dossiers traités par des magistrats, constituent une intervention directe dans le travail des juges. Ce qui est interdit par l'article 147 du code pénal", se sont-ils insurgés.


Souhila H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.