L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    Trafic de drogue: ce n'est pas en pointant une Kalashnikov devant ces jeunes……..    APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Quand le bricolage fait des siennes    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une palette azurée pour effacer le gris du confinement
Exposition virtuelle de l'artiste peintre Hachemi Ameur
Publié dans Liberté le 03 - 08 - 2020

Les murs de Dar Abdeltif s'enjolivent des toiles de l'artiste peintre Hachemi Ameur, qui convie le curieux de l'art à admirer les nuances de la belle saison que l'âme isolée n'a plus par ces temps de distanciation physique.
L'expo que l'on doit à l'Aarc (Agence algérienne pour le rayonnement culturel) se veut un fastueux focus sur le thème : beau rivage, scènes de plage et de calanque avec, pour toile de fond, l'horizon azuré à l'ombre du zénith ambré.
Reste que ce président de l'association des beaux-arts Mohammed-Khadda a fait bon usage de son temps, puisqu'il a réussi à apprivoiser la solitude d'où il cueille des idées qui font florès dans le clair-obscur de son atelier.
Sur ce point, l'enfant de Hadjout a plus d'un bleu à sa palette, qu'il a mélangé au bouquet de tons azuréens collectés de sa Tipasa méditerranéenne pour peindre ce qui semble le village de vacances blotti dans sa baie.
En ce qui a trait au farniente, s'illustre dans les toiles du village des pêcheurs à la ligne qui ferrent perles et rubis dans le ressac du rivage. Outre qu'il est un inconditionnel du "voyage", cet adepte de l'art de la miniature, qu'il a tété auprès du duo Mohamed Ranem (1926-2014) - Mustapha Ben Debbagh (1906-2006), a le chic de brillanter ses portraits qu'il mêle dans la flânerie d'une foule dans l'Alger des vacances. C'est dire qu'il y a de la spiritualité née au pied de la paroisse du Sacré-Cœur d'Alger et un brin de divagation mêlée à la poésie versifiée à la comptine "Promenons-nous dans les bois. Pendant que le loup n'y est pas".
Et dans cette perspective croquée à la mine, "l'isolement que nous endurons ces jours-ci peut fluctuer vers la voie de la créativité", semble dire cet ancien élève de l'Ecole nationale des beaux-arts d'Alger. A priori, l'idée est sans doute agréable, pour qu'il en soit fait bon usage de l'exil auquel chacun de nous est contraint en ce moment.
Et dans le clair-obscur de son atelier, l'œil de l'artiste peintre Hachemi Ameur s'est adapté à la vie nocturne du confinement, du fait que sa pupille s'éclaire dorénavant au reflet diurne que lui a légué l'illustration des choses et des êtres qu'il a connus durant l'avant-Covid-19. Et c'est dans les nuances d'un demi-jour qu'il est loisible à l'internaute de feuilleter l'album de toiles du Carnet de voyage de ce disciple qui s'est usé la houppe de ses pinceaux dans l'atelier de dessin de Denis Martinez et Samta Benyahia de Constantine. Globe-trotter dans l'âme, l'artiste peintre Hachemi Ameur a fait sien l'adage d'aller jusqu'au pays de Confucius pour peaufiner son art à l'Academy of Applied Arts de Pékin (Chine). Donc, et pour s'apaiser de sa solitude, autant y aller d'un clic sur le lien (https://www.facebook.com/watch/?v=323779205328907) qui s'ouvre sur l'exposition virtuelle de l'artiste peintre Hachemi Ameur.
Nourreddine Louhal


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.