EXPLOSION DE BEYROUTH : Le président du Conseil constitutionnel exprime sa solidarité    ORAN : Décès du secrétaire de wilaya de l'ONM, Soumer Abdelkader    CONGRES DU RND : Une "étape décisive" dans le parcours du parti    FERMEES DEPUIS LA MI-MARS : Le ministre du transport écarte la réouverture des frontières    Les explosions à Beyrouth ravivent la contestation au Liban    ALGER : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    MILA : Relogement bientôt de 184 familles sinistrées    REUNION PERIODIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES : La rentrée universitaire au menu    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Un activiste du Hirak arrêté    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    Rachid Nekkaz sort de l'isolement    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    Baisse des hospitalisations à partir du 25 juillet    2 morts et 4 blessés dans une collision    Plusieurs hectares détruits à Tibhirine et Zendaye    Le saviez-vous... ?    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    Après le choc, la colère !    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Epopée d'un pays en construction
"Algérie, année zéro" de Marceline Loridan-Ivens et Jean-Pierre Sergent
Publié dans Liberté le 08 - 07 - 2020

Réalisé en 1962, ce documentaire, censuré à l'époque en Algérie et en France, raconte les premiers mois de l'indépendance, entre célébration et situation précaire dans les zones rurales.
"Être libre, c'est aussi pouvoir examiner le présent, sonder l'avenir et faire des projets", telle était la devise de beaucoup d'Algériens après l'indépendance. Ces derniers nourrissaient l'espoir de construire une "Algérie nouvelle, car, aujourd'hui, le pays appartient à la jeunesse. Des hommes sont morts pour une Algérie libre, juste et heureuse". Cette réflexion ou ce désir donnent l'impression d'avoir été prononcés par un jeune hirakiste, mais cela n'est nullement le cas.
Ce passage est tiré d'un documentaire réalisé en 1962, par Marceline Loridan-Ivens et Jean-Pierre Sergent. Intitulé Algérie, année zéro, ce court-métrage de 34 minutes a été interdit de projection par la France et l'Algérie.
Après plusieurs décennies, il a été enfin montré dans quelques salles, et ce, dans le cadre de manifestations dédiées à la Guerre de libération. Au bonheur des internautes, il refait surface grâce à la cinémathèque française, qui l'a mis en ligne sur son site, jusqu'au 11 juillet à 20h30 (19h30 heure algérienne). Marceline Loridan-Ivens avait souligné en 2012 au Forum des images Paris (rapporté par le site Algériades), au sujet "des rushs qui n'ont pas été montés, que figuraient des scènes de lynchages et des luttes de pouvoir entre les Algériens eux-mêmes. Mais on était contre le colonialisme, et on ne voulait pas montrer les contradictions de ces gens qui avaient lutté du bon côté, ce qui aurait amoindri leur rôle. Aujourd'hui, je le regrette beaucoup". Nous sommes à la fin 62, la caméra des réalisateurs est posée face à des millions de personnes de tous âges, qui célèbrent les débuts de l'indépendance du pays.
Dès les premières secondes, nous "prenons" part à ces festivités ; les grandes artères de la capitale sont pleines de monde : des manifestants ont envahi Didouche, Audin, la Grande-Poste, munis de banderoles à l'effigie des héros de la guerre ou encore de pancartes... des images qui nous projettent dans un passé récent, un certain 22 février 2019. Sur les murs des bâtisses, nous pouvons lire : "L'avenir appartient à la jeunesse", "La terre à ceux qui la travaillent" et le légendaire "Un seul héros, le peuple". Pour le narrateur (voix off), ces tags représentent le signe de liberté retrouvée, signe de joie, signe d'espoir qui racontent une "épopée", celle du combat pour l'indépendance. Après l'euphorie, place à la réalité.
Comme un road-movie, le film se poursuit dans le milieu rural, plus précisément dans les Aurès, là nous découvrons des paysans qui gardent des "blessures profondes" à cause des affres du colonialisme, mais également de la pauvreté qui y règne : "Quand nous avons faim, le froid est cruel." Alors, les nouveaux tenants du pouvoir tentent de "remédier" à cette situation en lançant plusieurs réformes, notamment agraire, sanitaire, culturelle et éducative, afin d'empêcher l'exode rural... Alors que l'économie est complètement "désorganisée" et "déstructurée". Une impression du déjà-vu 58 ans après...
H. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.