Prolongation de la suspension des cours d'une semaine    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quand les plans de l'AEP font défaut    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Cinq éléments de soutien arrêtés    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



David Diop lauréat de la première édition
"Prix Goncourt Choix Algérie"
Publié dans Liberté le 25 - 03 - 2019

Les jurys composés d'étudiants, d'universitaires et de lycéens ont décerné ce prix à David Diop pour son roman Frère d'âme. L'annonce a été faite samedi à l'IFA, en présence de l'académicienne Françoise Chandernagor.
Dans la soirée de samedi, l'Institut français d'Alger (IFA) a abrité la cérémonie de la remise du "Prix Goncourt Choix Algérie" qui a été décerné à l'auteur David Diop pour son roman Frère d'âme. Dans son allocution, Grégor Trumel, conseiller de coopération et d'action culturelle, directeur de l'Institut français d'Algérie, a indiqué que "cette première édition est le point d'orgue de la semaine de la francophonie de l'IFA". Tout en précisant : "L'Algérie a rejoint la Chine dans le club très restreint associé à l'académie Goncourt pour la remise de ce prix littéraire légendaire." À propos de la tenue de ce prix dans le pays, il a expliqué que c'est sur "l'initiative du directeur de l'Institut français de Constantine. Il nous a paru fondamental que l'Algérie prenne part à ce grand évènement littéraire qu'est le prix Goncourt. Un tiers des Algériens parle français, c'est un pays où le paysage littéraire francophone est extrêmement riche". Selon le conseiller culturel, "le choix Goncourt de l'Algérie c'est aussi une façon de donner la parole à la jeunesse, les jurés ont une moyenne d'âge de 30 ans. Nous avions fait appel, dans les 5 villes ou l'Institut français est représenté, à des étudiants, des universitaires, de l'Ecole nationale supérieure de Constantine, département de langue française et littérature de différentes universités. Et nous avons fait appel à des lycéens du lycée international Alexandre-Dumas". Présente à l'occasion de la cérémonie, l'académicienne au Goncourt et écrivaine Françoise Chandernagor, a annoncé que "l'Algérie est le 13e pays à rentrer dans cette aventure extraordinaire, la même année que la Chine. Le prix Goncourt a été créé, il y a 123 ans, il est l'un des plus anciens prix littéraires au monde, avant le Nobel". Sur la création de ce prix Goncourt dans d'autres pays, elle a signalé que l'Académie avait été contacté par un conseiller culturel de l'Institut français de Cracovie (Pologne), qui nous dit "des étudiants de l'université de Cracovie, des étudiants en langue romane, s'intéressent à la littérature vivante, dans le pays on ne traduit pas beaucoup, et donc on voudrait partir de la sélection de l'Académie Goncourt, lire les livres et faire notre propre choix et couronner un auteur français afin de le traduire et l'éditer en polonais". Suite à cette proposition, les demandes ont afflué et cela s'est étendu, progressivement, en Roumanie, Serbie et puis "plus récemment la Bulgarie et le Liban". Pour revenir au "Prix Goncourt Choix Algérie", Arnaud Noblet, directeur de l'IFC, a souligné que : "Dans chaque antenne de l'Institut français, on a constitué un jury ou deux. Pendant deux mois, ils ont lu, ils ont échangé, régulièrement, ça a créé des dynamiques de groupes, de l'échange et le vote a été fait le 16 mar". À noter que les membres des différents jurys ont reçu la deuxième liste du Goncourt 2018, composée de 8 auteurs, notamment le grand lauréat, Nicolas Mathieu, avec Leurs enfants après eux, Pauline Debroy-Allard Ça raconte Sarah ; Paul Greveillac Maîtres et esclaves ou encore Daniel Picouly Quatre-vingt-dix secondes.
H. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.