Une nouvelle secousse tellurique de magnitude 4,5 enregistrée à Mila    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Vaste mouvement dans le corps des présidents et procureurs généraux près les cours de justice    621 ressortissants algériens rapatriés à bord de 2 avions en provenance de Paris en 48h    Wilaya d'Alger/Covid-19: Fermeture de près de 5400 commerces pour non-respect des mesures préventives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Vaste mouvement dans le corps des présidents et des procureurs généraux    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Les grands axes du protocole du MESRS    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    L'apocalypse à Beyrouth    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    La RN27 fermée à la circulation du 6 au 8 août    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    La fille des Aurès    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à Idir, symbole de toute une génération
Revue "La lettre" de l'Association de Culture Berbère
Publié dans Liberté le 13 - 07 - 2020

L'Association de culture berbère (ACB), qui siège à Paris, a consacré son dernier numéro de la revue La Lettre au grand chanteur Idir, décédé le 2 mai dernier. Parue au mois de juin et disponible gratuitement sur le net, cette édition rassemble plusieurs contributeurs issus de divers domaines ayant côtoyé de près ou de loin Idir. Pour l'historien et critique littéraire Mustapha Harzoune, dans son texte intitulé "Idir : porte parole d'une génération", il évoque dans les moindres détails le parcours du jeune Hamid Cheriet, qui deviendra au fil du temps le "symbole" de toute une génération.
Nous retrouvons également une contribution de l'humoriste et comédien Fellag, qui dans Je ne fais que tracer ma route, raconte sa première rencontre avec le "monument" de la chanson kabyle. À cet effet, il replonge le lecteur en 1996, au Zenith de Marseille où il devait participer à un concert d'Idir. "Programmé en ouverture de rideau, dès la fin de ma courte prestation, je courus vers ma loge pour vite me changer et revenir m'asseoir parmi le public afin de ne rien rater du concert", a-t-il confié. Et de poursuivre : "Idir entra sur scène. Magie et enchantement. Public délirant. Un tsunami ! J'étais rempli d'un bonheur extatique." Avec beaucoup de tendresse, il dresse le portrait d'un homme et un artiste qui "après deux heures de spectacle, il était d'un calme olympien. Pas une goutte de sueur. J'étais scotché devant tant de maîtrise. Le Dalaï Lama ! Sur scène comme dans la vie, la même sérénité. Comme par magie, sa voix d'un timbre béni des dieux lui suffisait pour mettre le feu dans 5000 cœurs". Autre beau témoignage dans La Lettre : "Entre douceur et engagement" de l'autrice Samia Messaoudi.
Cette dernière relate ses souvenirs d'adolescente qui ne ratait pas un spectacle d'Idir, où "nous dansions, nous chantions, nous étions infatigables... et heureuses. Les youyous résonnent encore". Plus tard, grâce à son métier de journaliste, elle rencontre enfin son idole, qui outre le chant s'est distingué pour son engagement indéfectible pour les causes justes. "Idir ne ménageait ni son temps ni ses soutiens : droit de vote des immigrés, voix de tous les sans voix, démocratie en Algérie, solidarités internationales... Quelle que fut la cause à défendre, s'il l'estimait juste, Idir était au rendez-vous." Tout en indiquant : "Il est devenu, pour le monde, l'ambassadeur de la chanson kabyle. Ses duos avec Aznavour, Tryo, Leforestier, Akenaton... disent cette ‘France des couleurs' et des ‘Identités'." Parmi les différentes contributions, nous retrouvons entre autres celle de Hend Sadi "Un spectateur au firmament", de Soad Baba Aïssa "Quand il est mort le poète, toute sa famille pleurait..." ou encore "Avancer, le seul mot qui nous permette de faire que la vie continue" de Belkacem Tatem (président de l'ACB). À noter que le PDF est disponible sur www.acbparis.org.


R. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.