Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    La part des problèmes et celle des priorités !    Les mains de l'intérieur !    27 migrants morts    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Pas de compensations financières pour les agriculteurs    Effondrement total de 3 habitations et d'autres lézardées    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    La soif à quelques kilomètres du barrage de Boussiaba    Amar Chouaki, nouveau directeur général    Mouad Hadded s'engage pour deux saisons    L'ES Sétif saisit la présidence de la République    Hodeifa Arfi, 2e recrue    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Plus de 17 000 consultations effectuées à l'EHU d'Oran    L'alimentation en eau potable perturbée    L'université de Skikda adopte un protocole sanitaire    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    19 morts et 53 000 sinistrés    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Judo : Mustapha Moussa nous a quittés    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    El Tarf: Trois pistolets automatiques et des munitions saisis    El Tarf: Deux morts par noyade    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Algérie-France: L'écriture d'une histoire commune, mission «non souhaitable»    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Natacha Appanah, grande favorite de la 2e édition
Choix Goncourt de l'Algérie
Publié dans Liberté le 11 - 07 - 2020

Pour sa deuxième édition, le prix "Choix Goncourt de l'Algérie" a été décerné à l'autrice Natacha Appanah pour son roman Le ciel par-dessus le toit (2019, éditions Gallimard). Organisé par l'Institut français d'Algérie sous l'égide de l'académie Goncourt, l'annonce a été faite jeudi sur la page facebook de l'IFA.
Dans une vidéo, la romancière a confié être "touchée que ces 100 jurés aient porté et défendu mon livre, alors qu'ils ne me connaissent pas. Après ces deux prix (celui du Goncourt du Moyen-Orient, ndlr), cela me console. C'est un livre sur la pudeur ; sur comment réussir à dire les choses quand nous sommes enfermés. Je suis émue que ce livre touche ces lecteurs".
Concernant Le ciel par-dessus le toit, dans sa quatrième de couverture, nous pouvons lire : "Comme dans le poème de Verlaine auquel le titre fait référence, ce roman griffé de tant d'éclats de noirceur nous transporte pourtant par la grâce de l'écriture de Natacha Appanah vers une lumière tombée d'un ciel si bleu, si calme, vers cette éternelle douceur qui lie une famille au-delà des drames." D'ailleurs, cette écriture a permis à Natacha Appanah de se distinguer largement des autres candidats, notamment d'Amélie Nothomb et de Jean-Paul Dubois. À noter que pour cette année, "sur la base de la deuxième sélection de l'académie Goncourt", neuf romans ont été choisis début octobre 2019.
À cet effet, un total de 100 lecteurs, composé d'adhérents des médiathèques, d'étudiants et de lycéens, ont été "répartis entre 12 jurys à travers six villes : Alger, Annaba, Batna, Constantine, Oran, Tlemcen", est-il mentionné sur le site de l'IFA. Ces jurés dont la moyenne d'âge est de 23 ans "ont lu attentivement, débattu passionnément, puis partagé longuement leurs impressions de lecture. Ils ont enfin voté en ligne courant mars 2020 pour désigner leur lauréate".
Pour rappel, lors de la 1re édition qui s'est tenue en mars 2019, David Diop était le grand lauréat pour son roman Frère d'âme. Grégor Trumel, conseiller de coopération et d'action culturelle, directeur de l'Institut français d'Algérie, avait expliqué au sujet de l'adhésion du pays à cette "aventure" que c'est sur "l'initiative du directeur de l'Institut français de Constantine. Il nous a paru fondamental que l'Algérie prenne part à ce grand évènement littéraire qu'est le prix Goncourt. Un tiers des Algériens parle français, c'est un pays où le paysage littéraire francophone est extrêmement riche".
Tout en ajoutant que "le choix Goncourt de l'Algérie c'est aussi une façon de donner la parole à la jeunesse", car ils font appel à de jeunes lecteurs pour débattre et départager leur favori. L'IFA n'a pu organiser la cérémonie de remise du prix, à cause de la pandémie de coronavirus qui a poussé à l'arrêt de toute activité. Mais il est précisé qu'il "organisera un événement fin septembre 2020 qui permettra aux représentants des 12 jurys algériens d'échanger en ligne avec Natacha Appanah et l'écrivain et journaliste Pierre Assouline de l'académie Goncourt".

R. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.